Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une stratégie défiant la concurrence
BORDJ BOU ARRERIDJ
Publié dans L'Expression le 26 - 01 - 2006

Elle possède des atouts géographiques et économiques lui permettant de jouer un rôle important au niveau régional.
La wilaya de Bordj Bou Arréridj, coincée entre quatre wilayas et non des moindres, à l'est par Sétif, au sud par M'sila, à l'ouest par Bouira et au nord par Béjaïa, soit quatre régions aux mêmes vocations, à l'exception de l'antique «Hammadite» (port et tourisme) continue d'enregistrer des acquis et des points noirs qui touchent l'ensemble des secteurs. Comme elle enregistre encore des déséquilibres et des distorsions entre les régions, du fait de la diversité des unités physiques dont se compose son territoire, constitué de trois zones de relief distinctes: la zone de montagne boisée, la zone des hautes plaines à haut rendement céréalier et la zone steppique, lieu de pâturage. Cette particularité du territoire des Bibans a engendré le déplacement des populations vers les hautes plaines centrales, le long des axes routiers et des agglomérations urbaines. «Cette contrainte naturelle est à la base du déséquilibre constaté en matière de répartition des populations, des équipements collectifs et des activités productives», selon les spécialistes de la direction de la planification et de l'aménagement du territoire qui proposent un plan d'action à court et à moyen terme aux autorités, englobant tous les secteurs. Cette démarche, une fois adoptée, sera le guide des actions de développement pour toute la région des Bibans, souligne-t-on. Ce plan prend en compte le déséquilibre constaté entre la zone des hautes plaines au détriment des deux autres zones, en matière de développement dans tous les domaines. Aussi, toute démarche de développement local ne saurait négliger cette donnée déterminante. Il s'agit, selon les responsables de la Dpat de «corriger, dans le futur, ce déséquilibre et surtout stopper l'exode des populations d'une région à l'autre».
Or, la wilaya de Bordj Bou Arréridj est à vocation agricole, notamment céréalière. Une agriculture de montagne (monts des Bibans et du Hodna) et une agriculture extensive avec association céréaliculture jachère sur les hautes plaines. Il s'agit tout simplement de renverser la vapeur au profit de ces régions par l'injection d'unités industrielles, notamment agroalimentaires. Mais pour cela, il faut chercher les investisseurs, les intéresser à des projets et aussi leur accorder des facilités. Pour cela, explique-t-on, la wilaya de Bordj Bou Arréridj possède des atouts géographiques et économiques lui permettant de jouer un rôle important au niveau régional, malgré la concurrence d'autres wilayas, notamment Béjaïa, pour son port... Pour les atouts, la région des Bibans dispose d'une importante superficie agricole utile, d'un potentiel mobilisable conséquent, d'un réseau routier important d'une longueur totale de 2 282 km, dont la RN5 et la RN45 constituent deux axes principaux, d'un réseau ferroviaire conséquent (Est-Ouest, Bordj Bou Arréridj-M'sila) ; des ressources naturelles, notamment des gisements de substances utiles, favorisant l'essor d'un développement industriel. Mais ces atouts ne peuvent favoriser la wilaya de Bordj Bou Arréridj, seulement, Sétif et Béjaïa offrent mieux, avec port, aéroport, rail, réseau routier etc. «Non, rétorquent les responsables bordjiens, notre région connaît déjà un processus qui lui a permis de construire un pôle dynamique constitué par les industries liées aux matériaux de construction, l'électronique et l'agroalimentaire ; en outre, les autorités offrent des facilités d'implantation meilleures que les autres wilayas, sans compter la proximité des grands centres comme Alger». De toute façon, la démarche arrêtée dans le plan d'action à court et moyen terme doit répondre à l'attente des populations et stopper son exode. «Nous avons trouvé les réponses aux contraintes liées aux reliefs et doivent constituer un élément primordial dans la démarche de développement de la wilaya afin de stabiliser les populations dans leur milieu naturel et éviter le surpeuplement de la zone des hautes plaines centrales», précisent les spécialistes de la Dpat. Bien sûr, indiquent-ils, l'objectif sera atteint, en fonction de la mobilisation des ressources financières, soit dans le secteur étatique ou privé. En clair, toute la stratégie de développement de la wilaya de Bordj Bou Arréridj repose sur l'ingéniosité de ses responsables, leur capacité de gestion, et surtout leur capacité de défier les autres wilayas proches. En tout cas, la concurrence est ouverte. Un investisseur non intéressé, c'est tout un douar qui s'exode. Et le rôle des élus dans cette stratégie ? Le degré de développement atteint à la fin du plan quinquennal, avec toute cette manne d'argent octroyée à tous les secteurs, nous le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.