Faire du scrutin du 12 juin un "rendez-vous marquant" dans la construction de la nouvelle Algérie    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    8 symptômes qui vous avertissent d'une carence en vitamine C    COVID-19 : La vaccination boudée à l'EPH d'Amizour    Tébessa : Trafic de psychotropes à grande échelle    Dar Abdeltif : Ouverture prochaine de classes de musique et de dessin    Tarek Acheba .Réalisateur au Théâtre régional d'Oum El Bouaghi : Des planches à la mise en scène    L'armée sahraouie mène quatre nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain    Maroc: des militants dénoncent l'arrestation des travailleurs qui revendiquent le versement de leurs salaires    Algérie Poste : versement des primes (PRI/PRC) à compter de juillet 2021    Ligue 2: l'USMAn, le RCA et l'ASMO s'emparent de la tête de leurs groupes respectifs    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    Fin de mission ou redéploiement ?    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Les habitants d'Ouenza veulent mieux    Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    Tebboune préside la réunion périodique    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le pic de l'inconscience    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    La libération des détenus d'opinion réclamée    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et l'émotion jaillit!
Lancement de la galerie d'art virtuelle Al-tiba9
Publié dans L'Expression le 21 - 12 - 2020

Sublime expo à visiter sans modération! Où ça? Mais c'est sur le Net. Car oui c'est la nouveauté de cette fin d'année chez Al -Tiba9. Cette exposition internationale, nous a habitués son fondateur Mohamed Benhadj depuis sept ans maintenant. Covid-19 oblige, pas d'expo cette année, mais plutôt une autre formule, une autre démarche amplement intéressante qui s'aligne à la tendance du moment, l'art en ligne et sur le digital. Cette forme de communication du futur est déjà là depuis un moment et a bien déposé ses bagages depuis un moment pour ne plus nous quitter. Une façon innovatrice pour déjouer les aléas du destin et surtout s'adapter au monde d'aujourd'hui; c'est un peu de cela en plus que tend à souligner cette exposition virtuelle que nous propose Al Tiba depuis, avant-hier et ce jusqu'au 31 janvier.
De la philosophie de vie tournée vers notre existence immédiate ou à venir, le tour interprété avec subtilité et poésie par le digital et cela donne cette magnifique exposition «Paysages virtuels». En la visionnant, on ne peut que succomber à l'appel de sa matrice et plonger dans les méandres de son captivant monde mouvant. Une expo réalisée par un artiste ukrainien qui nous rappelle combien nous sommes si fragiles, une particule infime devant l'immensité de cet univers, a fortiori devant une chose si petite que soi car invisible qu'est «le Virus». Ou quand la science épouse l'art, le digital, et cela ça donne cette incroyable exposition qui évoque pour nous, la nature dans toute son incroyable et splendide force invincible, nous invitant ainsi à un voyage inattendu, mais si irrésistible, dans l'attente de la construction de notre futur dans cet univers si précieux, comme notre corps, notre vie, notre existence... Virus biologique ou technologique, il reste que sa représentation esthétique par l'artiste est délicatement belle et invite au songe et à la méditation. Son flux organique apparent servi dans une couche digitale est une invitation à une double vision intérieure, qui, malgré la froideur de cette carapace formelle des oeuvres, transfigure une certaine émotion née de cet effet de surprise devant le travail laborieux fourni par l'artiste.
Une nouvelle approchede l'art contemporain
Ainsi, comme il est souligné dans le dossier de presse, la galerie Al-Tiba9 adopte une nouvelle approche de l'art contemporain dans un espace numérique. Basée sur l'idéologie de la plateforme Al-Tiba9, la galerie d'art Al-Tiba9 met l'accent sur les artistes internationaux émergents. La galerie vise à mettre en valeur la vision du futur exécutée par des artistes hors pair à travers les arts visuels, l'art digital et expérimental, l'art virtuel, la musique experimentale et l'architecture interactive. Fondée par Mohamed Benhadj, commissaire et conseiller artistique avec une expérience de dix ans dans le travail avec des artistes, des galeries, des musées et des collectionneurs établis. la galerie Al-Tiba9 gère plusieurs programmes pour promouvoir les artistes internationaux et invite les professionnels de l'art à travers des expositions en ligne, des publications de collectionneurs, des participations aux foires d'art, événements digital via les réseaux sociaux, et bien plus encore.
