Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Bouira : Une wilaya sans salles de cinéma    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Eclaircie à l'horizon    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Les (mauvaises) manières du «discours»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    750.000 litres de carburant saisis    9 personnes ont péri noyées    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie aux avant-postes
Eradication des armes de destruction massive
Publié dans L'Expression le 14 - 04 - 2021

Le statut de «Pays net exportateur de la paix» que revendique l'Algérie n'est pas usurpé. Il est inscrit sur le fronton de sa diplomatie. Elle vient de le prouver une nouvelle fois. L'Algérie «continuera à oeuvrer, à travers tous les mécanismes possibles, en vue de l'élimination totale des armes de destruction massive», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum qui participait à une réunion consacrée au 25ème anniversaire du traité de «Pelindaba», tenue lundi en visioconférence.
Le traité de Pelindaba est un traité qui a été ouvert à la signature au Caire le 11 avril 1996 sous l'égide de l'Organisation de l'Unité africaine rebaptisée, Union africaine le 9 juillet 2002, avec l'objectif de créer une zone exempte d'armes nucléaires (Zeana) en Afrique. Il est entré en vigueur le 15 juillet 2009. Le chef de la diplomatie algérienne a appelé à l'étendre à d'autres régions du monde, au Moyen-Orient particulièrement où les armes continuent de faire des ravages. «Le traité de Pelindaba a été signé par la majorité des pays africains, ce qui démontre leur engagement dans cet effort international engagé contre l'armement nucléaire», a indiqué Sabri Boukadoum qui a souligné que «l'Algérie a été parmi les premiers pays à signer ce traité et a contribué à la mise en place de la Commission africaine de l'énergie atomique». Ratifié par 51 Etats le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires est entré en vigueur en janvier 2021. Il s'agit d'un instrument susceptible d'apporter des réponses appropriées aux effets de l'usage des armes nucléaires. Il constitue également une étape majeure dans la mise en place de zones exemptes d'armes nucléaires, a relevé le patron de la diplomatie algérienne qui a mis en exergue la nécessité de «déployer des efforts afin de stopper les essais nucléaires, comme une première étape vers la non-prolifération des armes nucléaires», de manière générale. À ce propos, l'Algérie en connaît un rayon. L'Algérie a «grandement souffert des essais nucléaires menés sur son territoire par le pouvoir colonial» a rappelé le successeur de Ramtane Lamamra. Des plaies encore non cicatrisées. Des «milliers d'Algériens» en gardent des séquelles en plus de leurs effets sur l'environnement. De ces conflits, de ces guerres qui ont fait des millions de victimes. De l'utilisation du gaz moutarde au napalm puis à l'arme nucléaire, l'homme a franchi des étapes qui lui ont permis d'affûter sa technique de destruction massive des populations. L'Algérie en a payé le prix fort. À travers une colonisation sauvage qui a duré plus de 130 années et qui ne s'est achevée qu'après une Guerre de Libération nationale qui lui a coûté 1.500.000 de ses filles et de ses fils. Dès son accession à l'indépendance, en 1962, elle a adhéré à l'Organisation des Nations unies et fait de la ratification du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires une des actions majeures de sa diplomatie. Depuis qu'elle en fait partie, en janvier 1995, elle n'a eu de cesse de militer en faveur du désarmement et de la non-prolifération de l'arme nucléaire. Une position qui se justifie aujourd'hui avec son statut reconnu de «pays exportateur net de paix». L'Algérie ne désarme pas et fait entendre plus que jamais sa voix pour le renoncement à l'utilisation du nucléaire à des fins militaires.
«Nous sommes fermement convaincus que le plus grand danger sur l'humanité et sur la survie de toutes les civilisations persistera tant qu'il n'y a pas d'élimination totale des armes nucléaires. La levée de la légitimité des armes nucléaires est donc un pas nécessaire pour mettre le monde à l'abri de ses dangers» avait déclaré le 4 octobre 2020 le chef de la diplomatie algérienne lors de la réunion de haut niveau de l'AG de l'ONU à l'occasion de la célébration de la Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires. Sabri Boukadoum avait affiché la détermination de l'Algérie à ratifier le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires
«dans les plus brefs délais». Une résolution qui demeure intacte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.