Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'insécurité plombe la région des trois frontières
18 gendarmes maliens tués dans une nouvelle attaque terroriste
Publié dans L'Expression le 27 - 01 - 2020

Encore une nouvelle tragédie, hier, au Mali, où 18 gendarmes ont été tués, selon un bilan encore provisoire, après une attaque terroriste de grande ampleur contre un camp militaire situé au centre du pays. L'information a été divulguée par des sources militaires et locales qui avaient initialement donné le chiffre de 15 morts avant que l'armée malienne ne communique sur ce drame intervenu au camp de Sokolo. Cette caserne se trouve dans la circonscription de Niono, relevant de la région de Ségou où activent des factions terroristes d'Aqmi, le groupe inféodée à Al Qaïda. Cette localité est proche de la frontière mauritanien, ce qui tend à prouver la grande mobilité des extrémistes qui se « baladent » dans les différents pays du Sahel en proie à l'insécurité et au terrorisme, à savoir le Mali, le Burkina et le Niger.
Voilà déjà huit ans que les activistes d'Al Qaïda sévissent dans cette zone malgré la présence de la force française Barkhane, des Casques bleus de l'ONU et des militaires dépêchés par l'Union africaine. Les témoignages font état de l'arrivée matinale des terroristes qui, à 05 heures du matin, « ont débarqué avec des motos et ont coupé toute retraite aux gendarmes » qu'ils ont mitraillés, avant de prendre la fuite, avec les armes et les véhicules trouvés dans le camp. Les villageois ont secouru les blessés et rassemblé les corps des victimes, dans l'attente de l'arrivée des renforts.
La situation tend à devenir chaotique aussi bien au Mali que dans le Niger et le Burkina voisins, compte tenu de la facilité avec laquelle les bandes terroristes frappent et disparaissent, en toute impunité. On compte, pratiquement chaque jour, de nouvelles victimes, tantôt des militaires et tantôt des civils. Les groupes terroristes prouvent, ainsi, que, non seulement, ils ont les informations nécessaires pour opérer leurs attaques, sans trop de risques, mais qu'ils les « rentabilisent » aussi, méthodiquement, en s'emparant de nouvelles armes et de nouveaux véhicules, à chacune de leurs opérations.
L'armée malienne, comme aussi les armées burkinabé et nigérienne, ont beau être sur le qui-vive et déployé des renforts, dans les heures qui suivent chacune des attaques, comme hier à Diabaly, il n'en demeure pas moins que la menace terroriste ne cesse de prendre de l'ampleur dans l'ensemble de la région sahélienne. Toute une succession d'attaques meurtrières est enregistrée, depuis plusieurs mois, maintenant, au point que les populations excédées se demandent si, réellement, il y a une lutte contre ces factions terroristes, tant les forces nationales et étrangères peinent à les contrecarrer. L'ONU a indiqué, voici un mois environ, que, depuis 2016, le nombre des victimes de ces violences terroristes a été multiplié par cinq dans les trois pays concernés, à savoir le Mali, le Niger et le Burkina, jusqu'à totaliser désormais 4000 morts et des centaines de milliers de déplacés.
Les annonces selon lesquelles des dizaines de terroristes ont été « neutralisés » durant ces dernières semaines ne suffisent pas à rassurer les populations présentes dans la région des trois frontières, incluant les pays précités, et il serait temps d'envisager une stratégie de nature à briser net l'essor continu du groupe autoproclamé Etat islamique qui semble prédominé, au point où la cote d'alarme est largement dépassée pour l'ensemble de la région sahélienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.