Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les indépendants en «conquérants»
Ils dominent la carte électorale des législatives anticipées
Publié dans L'Expression le 13 - 04 - 2021

Les législatives anticipées seront caractérisées par la présence des postulants à la chambre basse du Parlement avec comme sigle «liste indépendante».
Les chiffres avancés par l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) renseignent sur cet «engouement» sous la houlette du candidat indépendant.
Dans ce sens, l'Anie à recensé 2889 listes d'indépendants dépassant ainsi les listes des partis, qui sont estimées à 1755 listes. Ce chiffre est enregistré pour la première fois dans l'histoire des élections en Algérie depuis son indépendance. Ce qu'il faut retenir aussi dans le même sillage que les deux wilayas, Tizi Ouzou et Béjaïa ont retiré 126 200 formulaires entre partis et indépendants.
Ce tableau montre on ne peut plus clairement que la carte électorale s'est complètement métamorphosée. Est-ce la montée de la société civile au créneau face au recul de la prestation des partis politiques et leur absence drastique dans la scène politique nationale?
La réalité n'est pas aussi simpliste et plate en politique, le contexte dans lequel se trouve le pays est pour beaucoup quant à cette nouvelle «reconfiguration» électorale qui se dessine. Le Mouvement populaire du 22 février a cassé avec la traditionnelle pratique politique où les partis politiques avaient un «rôle» dans le processus électoral précédent. Mais la prestation mièvre et une posture en deçà de ce que la société attendait de ces derniers, c'est-à-dire les partis politiques, a fait l'effet contraire, à savoir de déserter lesdits partis traditionnels et s'engager dans une démarche nouvelle à même de sécréter d'autres mécanismes et structures qui ne sont pas automatiquement comme les précédents. D'où cette «ruée» vers des listes indépendantes comme expression d'une nouvelle mutation qui caractérise la société et la classe politique à la fois.
La situation qui caractérise la scène politique nationale et les tiraillement qui la traversent sont autant d'éléments qui favorisent cette tendance générale qui consiste à revoir le mode opératoire par rapport à la forme et la méthode organisationnelle qui a trait à l'élection et aussi aux acteurs politiques qui vont l'animer.
La classe politique subira le poids de cette nouvelle réalité faite de nouvelles forces politiques dont le caractère et le contenu sont aux antipodes de ce qu'il y avait avant comme pratique et mode opératoire où la dominance oscillait du côté des partis politiques dans la reconfiguration de la scène politique nationale et de la carte électorale.
Une chose est sûre, les prochaines législatives anticipées vont apporter des réponses à une situation qui ne sera pas tout à fait linéaire comme entendent le dire certains partis politiques participationnistes en déclarant leur suprématie et mainmise lors desdites législatives anticipées.
L'enjeu est de taille face à l'émergence de nouvelles forces sur l'échiquier électoral et politique à la fois. Cette réalité sera un indice annonciateur d'une redistribution des cartes au sein de l'Assemblée populaire nationale (APN) où on aura à assister à un spectre politique nouveau et qui ne ressemble pas du tout à celui qui prédominait la scène politique et les instances élues auparavant.
Cette «déferlante» des listes indépendantes va remettre en cause la pratique qui existait au sein de l'institution législative. Mais la question qui reste posée, est: est-ce que cette «déferlante» saura assimiler les nouveaux enjeux qui se présentent avec acuité au Parlement pour répondre aux exigences d'une dynamique politique, économique et sociale des plus délicates et sensibles dans un contexte qui n'est pas du tout reluisant?
Selon toute vraisemblance, cette question sera dissipée une fois que l'urne tranchera le cas du potentiel majoritaire et des forces susceptibles de dominer l'hémicycle et le reconfigurer.
Avant d'en arriver à cette posture et situation, l'enjeu qui reste crucial, c'est bien l'enjeu de la stabilité politique et sociale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.