Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Du caviar pour les siens
Lounis Ait Menguellet leur rend hommage
Publié dans L'Expression le 04 - 03 - 2021

C'est ce qu'a fait Lounis Ait Menguellat dans le poème «I-wigad-iw» (À tous les miens) dans l'opus (Tudert-nni). Ci-après, j'ai repris en adaptation libre, ce poème que je considère majeur pour justement rendre hommage à cette génération pacifique, éprise de justice et qui lutte pour une Algérie plurielle et unique. Abreuvés à la même source, on s'est entendu et concilié dès notre première rencontre car nous savions que nous étions formés à la même école de la vie. Nous avons été éduqués à travers les mêmes aléas imposés par les circonstances. La vie nous a gratifiés de beaux et pires moments dans lesquels on s'est reconnu et bâti un comportement et une manière d'agir. Ainsi, on s'est forgé un socle et une référence communs pleins de sens et de dignité.
L'avenir avec circonspection
Dans les situations les plus tragiques, nous avons su sauvegarder l'essentiel car nous sommes conscients que nous n'avons qu'un seul pays et nous n'avons jamais admis une marâtre ou une tutelle. On s'est juré de ne pas le délaisser dépérir et lorsque l'un de nous flanche, l'autre se charge de le relever au nom des principes de droiture que nous nous sommes imposés. Il n'est plus question de s'entre-déchirer et se chamailler pour des situations relevant beaucoup plus de l'ego et qui sont entretenues par ceux-là qui tirent les ficelles, comme dans le jeu de marionnettes. Cela fait très longtemps qu'on est embarqué, ensemble, dans une même galère. Le temps parait court et long en même temps. On est toujours ravi de rencontrer ceux que nous aimons, à qui on se confie et que nous écoutons avec respect et intérêt car nos destins convergent. Même nos rêves ont les rêves communs. On est bien conscient de la situation et l'avenir nous l'appréhendons avec circonspection pour ne pas se laisser corrompre par les futilités dressées devant nous, par les Chasseurs de lumière, comme étant essentielles pour notre devenir. On s'est habitué à vivre ensemble, en ayant une pensée pour ceux qui nous ont quittés dans des conditions et des situations indescriptibles, ceux que nous connaissons bien sans pour autant oublier de croquer la vie à pleines dents et l'aimer à en mourir. Que de temps passé! Les cheveux grisonnants de nos têtes nous étonnent car nous ne les avons découverts que devant le miroir. Ravis de se voir, on l'est toujours à chaque rencontre, car cela nous fait oublier les soucis quotidiens et le vivre ensemble nous rassure.
Accueillons l'avenir avec le sourire pour qu'il nous réserve un éden terrestre, à léguer à nos enfants et aux générations futures. Eh oui! la vie a été très dure pour nous et le sort ne nous a point épargnés. Nous avons été surpris par les flots des fleuves-tragédies qui ne sont pas arrivés à nous faire vaciller et ébranler. Malgré les injustices et les drames subis, il n'a jamais été question pour nous tous de renoncer à l'Idéal et faire marche arrière. L'idée de renoncement n'a jamais effleuré nos pensées car l'Avenir nous préoccupe plus que tout afin de mériter la dignité de ceux qui ont combattu pour les libertés dans des milieux souvent hostiles.
Que le bonheur fasse tache d'huile
Vers l'avant, nous avons progressé, en nous imposant la mesure du silence qui progresse à la vitesse de l'éclair, plus importante que le son. Lorsque la conscience a fait appel, le fleuve-tragédie, qui a failli emporter l'essentiel de notre pays, s'est figé car le flux et le froufroutement des marches s'est révélé plus résilient et plus résistant que les funestes manigances. On souhaite juste que le bonheur perdure et qu'il fasse tache d'huile car on ignore ce qui adviendra dans cet avenir incertain. À notre âge, chaque jour compte et on se doit d'affronter la vie avec dignité et sourire aux lèvres car demain, serait peut-être trop tard. L'incertitude qui pèse sur demain fait que c'est comme si nous avions un pied à terre et l'autre à l'étrier, comme les valeureux cavaliers, et en même temps un pied dans l'avenir et l'autre dans l'au-delà. Le poids de l'âge fait que nous sommes beaucoup proches de l'autre monde que de la jeunesse que nous vénérons et durant laquelle nous voulions croquer la vie à pleines dents alors qu'elle ne représente qu'un transit pour passagers... intérimaires. De tous les aléas affrontés, nous avons engrangé, toute une culture orale que nous avons consommée et semée comme viatique. Des poèmes nous avons été abreuvés. Soyons plus dignes et rendons hommage à tous les sages, poètes et philosophes, avant l'heure, et autres troubadours qui ont bercé notre jeunesse et qui ont affuté notre sens de l'honneur et de la dignité. Au final, nous ne sommes que des maillons d'une chaîne de transmission et en même temps les fils inextricables d'une oeuvre de tissage faite avec l'amour de notre culture. Nous avons été à la bonne école de la vie durant laquelle, les Ainés nous ont transmis leur savoir que nous avons remis aux relais de la nouvelle génération qui nous parfume et encense avec du baume empreint de notre identité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.