Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dégel furtif au bord du lac Léman
Le sommet Biden-Poutine a concerné «deux grandes puissances»
Publié dans L'Expression le 17 - 06 - 2021

Le président américain Joe Biden a proposé hier à son homologue russe Vladimir Poutine des relations plus «prévisibles» entre Etats-Unis et Russie, estimant que «deux grandes puissances» devaient gérer leurs désaccords de façon «rationnelle». Avant d'entamer leur premier sommet à Genève, dans une belle bâtisse du XVIIIe siècle au bord du Lac Léman, les deux dirigeants se sont brièvement serré la main. «J'espère que notre réunion sera productive», a dit le président russe, en remerciant Joe Biden d'avoir pris l'initiative de la rencontre. «Nous essayons de déterminer là où nous avons des intérêts communs et où nous pouvons coopérer. Et quand ce n'est pas le cas, établir une façon prévisible et rationnelle de gérer nos désaccords», a expliqué de son côté le président américain. «Deux grandes puissances», a-t-il ajouté, dans un contraste marqué avec les termes de Barack Obama qui avait qualifié la Russie de «puissance régionale». Les deux hommes étaient arrivés à quelques minutes d'intervalle. Malgré leur poignée de main -un geste devenu rare en pleine pandémie de Covid- les discussions s'annonçaient âpres et tendues. Le 46e président américain a adopté un ton résolument ferme ces derniers jours à l'égard de l'homme fort du Kremlin pour mieux marquer le contraste avec les atermoiements et les ambiguïtés de son prédécesseur républicain, Donald Trump. Joe Biden a promis de dire à Vladimir Poutine quelles sont «ses lignes rouges». «Nous ne cherchons pas un conflit avec la Russie, mais nous répondrons si la Russie continue ses activités», avait-il déclaré lundi à la fin du sommet de l'Otan à Bruxelles. Même si la Maison-Blanche n'a eu de cesse de souligner qu'il ne fallait attendre aucune percée spectaculaire, le président, âgé de 78 ans, sait que son premier déplacement à l'étranger sera largement jugé sur les résultats de cette rencontre très attendue. Le président russe peut faire valoir une longue expérience: il a déjà côtoyé quatre autres présidents américains depuis son arrivée au pouvoir fin 1999. Dans un entretien à la chaîne américaine NBC, il a dit espérer que le président démocrate se montre moins impulsif que son prédécesseur républicain. Mais il a aussi saisi l'occasion pour souligner combien Donald Trump était, selon lui, un homme «talentueux».
Les discussions devaient durer entre quatre et cinq heures. Après une rencontre en format réduit (les présidents américain et russe ainsi que les chefs de la diplomatie américaine et russe, Antony Blinken et Sergueï Lavrov), ils sont passés en milieu d'après-midi à une séquence de travail élargie. Signe d'une certaine tension, tous les détails pratiques ont été minutieusement négociés.
Seul point de convergence entre la Maison-Blanche et le Kremlin: les relations entre les deux pays sont au plus bas. Pour le reste, les sujets de discorde sont nombreux et les discussions s'annonçaient difficiles, en particulier sur l'Ukraine et le Bélarus. L'une des questions les plus sensibles est celle de la désinformation en ligne et des attaques informatiques. Au-delà de l'accusation d'ingérence dans l'élection de 2016 au profit de Donald Trump, des cyberattaques massives ont récemment alarmé Washington. SolarWinds, Colonial Pipeline, JBS: autant d'opérations imputées à Moscou, ou à des groupes de hackers basés en Russie. La Russie, qui a toujours démenti, accuse Washington de s'immiscer dans ses affaires en soutenant l'opposition ou en finançant organisations et médias critiques du Kremlin. «Nous avons été accusés de toutes sortes de choses» mais «pas une seule fois, ils n'ont pris la peine de produire la moindre preuve», a lancé le président russe cette semaine. La ville était sous haute sécurité et plusieurs blindés à roues patrouillaient hier dans les rues quasiment désertes. La Maison-Blanche revendique un double objectif: explorer les voies possibles de coopération et dissuader Moscou de poursuivre des «activités déstabilisatrices» à travers le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.