Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des consultations parlementaires lundi
Pour désigner un Premier ministre au Liban
Publié dans L'Expression le 29 - 08 - 2020

Les consultations parlementaires devant aboutir à la désignation d'un nouveau Premier ministre au Liban se tiendront lundi, près de trois semaines après la démission du gouvernement consécutive à l'explosion meurtrière de Beyrouth, a annoncé hier la présidence. Elles auront lieu quelques heures avant le retour à Beyrouth du président français Emmanuel Macron, qui avait pressé les dirigeants libanais lors de sa première visite, au lendemain de la catastrophe du 4 août, de former rapidement un gouvernement de confiance. Jusqu'à présent, aucun consensus n'a émergé sur le nom du futur Premier ministre, en raison de profondes divergences entre les forces politiques traditionnelles. «Des consultations pour se décharger de la responsabilité, après le plus grave avertissement français», titrait hier matin l'influent quotidien an-Nahar.
Jeudi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait averti que faute d'une formation rapide d'un gouvernement et de l'adoption de réformes «d'urgence», le Liban courait le risque de disparaître. Le chef du gouvernement sera choisi par les partis politiques qui contrôlent le Parlement et qu'une partie de la population rejette, les jugeant responsables de l'explosion du port qui a fait plus de
180 morts et soufflé des quartiers entiers de Beyrouth en raison de leur négligence et de leur corruption. Le puissant Hezbollah pro-iranien et ses alliés contrôlent la majorité du Parlement et leur choix sera déterminant. Les blocs parlementaires et les députés indépendants doivent se succéder au palais présidentiel dès lundi matin pour annoncer tour à tour leur choix.
A l'issue des consultations, conformément à la Constitution, le chef de l'Etat, Michel Aoun, chargera la personnalité sunnite ayant recueilli le plus grand nombre de voix de former le gouvernement, un processus pouvant prendre des mois au Liban en raison des divergences politiques. Plusieurs noms avaient été évoqués dans la presse, parmi lesquels l'indépendant Nawaf Salam, ancien ambassadeur du Liban à l'ONU, mais le Hezbollah a fait savoir qu'il était opposé à un gouvernement «neutre» et privilégiait un cabinet rassemblant toutes les forces politiques. Le président du Parlement et chef du mouvement chiite Amal, Nabih Berry, allié du Hezbollah, a pour sa part proposé le retour de Saad Hariri, qui avait démissionné en octobre 2019 sous la pression de la rue.
M. Hariri a cependant annoncé le 25 août qu'il n'accepterait pas de revenir, dénonçant «certaines forces politiques qui sont toujours dans un état de déni sévère de la réalité du Liban», dans une allusion au parti présidentiel, le Courant patriotique libre, et ses deux alliés chiites, Amal et le Hezbollah, qui avaient constitué le gouvernement démissionnaire de Hassan Diab.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.