7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sortie de crise : la feuille de route de Jil Jadid
Il appelle à l'application de l'article 102 de la Constitution
Publié dans Liberté le 28 - 08 - 2017

La résolution passe par "la mise en œuvre de profondes réformes politiques et institutionnelles" et devrait commencer par "l'élection d'un nouveau président de la République".
Un communiqué du conseil politique du parti Jil Jadid et signé par son président, Soufiane Djilali, appelle à la mise en œuvre de l'article 102 de la Constitution pour débloquer la situation politique actuelle. Et pour cause, "les derniers événements politiques ont démontré à l'opinion publique que le président de la République est dans l'incapacité physique et morale de diriger le pays", est-il mentionné dans le document transmis hier à notre rédaction. Pour Jil Jadid, "la résolution de la grave crise que traverse l'Algérie dépendra de la mise en œuvre de profondes réformes politiques et institutionnelles dont le premier acte devrait être inauguré par l'élection d'un nouveau président de la République". Apportant son point de vue au débat, la formation de Soufiane Djilali estime que ce n'est pas un défaut des dispositions constitutionnelles qui est à l'origine du blocage "mais l'entêtement d'une caste au pouvoir qui se considère comme la propriétaire de l'Algérie réduite au sort d'un butin de guerre. Aujourd'hui, seul le peuple, en théorie souverain mais en pratique asservi par le régime, est en devoir moral de reprendre son destin en main. C'est l'avenir de la nation qui est en jeu. C'est au peuple d'exiger l'application de l'article 102. Dans cette optique, Jil Jadid assumera ses responsabilités". Pour Jil Jadid qui expose, ainsi, sa vision d'une sortie de crise, le départ de M. Bouteflika sera "le début d'une solution, pas la solution". "En effet, quel que soit le futur Président élu, il aura à assumer de véritables réformes de fond lors d'un mandat qui devrait être voué à la transition du système actuel vers l'édification d'un véritable Etat de droit. Considérant le délabrement général des institutions actuelles et des outils juridiques en cours, le Président élu devra engager, en premier lieu, un processus constituant, sous forme d'un large dialogue avec la classe politique et la société civile et qui serait couronné par l'institution pour une durée de 6 à 12 mois, d'une Conférence nationale dont l'objet serait une nouvelle Constitution consensuelle. Le peuple serait alors appelé à un référendum pour son adoption et donner ainsi les premières fondations à une deuxième République". Le modus operandi proposé par Jil Jadid se veut très détaillé avec pour "réformes phare", la limitation des mandats présidentiels, l'institution d'une cour constitutionnelle indépendante du président de la République, l'indépendance de la justice de l'Exécutif, le rééquilibrage de la répartition des pouvoirs exécutifs et le renforcement des pouvoirs de contrôle de l'assemblée sur le gouvernement. Jil Jadid suggère même un échéancier : "L'adoption de la Constitution devrait être suivie, dans l'année, par des élections législatives dignes de ce nom, sous l'autorité d'une commission indépendante du gouvernement. La nouvelle Assemblée nationale serait alors chargée de concevoir l'arsenal juridique adaptée aux nouvelles dispositions constitutionnelles. Le déroulement de ce programme nécessitera 2 à 3 ans à partir de l'élection présidentielle." Jil Jadid demande, enfin, aux candidats à l'élection présidentielle de s'engager à n'accomplir qu'un seul mandat qui sera alors "le mandat de transition et de former un gouvernement d'union nationale", et ce, pour restaurer, un tant soit peu, la confiance perdue entre les gouvernants et le peuple.
Mohamed-Chérif Lachichi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.