2e Séminaire régional pour les parlements africains: la délégation du Conseil de la nation souligne à Djibouti l'engagement de l'Algérie à développer les différents secteurs    Conférence africaine des start-up: adoption d'une feuille de route africaine constitutive de la coopération continentale    Les recettes de la fiscalité pétrolière représentent 41% du total des recettes budgétaire prévues pour 2023    Secousse tellurique de magnitude 4 degrés dans la wilaya de Blida    La "Tenue traditionnelle féminine de l'Est algérien", bientôt proposée pour l'inscription au patrimoine de l'humanité    De COP en COP !    Abderrahmane Hadef, économiste: L'Algérie a les atouts pour devenir un pays émergent    Ligue 1 (13ème journée): Deux derbies et un classico à l'affiche    Le chemin est encore long    Violences: Appel à protéger l'école    Tamanrasset: Trois morts dans une collision    Lutte contre les intoxications alimentaires: La commission d'hygiène communale d'Oran sévit    DGSN: Un réseau ciblant les enfants sur les réseaux sociaux démantelé    «Samahna si l'Hadj» !    La Libye invite les sociétés étrangères à reprendre exploration et production    Le Général d'Armée Chanegriha reçoit le Coordinateur américain du Conseil de Sécurité nationale, pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord    Le Qatar impressionne le monde    La Seleçao en mode Samba    Radioscopie d'un club détourné    Le FFS, un parti-rempart    Les leçons d'une opération    Propositions pour le nouveau Code de la commune    Un litige qui dure depuis 5 ans    Les élèves grelottent    L'incontournable numérisation    Le budget primitif en constante régression    L'Afrique se réunit à Oran    La communauté internationale salue l'accord de sortie de crise au Soudan    Un concert euphorique    Formation à l'improvisation théâtrale    L'humanité tragique au cœur du cinéma    Coronavirus: 9 nouveaux cas et aucun décès    Nécessité d'impliquer les startups dans le domaine du tri et du recyclage des déchets    L'Algérie nouvelle sous la conduite du Président Tebboune: une expérience pionnière de démocratie    Maroc: manifestations contre les arrestations des opposants et la détérioration des conditions sociales    Annaba: début jeudi des journées nationales du monodrame    Décès de l'ancien président de la LFP Mahfoud Kerbadj    L'Algérie condamne "fermement" le massacre perpétré en RD Congo    Tebboune reçoit les chefs des délégations    Soudan: la communauté internationale salue l'accord de sortie de crise    Ligue 1 Mobilis (13e J) : USMA-CRB à l'affiche, la JSK en quête de confirmation    11e Fica, le film "De nos frères blessés" présenté au public    Ligue 2 - ASM Oran: Les raisons d'un échec programmé    Algérie-Chine: Le partenariat stratégique global renforcé    Sari-Ali Hikmet au «Le Quotidien d'Oran»: «Chaque cheminant vers Dieu a son propre chemin»    «Je suis conscient des aspirations du peuple»    Cour constitutionnelle: «De grands pouvoirs et une soupape de sécurité pour l'Etat de droit»    Algérie-Jordanie: Des accords et des mémorandums d'entente signés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Conseil de l'ordre new look
Publié dans L'Expression le 02 - 05 - 2021

Depuis l'indépendance, le respect des principes fondamentaux de la profession d'avocat demeure un principe cardinal, nous allions écrire «sacré», tant l'attachement à la liberté de tous les avocats et de tout temps, été consacré même, durant la période de la «chape de plomb», installée au lendemain de la prise en main du pays par les gars du Parti unique.
Faisant mine comme si cette chape n'existait pas, les avocats prirent le taureau par les cornes et s'engagèrent dans une lutte inégale barreaux- chancellerie. Feu Me Mahmoud Khellili mourut sans assister à une vraie justice. Une justice dont il a, malheureusement, longtemps rêvé! Actuellement, les enjeux majeurs de la profession d'avocat, sont de deux ordres: il y a d'une part, le respect des droits de la défense et surtout, cela date de bien longtemps, du respect du secret professionnel! Cette situation est née à la suite de la «dépendance du barreau vis-à-vis de la chancellerie. Par exemple, le bâtonnat d'Alger a pied-sur-rue à la cour d'Alger sise, au Ruisseau, esplanade «Emiliano Zapata». Qui est dans l'erreur?
Le barreau ou la cour de justice? La réponse se trouve dans les lois actuelles qui font que tout se déroule de travers. Actuellement, Me Mohamed Baghdadi, potentiel futur bâtonnier d'Alger évoque la possibilité d'amorcer l'important virage du numérique! Cela rentre dans le cadre de la formation continue des avocats, les jeunes notamment. Pour cela aussi, il faudra à l'avenir, penser à doter le plus grand nombre d'avocats de micro-portables.
Le magistrat a une longueur d'avance sur l'avocat, au moins, sur ce plan. Un souci majeur préoccupe le Barreau national et est en voie d'être éludé: l'accès aux consultations gratuites! «Il faudrait trouver le bon moyen de s'en sortir, autre que ceux qui existent actuellement, pour le bien de tout le monde» estime l'élégant Me M'hamed Yahia - Messaoud, l'avocat de la rue Abane Ramdane, d'Alger.
Quant à Me Med Djediat, «l'avenir de la profession d'avocat, est dorénavant l'affaire des jeunes! Il ne restera aux anciennes générations d'avocats qu'à être là, à suivre le mouvement, puisque les actuels magistrats sont de la même génération que celle de nos enfants!»
Le conseil de la rue Patrice Lumumba d'Alger ne se trompe pas sur cette donne puisqu'il a deux enfants-avocats (Me Fayçal Djediat et Me Sofiane Djediat) et donc, il est dans le vrai!
Le jeune conseil, Me Zakaria Zerak cherche avant tout, la formation continue avec les outils ultrasophistiqués et une franche collaboration avec le Conseil de l'ordre en vue d'ajuster les buts visés, en matière de défense des droits du justiciable. Pour la bâtonnière de Bouira, Ouafia Sidhoum, Me Mostefa Bouchachi, Me Kamel Maàchou, Me Mouloud Boubakeur Me Mouenès Lakhdhari, Me Nabil Benarbia, Me Med Bouaichaoui, tout comme Me Khemissi Zeraïa, Me Habib Benhadj, Me Hakim Tahar et Me Nassima Aïd, «l'avenir appartient aux générations futures, celles qui bossent avec les outils qui n'existaient pas alors...».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.