Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Première AGE du Conseil supérieur de la jeunesse    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Zefizef «corrige» Lekjaâ    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    Antony Blinken au Rwanda    On s'organise comme on peut    Un fleuron pour l'excellence technologique    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Quand la BD rencontre le sport...    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faut-il importer de l'eau?
Sévère sécheresse, réseau défaillant et mauvaise gestion
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2021

Après la crise sanitaire et économique, une dangereuse et inquiétante crise d'alimentation en eau potable se profile dans les mois à venir en Algérie. Les réserves d'eau de l'Algérie, région semi-aride, s'assèchent à un rythme inquiétant. Ce constat alarmant est de Mustapha Kamel Mihoubi, ministre des Ressources en eau. La faible pluviométrie actuelle en Algérie expose le pays à des risques élevés de pénuries d'eau potable. Selon les chiffres fournis par l'Agence nationale des barrages et des transferts (Anbt), le pays enregistre une moyenne de 44% de remplissage de barrages, avec une grande prévalence dans la région Est, où les barrages sont à un taux de remplissage de 67%.
La nouvelle est ahurissante. Certes, les barrages et les autres eaux de surface, ne représentent que 40% des ressources utilisées pour l'alimentation en eau potable, à côté d'autres alternatives telles que l'eau de mer dessalée et l'eau issue des forages, mais il n'en demeure pas moins que les pluies ayant été exceptionnellement rares cette année, l'Algérie voit, ainsi, l'été arriver avec la hantise d'une pénurie d'eau à l'échelle nationale.
Le ciel est devenu avare de pluies. Conséquence: les barrages et retenues sont à un niveau préoccupant et la majorité des wilayas vit un état de stress hydrique. Avec l'été qui pointe son nez, la crise de l'eau risque de s'aggraver davantage «Les quantités de pluies récoltées sont en nette baisse. Elles ne suffisent plus pour remplir nos réserves et alimenter la population. Ces 44% sont ce qui reste de la ressource en eau conventionnelle» précise le ministre.
Ainsi, à l'orée de la saison estivale, où la consommation et les besoins en eau augmentent, l'«or bleu» commence à se transformer en une denrée rare dans de nombreuses wilayas. À ce sujet, le directeur général de l'Algérienne des eaux, Hocine Zaïr, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère en affirmant que le pays se dirigera vers «une réduction des plages horaires de distribution», avec la possibilité de passer à une distribution «un jour sur deux», si les réserves d'eau ne se reconstituent pas. et le même responsable de confirmer que l'Algérie est confrontée à un stress hydrique important, avec une baisse de la pluviométrie et un taux de remplissage des barrages à 44%, soit une réserve de 3,5 milliards de mètres cubes sur une capacité de stockage des 80 barrages de 8 milliards de mètres cubes.
Si à l'Est, le pourcentage a atteint 68%, au Centre et à l'Ouest, il se situe entre 22 et 29%.
D'autant que 20% des barrages ont enregistré un déficit de leurs stocks, en particulier dans l'Ouest et le Centre. Devant cette situation, Nadia Maizi, professeur à Mines ParisTech et experte accréditée comme observatrice à l'ONU, a souligné que les problèmes liés à la raréfaction de l'eau vont impacter tout les secteurs d'activité en Algérie, notamment le secteur agricole et particulièrement la filière céréalière. Dans ce sillage, le directeur général de l'Institut technique des grandes cultures (Itgc), Mohamed El-Hadi Sakhri, a déclaré sur les ondes de la Radio nationale, que la production céréalière connaîtra une baisse, en raison de la rareté des pluies qui a dominé lors de cette année, comparativement au rendement réalisé lors de la saison précédente et qui s'élève à 3,9 millions de tonnes.
Ainsi, en dépit des milliards de dollars dépensés depuis... 2000 dans le secteur de l'eau, l'Algérie n'arrive pas à étancher sa soif. Faut-il pour autant importer de l'eau? Une thèse avancée par Malek Abdeslam, docteur en hydrologie. S'exprimant sur les colonnes du quotidien El Watan, ce spécialiste n'a pas exclu une telle éventualité si la situation persiste. Une telle mesure laisse perplexe.
À moins d'exporter du pétrole pour importer de l'eau. Le hic, c'est comment expliquer au public le pourquoi de pareil commerce qui enlève la chéchia de Ahmed pour la mettre sur la tête de Salah. Tant les négligences et l'amateurisme dans la gestion des projets structurants visant à préserver cette denrée rare ont été aussi clairs que... l'eau de roche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.