Pour le commissaire d'expo Mohamed Benhadj: «Nous considérons ce qui est la plus petite partie de la vie comme si éloignée que nous n'avons aucun rapport avec elle. La plus petite particule vivante n'est généralement même pas considérée comme une forme de vie. Et pourtant, notre relation avec cette forme de vie est profonde. Un virus peut changer le cours de l'existence humaine et il est si petit que nous ne pouvons même pas le considérer comme faisant partie de notre environnement naturel immédiat. Dans l'espace virtuel, la «nature» peut être redéfinie. Les éléments peuvent être reconstruits, repositionnés, réinterprétés, offrant des possibilités infinies, rendant le virtuel très réel.»
Repenser le futur
Et d'ajouter: «Le même principe a été appliqué pendant la période de la renaissance avec la libération du corps dans le monde occidental, qui est d'ailleurs devenu une des bases de la société contemporaine d'aujourd'hui. La science et l'art sont tous les deux des interprétations de la nature, de notre nature, de nos environnements et de nos relations avec chacun de ces éléments. Alors que nous considérons tout le passé, nous devons admettre le présent et le reconnaître comme un passé pour n'importe quel futur. Ainsi, comme nous sommes présents dans l'avenir de notre propre passé, nous vivons également dans l'histoire de notre propre avenir.» Et de s'interroger: «Nous nous demandons si l'avenir pourrait avoir son objectif tourné vers ce moment. Imaginez, la technologie virtuelle et la science avancée regardant l'histoire humaine, le mythe, nos relations avec le monde physique. Et nous y repensons. La manière dont nous nous rapportons à cette question du temps et de l'espace, à la vie et à la résonance, à nos propres graines d'empathie et de compassion, aux forces de vie et de lumière que nous imprégnons tous, peut être le rappel le plus convaincant que nous sommes tous des expressions virtuelles, contrastes de lumière, de masse, de densité et de forme.
La technologie future vient-elle d'un passé lointain? Regardons-nous dans la bonne direction? Ce moment présent est-il un composite virtuel de chaque élément d'information codée et de sagesse compilée et transposée à travers l'espace et le temps? Nous vivons à l'aube d'une nouvelle histoire virtuelle. Faisons-nous tout ce que nous pouvons pour faire passer le message de notre humanité, pour assurer notre survie?»
Technologie innovante au service du présent
À noter que l'artiste Stephan Ryabchenko, dans sa pratique artistique, essaie toujours diverses formes d'art et de technologie, en donnant la priorité, en particulier à la technologie innovante. Avec le développement rapide de la technologie au cours des dernières décennies, l'art et la science sont plus étroitement liés que jamais. L'intégration de pointe des deux a engendré une myriade de nouveaux phénomènes qui, selon Stepan Ryabchenko, méritent des recherches et des analyses supplémentaires. Tout comme la science, l'art est aussi un outil pour comprendre le monde qui nous entoure.
La science et l'art utilisent des méthodes différentes, mais ils ont beaucoup en commun en ce sens qu'ils doivent être ouverts, créatifs et avoir un intérêt sans fin pour apprendre de nouvelles choses.
De plus, la connaissance elle-même est un processus infini, un moteur qui stimule le développement de diverses activités humaines.
Les oeuvres de Stepan Ryabchenko ont été largement exposées à l'international, notamment l'exposition du Ludwig Museum à Budapest, la Saatchi Gallery à Londres, Krolikarnia à Varsovie, le Museum of Contemporary Art à Zagreb et le Danubiana Meulensteen Art Museum à Bratislava, Manege et Gostiny Dvor à Moscou, etc. des oeuvres ont également été exposées dans de nombreux endroits
en Ukraine, notamment PinchukArtCentre, Mystetskyi Arsenal, National Art Museum, M17 Contemporary Art Center, Museum of Odessa Modern Art, Modern Art Research Institute, etc. Et Il vient dernièrement d'intégrer Al-Tiba9 Gallery. Cette dernière est à visiter absolument!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.