LDC : Le PSG a fait l'essentiel face à Leipzig    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Les facteurs dopants    Ligue des champions d'Europe: Le Real en danger à Milan    LFP - Ligue 1: Les prémices d'une saison charnière    RC Relizane: Le ciel s'assombrit sur le Rapid    Non-respect du confinement: Près de 4300 véhicules mis en fourrière en une semaine    Marché illicite des véhicules des Castors: Des espaces squattés libérés en attendant le transfert vers le marché d'El Hamri    Les laboratoires veulent porter plainte contre l'association des consommateurs: Polémique sur les prix des analyses médicales    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    1.133 nouveaux cas, 649 guérisonset 15 décès    6 morts et 19 blessés en 24h    Le tourisme grand perdant    Macron provoque la tempête !    LDC : Séville se qualifie comme Chelsea pour les huitièmes    L'Algérie, un "élément clé" dans les régions africaine et méditerranéenne    Réunion de Djerad avec les walis: la situation sanitaire et l'approvisionnement en eau potable au menu    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Sahara Occidental : Convergence des positions russe et algérienne    Pétrole: la demande mondiale atteindra près de 104 millions b/j d' ici 2025    DEPUIS L'APPARITION DU CORONAVIRUS : Décès de 120 employés de la Santé    MOSTAGANEM : La Conservation des forêts retient un objectif de plus 300.000 plants    Karim Tabbou répond à Emmanuel Macron    STRESS HYDRIQUE : Des mesures urgentes pour assurer l'approvisionnement en eau    Fin de l'AP-OTAN avec la participation d'une délégation de l'APN et du Sénat    Tergiversations au Conseil de la Nation    Le premier couac du projet de Anthar Yahia    Le président de la CAF Ahmad Ahmad suspendu cinq ans    Le juge demande un complément d'enquête    Saisie de plus de 7 kilos de drogue    Décès de l'ancien Président Sidi Ould Cheikh Abdallahi    La situation s'améliore nettement à Alger    Les premiers pas de «Enamla», le premier théâtre privé à Oran    Achèvement des travaux de réfection de la salle de cinéma Ifriqia    L'association El Mostakbal entame la formation des encadreurs des bibliothèques communales    Semaine mouvementée pour les hirakistes d'Oran    Un taux de participation provisoire entre 38 et 40%    Le gouvernement guinéen interdit les manifestations    Le RAJ exige l'abandon des poursuites contre ses militants    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Le procès Benfisseh reporté au 7 décembre    "Entendez-vous dans les montagnes..." de Maïssa Bey traduit en italien    "Mes peintures sont une invitation au voyage"    Sessions de formation théâtrale au profit des jeunes Casbadjis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saad Hariri de retour aux commandes au Liban
Promettant encore des réformes
Publié dans Liberté le 24 - 10 - 2020

Trois fois Premier ministre du Liban, Saad Hariri a été une nouvelle fois chargé jeudi de former un gouvernement appelé à engager des réformes longtemps ignorées par la classe dirigeante mais vitales pour enrayer l'effondrement économique du pays. M. Hariri, qui fait partie d'une classe politique conspuée par une grande partie de la population, avait démissionné il y a un an sous la pression d'un soulèvement populaire inédit qui protestait contre la crise économique et réclamait le départ de l'élite politique accusée de corruption et d'incompétence.
Le Liban est en plein marasme économique : effondrement de la monnaie nationale, restrictions bancaires inédites, licenciements, coupes salariales et services de base en déliquescence, et la moitié de la population vit dans la pauvreté.
À cela s'ajoutent la crise sanitaire et l'explosion dévastatrice du 4 août au port de Beyrouth. Après sa désignation par le président Michel Aoun, Saad Hariri, 50 ans, a promis de former "rapidement un gouvernement d'experts" qui ne seraient pas issus de partis politiques, pour lancer "des réformes économiques, financières et administratives" en accord avec "l'initiative française".
"Le temps presse. Le pays est confronté à son unique et dernière chance", a lancé M. Hariri. Avant de débloquer des aides financières vitales, la communauté internationale, dont la France, veut voir le Liban adopter de véritables réformes, toujours boudées par les dirigeants. Venu à deux reprises au Liban après l'explosion au port de Beyrouth, le président français Emmanuel Macron a lancé un plan de sortie de crise, réclamant un gouvernement d'"indépendants".
Mais le coordinateur spécial de l'ONU pour le Liban, Jan Kubis, ne semblait pas très optimiste après la désignation de M. Hariri. "Ce sont les forces politiques traditionnelles qui encore une fois ont choisi la marche à suivre, malgré leurs nombreux échecs du passé, et le profond scepticisme quant à l'avenir." M. Hariri doit entamer vendredi des consultations avec les blocs parlementaires pour former le gouvernement.
Mais dans ce pays multiconfessionnel, les politiciens sont abonnés aux marchandages interminables sur la répartition des portefeuilles, qui peuvent durer des mois. M. Hariri a obtenu l'appui de la plupart des députés sunnites et de la formation du chef druze Walid Joumblatt. Le bloc du mouvement armé pro-iranien Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise, n'a pas publiquement émis de préférence, mais son allié, le parti Amal, a soutenu la désignation de M. Hariri, laissant croire à son accord tacite.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.