Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    Bouira : Les hauteurs et la station climatique de Tikjda sous la neige    Man City fixe son prix pour Ferran Torres    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Vous serez relogés après le vote"    Il sera bientôt mis en service    Une secousse tellurique de magnitude 4.0 enregistrée à Bejaia    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Renforcer la recherche scientifique    Les Aigles du Sahara prêts pour l'attaque !    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Modeste engouement    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Ethiopie risque de se diriger vers un génocide    Le Président biélorusse souligne le devoir d'aider les réfugiés en difficulté    Souriez, nous allons tous mourir !    Sachez que...    3,420 kg de kif saisis    Faible participation, pas d'incidents    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Chômage, prix et impératif civisme    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    MC Alger: Un gros chantier pour Ben Yahia    Alger: L'affluence entre faible et «habituelle»    Le culte fécond ou stérile du passé    Un stage et 2 matchs au Qatar    L'enjeu des locales    Les Algériens offusqués    Depuis le front, Abiy Ahmed promet «d'enterrer l'ennemi»    L'assaillant est un islamiste extrémiste    La France a mal à l'outre-mer    L'oeil vigilant de la Présidence    Tebboune plaide le patriotisme économique    L'escroc des réseaux sociaux arrêté    Une ambiance bon enfant à Alger    Les élections locales par les chiffres    Relative affluence    «Ils veulent casser l'équipe nationale»    Giroud absent 3 semaines    Un album pour préserver Tabelbala    Vendu 2,66 millions d'euros aux enchères    La classe au bout des doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une meilleure application de la loi
ALI AOUN, PRESIDENT-DIRECTEUR GENERAL DE SAIDAL TARIFS REFERENTIELS
Publié dans L'Expression le 09 - 03 - 2006

Le tarif de référence doit se faire sur la base du prix du médicament le plus bas.
Tous les produits Saidal, c'est-à-dire 185 médicaments, sont actuellement remboursables. Cet exploit est le fruit d'une longue «bataille» menée par les responsables de Saidal dans le but de régler le problème du remboursement des médicaments sachant que 50 produits Saidal n'étaient pas remboursables. Le président-directeur général de Saidal a souvent dénoncé les pratiques du comité technique de remboursement (CTR) qui agissait, selon lui, de manière à «désavantager la production nationale». Il faut dire que les relations entre Saidal et le CTR «n'étaient pas au beau fixe», puisque Aoun a estimé que le tarif de référence appliqué par ce comité était loin de répondre aux prix pratiqués par le secteur du médicament. Les choses sont rentrées dans l'ordre grâce à l'intervention du ministre du Travail, Tayeb Louh, qui a pris en considération presque toutes les doléances du groupe Saidal, lesquelles du reste, sont logiques et légitimes.
«Les choses sont rentrées dans l'ordre», relève M. Aoun, tout en rendant un vibrant hommage au ministre du Travail, en se réjouissant toutefois de la dernière décision du ministère du Travail quant à l'application des tarifs de référence. Le patron de Saidal relèvera néanmoins que la loi est claire en ce sens c'est-à-dire que le tarif de référence étant le prix du médicament le plus bas. Malheureusement, ajoutera-t-il, des gens s'évertuent à faire la moyenne entre le prix le plus bas et le plus élevé encourageant ainsi les citoyens à acheter des médicaments chers au lieu de s'orienter vers des médicaments qui ne sont pas chers comme ceux de Saidal.
Le remboursement des médicaments sur la base d'un tarif de référence est entré, faut-il le rappeler, en vigueur à partir de janvier 2006. Toutefois, un moratoire de trois mois a été donné aux opérateurs économiques pour se conformer à cette décision. Donc l'application de cette décision commence à partir de ce mois de mars. La mesure n'est pas nouvelle puisqu'il s'agit d'une mesure prévue par la législation en vigueur en matière de sécurité sociale et précisée par la réglementation (références : loi 83-11 du 02 juillet 1983 relative aux assurances sociales, modifiée et complétée, notamment son article 59-1 et l'arrêté ministériel du 16 août portant création et fixant les missions, l'organisation et le fonctionnement du comité de remboursement du médicament en Algérie, notamment ses articles 2, 11 et 15). Les tarifs de référence de remboursement des médicaments sont des montants de remboursement déterminés par groupe de produits dits similaires, c'est-à-dire, ayant la même dénomination commune internationale (DCI), forme et dosage et pour lesquels seuls les noms des marques diffèrent.
Il y a lieu de souligner que pour un médicament d'une DCI correspondent plusieurs marques de produits, dont le médicament original et le générique. Concrètement, donc, et pour un premier temps, 116 DCI- forme et dosage de médicaments auxquels correspondent 928 marques différentes vont être soumis à des tarifs de référence dès janvier. Ce premier groupe de médicaments représente 10% des 1 073 médicaments remboursables existants sur le marché. Ces médicaments ont été sélectionnés sur la base des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), du programme national de santé et les différentes maladies chroniques fréquentes en Algérie.
F. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.