Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'Algérie assumera ses responsabilités»
BOUTEFLIKA AU PEUPLE SAHRAOUI
Publié dans L'Expression le 28 - 02 - 2006

Le retentissement international qu'a eu la fête de la Rasd célébrée, hier, a affolé le Maroc.
Sans détours et sans équivoques, le président de la République a rappelé la position algérienne par rapport au conflit qui oppose le Polisario au Maroc. «(... ) l'Algérie fidèle à son histoire, continuera à assumer ses responsabilités afin que prévale le règlement dicté par la légalité internationale et consacrant le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental...», a écrit le président Bouteflika dans une lettre de félicitations qu'il a adressée à son homologue sahraoui, Mohamed Abdelaziz, à l'occasion du 30e anniversaire de la proclamation de la Rasd.
Il va sans dire que le rappel franc et direct de la position algérienne rameutera les autorités marocaines déjà sérieusement affolées par le choix du lieu de la célébration de la fête sahraouie. «C'est par fidélité envers sa propre histoire et mue par sa foi inébranlable dans un idéal maghrébin à assumer dans un esprit de fraternité, de bon voisinage et de prospérité partagée que l'Algérie a pris le parti de se solidariser avec le peuple sahraoui», a écrit le chef de l'Etat dans sa lettre aux Sahraouis dont «le colonialisme a différé l'émancipation avant de faire de son territoire national l'enjeu et le théâtre d'ambitions et de revendications qui ne peuvent occulter ses droits légitimes et inaliénables». Le président de la République a réaffirmé une nouvelle fois que la question sahraouie relève d'un problème de décolonisation «qui a la triste singularité d'être le dernier de son genre sur le continent africain».
M.Bouteflika a salué l'endurance des Sahraouis qui ont forcé le respect de tous ceux qui ont su apprécier la justesse de leur résistance. Dans sa lettre, le président a rappelé que cette célébration a lieu dans un contexte caractérisé par « les succès enregistrés par la diplomatie sahraouie, qui ont élargi l'audience internationale de la République arabe sahraoui démocratique et renouvelé les élans de solidarité avec son peuple». Cette cérémonie a lieu également, «à un moment où se réalise avec éclat l'unité du peuple sahraoui dans sa volonté de déterminer librement son avenir». Cet événement a alarmé les autorités marocaines. Officiellement, le Maroc conteste le choix du lieu de l'organisation de cette fête. Rabat considère que Tifarati est une zone tampon. Mais en filigrane, c'est le retentissement international qu'a eu la fête du Polisario célébrée hier, qui dérange le royaume. Plus de quinze pays ont pris part à la célébration du 30e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd).
Le royaume a d'abord invoqué «la violation par le Polisario de l'accord de cessez-le-feu de 1991» sous le prétexte fallacieux que Tifariti est une zone tampon. Ensuite, il s'en remet aux instances internationales dont l'ONU. «Devant cette grave violation, l'ONU, chargée de veiller au respect de l'accord de cessez-le-feu, ne saurait adopter la politique de l'autruche», souligne M.Naciri, membre du bureau politique du PPS et directeur de l'Institut supérieur de l'administration (ISA). Le Maroc se rappelle subitement de l'existence des instances internationales alors que pendant trente ans, il trinquait au nez et à la barbe de ces mêmes instances.
Non satisfaite de ces attaques, Rabat a actionné la traditionnelle batterie des assauts médiatiques contre Alger, «C'est l'Algérie qui a ordonné au Polisario d'entreprendre ces manoeuvres et de faire une grande fête commémorative à Tifariti pour à la fois provoquer le Maroc et le mettre devant le fait accompli». La cible est alors tout indiquée pour la presse marocaine rompue aux attaques gratuites et violentes contre leur voisin d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.