PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le vaccin : une arme diplomatique
Guerre froide sur fond de la pandémie de Covid-19
Publié dans L'Expression le 24 - 12 - 2020

Le vaccin contre le Covid-19 est devenu une véritable arme diplomatique, c'est l'enjeu crucial des pays qui disposent de ce vaccin si important et déterminant dans le recentrage géopolitique sur l'échiquier international. L'Algérie fait partie des pays qui négocient un vaccin répondant aux normes et aux standards scientifiques sur le plan médical.
Les Américains et les Européens sont face à la concurrence de la Chine et la Russie en matière de vaccin inhérent au Covid-19 en tant que marché juteux et mirobolant. La guerre de la commercialisation n'a pas uniquement l'approche classique de monopoliser le marché mondial en la matière, c'est une nouvelle conception qui est mise en oeuvre par d'autres forces qui veulent faire dudit vaccin un outil pour contrer la déferlante voracité des pharma-business gagnés à la cause mercantile tous azimuts.
Mais la dimension géostratégique est la plus déterminante dans cette opération de la diffusion et la commercialisation du vaccin au goût d'une guerre diplomatique entre l'Occident et le tandem sino-russe.
D'ailleurs, la Russie a bel et bien mis un pied dans l'Union européenne en exportant son vaccin Spoutnik-V à la Hongrie. C'est dire que le redéploiement politique et diplomatique via le vaccin contre le Covid-19 fait bien les choses pour des pays qui inscrivent leur démarche dans une perspective répondant à sa démarche géopolitique.
La Russie et la Chine qui axent beaucoup leur redéploiement international dans des continents qui constituent des zones stratégiques en termes de potentiel naturel et énergétique, trouvent à travers le vaccin contre le Covid-19 un moyen idoine pour jouer les trouble-fêtes aux puissances traditionnelles qui ont mis main basse sur lesdits continents.
Les Chinois quant à eux, le redéploiement garde la même dynamique en choisissant l'Afrique comme potentiel en mesure de lui permettre de sortir de l'étau que lui dressent les Etats-Unis et l'Europe pour élargir la sphère de l'échange et de la commercialisation de tous ses produits. Beaucoup de pays africains viennent de bénéficier du vaccin chinois. Le chargé de communication au niveau de l'ambassade de Chine en Algérie a déclaré que «le vaccin chinois est entré en Egypte et certains pays arabes et africains. Comme c'est le cas pour plusieurs pays de l'Amérique latine et bien évidemment en Asie». Quant à l'Algérie, le responsable de la communication au niveau de l'ambassade de la Chine en Algérie a déclaré que « l'Algérie ne s'est pas rapprochée de la Chine sur la question du vaccin. Il n'y a pas eu d'échange entre la chine et l'Algérie sur cette question», a-t-il rétorqué.
Les Russes, quant à eux, travaillent en coordination avec les Chinois étant donné que beaucoup d'enjeux géostratégiques vont ensemble. Mais l'Occident semble déstabilisé et peu content quant à ce redéploiement dans la Chine à travers le vaccin qui va chambouler les rapports et les relations internationales.
D'ailleurs, les spécialistes des relations internationales occidentaux précisent: «En multipliant les accords bilatéraux et en vendant ses vaccins à prix modique dans les pays émergents, Pékin cherche à étendre son influence politique et à renforcer ses intérêts économiques», c'est une guerre silencieuse qui se trame à l'aune de la pandémie du coronavirus dans l'optique de reconfigurer l'ordre international.
Et puis, le vaccin européen Pfizer est vu autrement par un nombre important de pays, la raison est scientifique et médicale: «Il a déconseillé son poison aux allergiques aux diabétiques aux personnes âgées aux femmes qui allaitent enceintes ou projettent d'enfanter. Le vaccin russe est efficace et non dangereux à base d'adénovirus qui a une durée de protection de 2 années. Aucune contre-indication pour les allergiques les diabétiques, les personnes âgées, les femmes qui allaitent, les femmes enceintes et les femmes qui veulent devenir maman contrairement à Pfizer qui est à base d'ADN messager jamais utilisé sur l'homme UPF», selon les études scientifiques et les premières expériences de mise en oeuvre du vaccin sur les personnes.
La guerre de vaccin est bel et bien enclenchée, ses retombées seront perceptibles d'ici deux années. Le monde est en train de vivre une métamorphose de fond en comble, le vaccin contre le Covid-19 est le «viatique» de cette arme diplomatique dans la perspective de conquérir les zones d'influence et gagner la bataille de la suprématie économique et technologique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.