Allègement des hôpitaux: vers la reconsidération des services d'urgences de proximité    Sétif : le spectacle "Rassassat ghadr" reproduit le début des massacres du 8 mai 1945    Fedissah: La question sahraouie ne peut être résolue que par un référendum d'autodétermination    L'Allemagne demande des explications au Maroc au sujet de la décision de convocation de son ambassadeur à Berlin    Découverte du cadavre d'une personne à Oued Mitar à Boussaâda    Real : Zidane prêt à s'en aller si le club l'exige    ASO Chlef : Un gardien de but à la rescousse    Habitudes de consommation durant le ramadhan à Constantine : Quand la galette fait de l'ombre au pain    Visite du ministre de l'habitat à Biskra : Remise des clefs de 1735 logements sociaux    MC Alger – WA Casablanca : Avancé pour ce vendredi    Législatives: le délai pour l'examen des dossiers de candidatures prend fin dimanche    Les massacres du 8 mai 1945 en Algérie, une continuité des grandes répressions de la conquête française    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Tirage au sort lundi au Caire    Doigts de kounafa    Un nouveau recteur pour Tizi    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Des choix budgétaires très compliqués    Lourdes accusations contre les syndicats    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    CFA : Première réunion lundi    Le CNRC veut assainir la liste des importateurs    Forte mobilisation à Alger    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Santé: Lancement du Registre des refus de don d'organes    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    L'ambassadeur du Mozambique à Annaba    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    La pasionaria Djamila Boupacha    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils doivent être traités en France!
Déchets des essais nucléaires Français effectués en Algérie
Publié dans L'Expression le 10 - 04 - 2021

Le dossier des essais nucléaires français refait surface. L'autre face, barbare, de la guerre d'Algérie, est remise sous les feux de l'actualité. À travers les essais nucléaires menés au Sahara algérien dans les années soixante, cette page d'horreur vient d'être à nouveau exhumée. Des voix continuent de s'élever, cette fois-ci encore de l'autre côté de la Méditerranée pour procéder à la décontamination des sites.
Le gouvernement français est interpellé pour assumer un passif qui n'a fait qu'exacerber les relations entre l'Hexagone et son ancienne colonie. Le directeur de l'Observatoire des armements en France, Patrice Bouveret, a recommandé le «rapatriement» et le «traitement en France» des déchets radioactifs provenant des essais nucléaires effectués par l'ancienne force coloniale dans le Sud algérien dans les années 1960, indique une dépêche, datée du 8 avril, répercutée par l'APS. «Il faudrait déjà lancer une mission pour nettoyer les sites contaminés et collecter les restes. Il faut bien évidemment affecter des moyens pour cela et, ensuite les déchets nucléaires du Sahara devraient être rapatriés en France et traités dans des sites nucléaires», a recommandé Patrice Bouveret qui est aussi membre du conseil d'administration d'Ican France, Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires, (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons).
«Toutes les informations n'ont pas été rendues publiques sur les résidus des déchets nucléaires. Ce n'est pas un problème technique, mais un problème de volonté politique», a expliqué Bouveret, également coauteur, avec Jean-Marie Collin, de Sous le sable, la radioactivité! Déchets des essais nucléaires français en Algérie. «Des équipes spécialisées doivent aller sur place et entamer ce nettoyage» a-t-il recommandé dans un entretien accordé au journal Libération qui a consacré tout un dossier aux essais nucléaires français alors que le Premier ministre français, Jean Castex, est attendu demain à Alger pour une visite de travail. Un sujet refoulé qui sera inévitable. Il faut souligner que plus de 60 ans après, les archives concernant les essais atomiques français sont toujours classés secret défense. Le passé nucléaire de la France reste enfoui dans les sables. Une des pages les plus sombres que l'armée coloniale a épinglée pour l'éternité sur le revers de sa vareuse. Une cocarde qui dévoile à la face du monde son côté sauvage. Le coût qu'il aura fallu en vies humaines avec des conséquences irréversibles sur l'environnement, les espaces occupés par des populations qui en portent les séquelles aujourd'hui et qui n'épargneront certainement pas leurs enfants demain, pour que la France se dote de l'arme atomique. Gerboise bleue est le nom de code de l'opération qui avait pour but de procéder à l'essai de la première arme nucléaire à Reggane et qui fut tenue secrète.
La bombe d'une puissance de 70 kilotonnes représentait l'équivalent de quatre fois celle d'Hiroshima. «Plus de 50 ans après le dernier essai nucléaire français au Sahara, le passé nucléaire de la France ne doit plus rester enfoui dans les sables. Il est temps de déterrer les déchets provenant des 17 essais réalisés entre 1960 et 1966 par la France au Sahara, pour assurer la sécurité sanitaire des générations actuelles et futures, préserver l'environnement et ouvrir une nouvelle ère des relations entre l'Algérie et la France», avait déjà écrit Patrice Bouveret dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde le 14 septembre 2020, cosignée avec Jean-Marie Collin un autre expert français en désarmement. Un appel puissamment renouvelé. Reste à savoir s'il sera entendu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.