Covid-19/vaccination: les citoyens à se présenter dans les structures de santé de proximité    Covid-19: au moins 3.875.359 morts dans le monde    La Bande dessinée en fête à Alger du 25 au 27 juin en cours    Compétitions interclubs de la CAF: l'Algérie conserve ses 4 représentants    Réunion ministérielle du Comité sur la Palestine du Mouvement des pays non-alignés    Le monde en bref...    Boukhelifa (Béjaïa) : Sit-in des bénéficiaires du lotissement d'El Maghra    Coupe de la CAF (Demi-finale aller). Coton Sport 1 – JS Kabylie 2 : Une très belle option pour la finale    Coupe arabe (U20) : Les Verts débutent par une victoire face à la Mauritanie    Appel à l'adoption de mécanismes pour la facilitation des transferts en devises des exportateurs algériens    Elections régionales en France : Le Rassemblement National de Marine Le Pen prend une raclée    BAC à Béjaïa : Des absences qui interpellent    Règlement de la crise malienne : L'application de l'accord de paix est «poussive», regrette la CMA    21e Festival européen à Alger : Sous le signe de l'amitié algéro-européenne    Frioui out «plusieurs semaines»    Le message de Washington    L'université s'ouvre sur l'entreprise    Les ressources financières posent problème    La justice se penche sur la fraude électorale    Qui arrêtera l'Italie ?    «Urban Jungle», une exposition collective sur le réaménagement d'une rue d'Alger    Deux hirakistes risquent trois ans de prison à Mostaganem    Le FFS dénonce et condamne "un acte ignoble"    Quelle place pour les clubs algériens ?    Bouazza : "Le CRB ? Ce sera encore plus difficile"    L'ESS conforte sa position de leader    Sonelgaz cible le marché africain    La suppression de l'essence avec plomb actée    Conférence internationale à Berlin pour tenter de pacifier la Libye    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    Les familles de 23 harraga sans nouvelles de leurs enfants    Relaxe pour le maire d'Afir confirmée en appel    Paris ouverts sur de nouvelles hausses    Dessalement de l'eau de mer: une réunion pour le suivi des projets pour renforcer les réserves    La chaîne El Hayat TV suspendue pour une semaine    Une grande Histoire à apaiser    De nouveaux équipements arrivent: Bombardiers d'eau et drones contre les feux de forêt    Alger: Deux ouvriers meurent électrocutés    Le changement en Algérie est-il impossible?    L'enjeu des locales et la survie des partis    Une ambition en sursis    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    Selma Bédri, sur du velours    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Les planches me manquent!»    Rencontre avec Emir Berkane    Qui succédera à Chenine ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Panne de courant» suspecte dans une installation nucléaire
Iran
Publié dans L'Expression le 12 - 04 - 2021

Une «panne de courant», soupçonnée par un député iranien d'être un «sabotage», s'est produite hier matin dans l'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, dans le centre de l'Iran, selon l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA). L'»accident» -d'abord rapporté par l'ageence de presse officielle Fars, citant le porte-parole de l'OIEA Behrouz Kamalvandi-, survient au lendemain du lancement, au complexe Chahid-Ahmadi-Rochan de Natanz, l'un des principaux centres du programme nucléaire de la République islamique, de nouvelles cascades de centrifugeuses. Ces dernières sont interdites par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. «Nous avons eu un accident dans une partie du circuit électrique de l'usine d'enrichissement à Chahid-Ahmadi-Rochan. Il y a une panne de courant (...) mais nous n'en connaissons pas la cause», a déclaré M. Kamalvandi dans un entretien par téléphone à la télévision d'Etat, laissant entendre que le courant n'avait pas été rétabli à la mi-journée. M. Kamalvandi n'a pas précisé si l'électricité était coupée uniquement dans l'usine d'enrichissement ou dans d'autres installations du centre nucléaire de Natanz. «Heureusement, nous n'avons eu ni morts, ni blessés, ni pollution. Il n'y a pas de problèmes particuliers. L'accident fait l'objet d'une enquête», a-t-il déclaré à la télévision, ajoutant n'avoir «pas plus d'informations pour le moment». «Cet incident, survenu (au lendemain) de la Journée nationale de la technologie nucléaire et alors que l'Iran s'efforce de contraindre les Occidentaux à lever les sanctions, est très suspect de sabotage ou d'infiltration», a estimé sur Twitter le député Malek Chariati, porte-parole de la Commission parlementaire de l'énergie. «On estime que le défaut dans le circuit électrique de Natanz (est) le résultat d'une cyberopération israélienne», a tweeté de son côté un journaliste de la radiotélévision publique israélienne, Amichai Stein, sans que rien ne permette d'étayer ces propos.
Début juillet, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion. Les autorités ont conclu à un «sabotage» d'origine «terroriste» mais n'ont pas encore fait connaître les résultats de leur enquête. L'agence officielle Irna avait alors mis en garde Israël et les Etats-Unis contre toute action hostile à son égard. Samedi, le président Hassan Rohani a inauguré à distance la nouvelle usine d'assemblage de centrifugeuses de Natanz, en même temps qu'il donnait l'ordre de mettre en service ou de tester trois nouvelles cascades de centrifugeuses. Ces nouvelles centrifugeuses offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et la communauté internationale. Les Etats-Unis ont dénoncé cet accord unilatéralement en 2018, sous la présidence de Donald Trump, rétablissant dans la foulée les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte. En riposte, l'Iran s'est affranchi, depuis 2019, de la plupart des engagements clés qu'il avait pris à Vienne pour restreindre ses activités nucléaires. Des discussions sont en cours à Vienne entre la République islamique et les autres Etats parties à l'accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) sur la façon de réintégrer les Etats-Unis au sein de ce pacte et de ramener l'Iran au respect total de ses engagements. Téhéran a toujours nié vouloir se doter de la bombe atomique, et M. Rohani a répété samedi que toutes les activités nucléaires de son pays étaient purement «pacifiques».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.