Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des partis à la recherche de candidats
Législatives anticipées du 12 juin
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2021

Ce qui arrive à la mouvance «démocratique» est une véritable banqueroute politique et sociétale.
Jamais les «démocrates» ont atteint ce niveau de décomposition et de pourrissement au plan politique et au plan idéologique. Le Mouvement populaire est venu à point nommé pour dénuder cette « entité» frappée d'hybridité et d'anachronisme sidéral. Jadis, les formations politiques qui se reconnaissaient dans le giron démocratique se déterminaient et se démarquaient par rapport à un projet de société et une philosophie nuancée par rapport à ce qui existe comme spectre politique et tendances et courants d'idées et de réflexions politiques. Aujourd'hui, les semblants de démocrates ne savent plus à quel saint se vouer, surtout que la question n'est plus une affaire d'approche tactique relevant de l'analyse d'une conjoncture et d'une situation factuelle. Bien au contraire, cette fois-ci, les «démocrates» ont franchi le Rubicon en épousant des thèses et des démarches aux antipodes de leurs traditions politiques et de leur matrice idéologique et philosophique dont la négation de l'obscurantisme et de la théocratie constituent le maître-mot de leur édifice et sa structure politico-idéologique.
Le Mouvement populaire du 22 février 2019 a fait sortir ces semblants de démocrates de leur tanière. Ils se sont démasqués d'une manière abracadabrante.
Jamais une mouvance ne s'est fait discréditer comme c'est le cas pour les «démocrates» de l'ère des renégats et les chantres de la compromission avec les forces rétrogrades et l'obscurantisme islamiste mortifère.
La mouvance islamiste est aux anges, elle n'a jamais espéré qu'un jour elle s retrouvera dans cette posture que personne ne prévoyait. Les islamistes n'ont plus peur d'afficher leurs objectifs et leur démarche, ils ne seront plus la source d'attaque et d'opposition de la part de ce qu'ils considéraient comme ennemi avéré et éternel à la fois.
La nébuleuse islamiste du Rachad dont ses accointances avec les organisations islamistes et terroristes internationales sont établies, trouve en les «démocrates» de pacotille un défenseur impénitent et fidèle quant à sa cause et son programme.
Aujourd'hui, si un citoyen habitué à l'idée de la démocratie et du projet de société moderne, mais hostile à la théocratie et au conservatisme, aura du mal à se resituer avec la nouvelle smala des «démocrates» qui assure le rôle de sherpa à l'islamisme radical dans son entreprise qui consiste à détruire l'Etat national et la dislocation de ses institutions au nom d'un fallacieux argument de transition démocratique. Cette démarche biscornue est adoptée par la quasi-totalité des semblants de démocrates, à savoir une période de transition visant une étape de la Constituante. Le paradoxe est criard, surtout que cette mouvance sans ancrage ni représentativité réelle et concrète au sein de la société, sera la première victime de ce processus transitionnel.
Sachant que la déferlante islamiste attend aux aguets et n'est pas prête à partager le pouvoir avec personne. Les «démocrates» joueront le rôle de comparse une fois que le jeu est délimité et déterminé.
Ce qui arrive à l'héritage démocratique est un crime gravissime, la contribution démoniaque des semblants de défenseurs du projet démocratique aujourd'hui, sont en train de paver la voie aux forces obscurantistes qui sont de connivences avec des puissances étrangères et des officines dont la mission est de promouvoir des «printemps» arabes.
Croire aujourd'hui que les islamistes font jonction avec les pseudos démocrates, cela peut paraître comme étant une démarche suspicieuse, mais à force d'observer la réalité, on comprend réellement ce qui se trame au nom d'une mouvance qui n'a de «démocratie» que l'appellation.
La convocation des états-majors des républicains est devenue une urgence pour mettre un terme à cette dégringolade et situation kafkaïenne qui frappe de plein fouet les «démocrates» frelatés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.