7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ex-rébellion CMA déplore des «résultats pas satisfaisants»
Accord de paix au Mali
Publié dans L'Expression le 21 - 06 - 2021

La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), l'ex-rébellion à dominante touareg dans le nord du Mali, a déploré hier des «résultats pas satisfaisants» de l'accord de paix signé il y a six ans avec le gouvernement et en a imputé la responsabilité aux précédents dirigeants. La CMA, alliance composée essentiellement d'anciens groupes armés indépendantistes touareg et nationalistes arabes qui ont combattu les forces maliennes dans le nord à partir de 2012, avait signé cet accord de paix en 2015 avec le gouvernement malien et une coalition de groupes armés loyale envers le pouvoir, la Plate-forme. Les jihadistes qui avaient d'abord combattu avec les rebelles touareg et arabes avant de se retourner contre eux ne sont pas concernés par l'accord, et ont depuis étendu leurs agissements au centre du pays et au Burkina Faso et Niger voisins. La tourmente a, depuis 2012, fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, malgré l'intervention de forces onusiennes, africaines et françaises. L'accord dit d'Alger, pour avoir été négocié dans la capitale algérienne, avec le soutien agissant des autorités algériennes, est considéré par les partenaires du Mali comme un facteur capital pour stabiliser le pays. Or, en dehors de la cessation des hostilités entre les signataires, la mise en oeuvre des principales dispositions politiques de l'accord (régionalisation, développement, réconciliation) se fait toujours attendre. Six ans après, «les résultats ne sont pas satisfaisants», a déclaré lors d'une conférence de presse, à Bamako, Mohamed Maouloud Ould Ramadane, un porte-parole de la CMA, citant notamment «les volets politique, institutionnel» et l'opération DDR (désarmement, démobilisation et réinsertion des combattants).»La faute incombe au gouvernement. Le gouvernement précédent de IBK (Ibrahim Boubacar Keïta, renversé le 18 août par les militaires) a voulu jouer au dilatoire», a-t-il dit. Il a également mis en cause l'équipe du président de transition Bah Ndaw, et son Premier ministre Moctar Ouane, renversée le
24 mai par les colonels auteurs de deux putschs en neuf mois. «L'actuel Premier ministre malien Choguel (Kokkala) Maïga, qui était avant sa nomination farouchement contre l'accord de paix d'Alger, a parlé à sa nomination d'application ''intelligente de l'accord''. On ne sait pas ce qu'il veut dire», a-t-il poursuivi.
M. Maïga, nommé par le président de transition, le colonel Assimi Goïta, est à la tête d'une équipe de 28 membres, dont deux appartenant à la CMA, et dominée par les militaires qui ont promis un retour des civils au pouvoir en 2022. Il avait le 13 juin, lors du premier Conseil des ministres après sa nomination, dit vouloir procéder à une «relecture intelligente» de l'accord de paix. Les «principes fondamentaux» de cet accord politiquement important seront respectés, avait-il ajouté, en forme de gage apparent donné aux signataires, mais aussi aux partenaires étrangers du Mali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.