Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Bouira : Une wilaya sans salles de cinéma    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Eclaircie à l'horizon    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Les (mauvaises) manières du «discours»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    750.000 litres de carburant saisis    9 personnes ont péri noyées    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach prend l'Anade sous son aile
Création et développement des microentreprises
Publié dans L'Expression le 01 - 04 - 2021

L'ex-Ansej a changé d'appellation, mais surtout de stratégie. Rebaptisée Anade depuis le mois de novembre, elle ne pouvait trouvait de meilleur allié que Sonatrach pour redorer son blason.
La colonne vertébrale de l'économie nationale a signé, le 9 mars dernier, dans le cadre de sa politique d'encouragement de la production nationale, une convention de coopération avec l'Agence nationale d'appui et de développement de l'entrepreuneuriat (Anade, ex-Ansej). Un comité paritaire, chargé de son suivi, a été installé, le 29 mars. La convention de coopération entre les deux parties s'inscrit dans le cadre d'une démarche commune visant à encourager la création et l'émergence des microentreprises algériennes et faciliter leur accès aux marchés de Sonatrach, souligne un communiqué de l'entreprise pétrolière, rendu public, hier. Quels sont les buts qui lui sont fixés?
«Elle a pour principaux objectifs d'instaurer le cadre nécessaire pour faciliter la participation des microentreprises au développement des projets du Groupe Sonatrach,» explique le document de la Compagnie nationale des hydrocarbures. Quelles seront les retombées d'une telle initiative? «Cela permettra d'offrir une réelle opportunité pour les jeunes entrepreneurs afin qu'ils acquièrent plus d'expérience et de maîtrise technique et, ainsi, participent activement au développement du tissu industriel national.» assurent les rédacteurs du communiqué. Une démarche qui répond au voeu du président de la République, qui avait souligné l'importance de soutenir et d'encourager les start-up pour en faire la «locomotive» d'un nouveau modèle économique, basé sur la connaissance et l'innovation.
«Afin de permettre aux porteurs de projets innovants de concrétiser leurs idées, il était nécessaire de renforcer l'écosystème de l'innovation dans notre pays, pour le hisser au niveau des aspirations de nos jeunes, un écosystème qui puisse leur garantir des mécanismes de financement adéquats», avait déclaré Abdelmadjid Tebboune, le 3 octobre 2020, lors de l'ouverture de la Conférence nationale sur les start-up.
La Compagnie nationale est en première ligne pour concrétiser ce chantier d'envergure qui a pour finalité d'instaurer un nouveau modèle de croissance économique lequel lui permettra de souffler quelque peu, de surcroît, les exportations d'hydrocarbures représentant l'essentiel des revenus du pays. Pour rappel, Sonatrach a signé, en 2020, plus de 1.100 contrats de projets avec des entreprises nationales.
Un chiffre qui reflète l'orientation du Groupe vers l'intensification de ses transactions avec les opérateurs locaux, à travers l'ouverture de ses marchés.
La Compagnie nationale des hydrocarbures, qui compte investir 40 milliards de dollars pour les cinq années à venir, ne va pas s'arrêter en si bon chemin. Une opportunité pour l'Agence nationale de l'aide et de développement des entreprises l'Anade (ex-Ansej) de renaître de ses cendres. Ce dispositif de soutien à la création d'activités pour les personnes de moins de 40 ans, censé booster l'emploi des jeunes, notamment, a été, en effet, un échec retentissant.
La stratégie adoptée par les pouvoirs publics pour l'accompagnement des entreprises créées dans ce cadre s'est transformée en berezina. 220.000 entreprises sous la férule de l'Ansej ont déclaré faillite, depuis 2011. Les dettes quant à elles, sont estimées à 172 milliards de dinars. Avec une «béquille» de la stature de Sonatrach, l'Anade peut désormais tenir debout


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.