Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les députés se préoccupent de leur prime
Réunion demain de la commission des finances et du budget
Publié dans L'Expression le 15 - 11 - 2020


Non encore avalisé par le bureau de l'Assemblée, le projet de budget de l' APN, pour l'année 2021, sera soumis demain à la commission des finances de la chambre basse du Parlement. Le projet sera ensuite soumis à la plénière, selon la procédure réglementaire. La part du lion de ce budget de fonctionnement, soit plus de 50%, est consacrée à la masse salariale, les primes et les indemnités des députés. Les vice-présidents de l'APN ont refusé d'adopter ce projet. Pour cause: la prime de fin de mandat n'y était pas prévue, selon une source parlementaire. Ce privilège ainsi que d'autres demandes, sont derrière cette montée au créneau des membres du bureau de l'APN. Outre la prime de départ, les députés ont remis sur le tapis leur sempiternelle revendication. Ils réclament la comptabilisation des années de travail dans le secteur économique, le secteur privé ou dans les professions libérales dans le calcul des pensions de retraite des députés ayant cotisé régulièrement aux différentes caisses de la sécurité sociale, d'après la même source. Tous les députés, quelles que soient leurs responsabilités, bénéficient d'une prime de départ, en fin de mandat, d'une valeur de 3 millions de dinars.L'approche de la prochaine échéance électorale et l'éventuelle dissolution de l' APN seraient derrière cet empressement et cette fébrilité des députés à exiger d'introduire la prime de départ dans le budget de l'Assemblée populaire nationale. Les parlementaires disposent encore d'une marge de manoeuvre pour imposer leur demande, sachant que l'Exécutif a encore besoin d'eux pour promulguer la nouvelle loi électorale. La commission chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi organique portant régime électoral a été déjà installée. Le chef de l'Etat avait indiqué, fin septembre dernier, que ladite commission disposait de deux mois et demi pour soumettre son travail. À titre de rappel, le mandat des députés devrait expirer en mai 2022. Par ailleurs, la même commission tiendra une réunion, aujourd'hui, consacrée à l'examen des amendements proposés au projet de loi de finances 2021. Le bureau de l'Assemblée avait transmis à la commission des finances et du budget, à l'issue de sa réunion tenue au courant de la semaine écoulée, 17 des 22 amendements proposés au PLF 2020. Les députés ont apporté quelques amendements à la copie initiale du gouvernement, portant sur la forme. Enfin utilisée comme une boîte aux lettres pour faire passer les lois les plus controversées, l' APN ne cesse de perdre de sa crédibilité depuis sa première législature pluraliste, en 1997. Depuis la révision constitutionnelle de 2008 ayant fait sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels, les députés ont vu leur rémunération parlementaire doublée, par ordonnance présidentielle, avec des rappels d'une année. À cette indemnité principale, il faut ajouter une prime mensuelle d'hébergement, versée annuellement, une autre, mensuelle, pour la restauration. Le député bénéficie aussi de la prise en charge de sa facture de téléphone et de carburant. Quant aux présidents et rapporteurs des commissions permanentes, ainsi qu'aux neuf vice-présidents de l'Assemblée, il leur est accordé une rallonge financière en tant que prime de responsabilité et la prise en charge de leurs lignes téléphoniques fixe et mobile, y compris vers le réseau international.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.