L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La Constitution est faite pour les impies!»
Le mouvement Rachad s'acharne
Publié dans L'Expression le 17 - 06 - 2020

La partie n'est pas finie, la problématique de la révision de la Constitution sécrète encore des prises de position et des démarcations dont l'énoncé idéologique et doctrinal se fait sentir d'une manière manifeste.
Donc le débat autour des fondements de la Constitution et de sa mouture est loin de répondre aux aspects relatifs aux questions phares, qui sont reflétés par la société et ses contradictions. L'une des réactions, le moins que l'on puisse dire, saugrenue, voire anachronique, c'est bien celle d'un membre de la direction du mouvement Rachad, Réda Bouderaâ en l'occurrence. Ce dernier croit dur comme fer que «la Constitution est faite pour les impies», (sic). Cette litote est relayée dans son mur avec ostentation, affichant ainsi et sans ambages sa position qui n'est autre qu'une démarche islamiste radicale qui ne souffre d'aucun soupçon en la matière. Le mouvement Rachad ne cache pas ses visées et son projet de société, il se veut conséquent avec sa démarche qui consiste à asseoir le projet de société fondé sur la chari'a et un modèle dont la «khilafa» est l'organisation politique idoine pour mettre en branle ledit projet de société islamiste, un projet qui s'inscrit derechef dans une optique révélant les accointances structurelles avec l'internationale des Frères musulmans. Cette identité politique et doctrinale est assumée clairement par les membres de cette nébuleuse, qui arborent leur affiliation à la confrérie des Frères musulmans et la coordination poussée avec les factions qui se trouvent en Turquie, le siège de ladite internationale islamiste qui a subi des coups dans son fief, à savoir l'Egypte.
Pour les activistes de Rachad, la Constitution n'est qu'un apanage de conjoncture, la raison est que dans leur lexique il n'y a qu'une seule Constitution, c'est le Coran. D'où cette réaction digne des salafistes qui qualifient la Constitution d'être une espèce d'hérésie et atteinte à la parole de Dieu. Rachad qui cache ses visées théocratiques en cette conjoncture politique que traverse le pays, sait parfaitement que la duplicité du discours et la versatilité politique comptent beaucoup pour son mouvement en ce moment crucial. C'est une manière de vendre une image d'un mouvement ouvert et moderne en allant jusqu'à user du discours cher aux démocrates qui sont éberlués pour le moment par ledit discours hypocrite et versatile de cette nébuleuse dont le référentiel s'arc-boute sur la mise en place du modèle de «khilafa» tel qu'il est mentionné dans le document constitutif de leur mouvement en s'inspirant de la déclaration constitutive de l'organisation de la «Oumma» dirigée par leur mentor en chef, Hakem Al Mutairi, qui, pour lui, les Parlements sont des institutions impies qu'il faut combattre et éliminer de la sphère politique des pays musulmans.
Il est tout à fait normal que le débat sur la mouture de l'avant-projet de la Constitution algérienne soit appréhendé de la sorte, il y va de la doctrine théocratique et obscurantiste du mouvement Rachad, un mouvement qui puise ses racines dans son ancêtre qui n'est autre que le FIS dissous et ses préceptes
antidémocratiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.