Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    Le MJS rassure les sportifs d'élite pour leur avenir professionnel, après la reconversion    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Maladies chroniques: appel au respect des recommandations médicales durant le Ramadhan    FAT: Décès de l'ancien DTN, Mohamed Bouchabou    Covid-19: au moins 2.987.891 morts dans le monde    Ligue 2 (12e j): le derby JSMB-MOB à l'affiche    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Algérie-Liban: renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Real : l'avenir de Benzema serait lui aussi scellé    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Amara, un plébiscite et des promesses    Le gouvernement français «regrette»...    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tous les indicateurs sont en hausse    Tension persistante dans l'éducation    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Est-ce une nouvelle crise ?    La grève s'étend    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui est cadre et qui ne l'est pas?
Publié dans L'Expression le 06 - 03 - 2021

Qu'est-ce qu'un cadre de la nation ? La question mérite d'être posée, sachant la définition que l'on donne à ce statut, selon que l'on soit au gouvernement ou dans la société civile. Les Algériens, dans leur ensemble, accorderont, sans hésitation aucune, le qualificatif de «cadre de la nation» à un enseignant universitaire, un professeur en médecine, un philosophe, ou encore un intellectuel dont les travaux connaissent une postérité et exercent une influence positive au sein de la société et la fait avancer. Des profils qui répondent à ce genre de critères sont très nombreux en Algérie. on peut en croiser aux quatre coins du pays. Et les Algériens ne trouvent pas de difficulté à se sentir redevables à ces personnes qui, d'une manière ou d'aune autre, ont eu un impact positif sur le vécu d'un quartier, d'une wilaya ou du pays. Chaque génération a ses cadres et la société sait en produire pour en faire les porte-paroles d'une nation algérienne, née dans les conditions que l'on sait. Avant l'indépendance du pays, aux tout premiers actes de résistance, jusqu'à la Guerre de Libération nationale, on a compté des centaines de «lumières» qui ont guidé le peuple à la victoire finale. Ils étaient autant de cadres d'une nation en devenir. Parmi eux, il y a pas mal d'anonymes, mais dont l'action pour la liberté n'était pas moins décisive que celle des héros et pères fondateurs de la nation. Après l'indépendance du pays, le concept de cadre de la nation a été quelque peu phagocyté par un autre concept, celui de cadre de l'Etat. Et les serviteurs de cet Etat, dont beaucoup sont méritants, se sont attribué les mérites matériels en rapport avec la fonction. En fait, le statut qu'accorde généralement la société à ses «lumières» est devenu une fonction et seuls les hauts fonctionnaires en ont pris les privilèges associés et qu'ils ont décidé eux-mêmes de s'attribuer.
On peut toujours évoquer le consensus social sur la rétribution du mérite pour expliquer les privilèges de traitement des cadres de l'Etat. Il sera, néanmoins difficile pour les bénéficiaires de ce statut de justifier le grand écart en matière de conditions de vie avec les enseignants universitaires, professeurs en médecine, ou encore les intellectuels qui n'émargent pas dans les effectifs des institutions de la République. Le problème ne se pose pas lors de la période d'exercice des fonctions. Les Algériens peuvent trouver tout à fait normal qu'un ministre, un député ou un directeur central de ministère puisse avoir une rémunération supérieure à un enseignant universitaire ou un professeur en médecine. Là où le bât blesse, c'est le fait que ces hauts fonctionnaires s'assurent une retraite dorée après quelques années de travail, alors que d'autres cadres de la même nation doivent attendre «l'âge légal» pour prétendre à une retraite qui n'est même pas indexée aux hausses de salaire du poste qu'ils occupaient. Il faut, une bonne fois pour toutes, dire à ces cadres de l'Etat que bien que l'Etat leur rende très bien les services qu'ils lui ont rendu, il est des Algériens très méritants qui n'ont pas la même chance. La chance ne doit pas être un critère dans une société qui veut avancer au mérite.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.