Liga: encore un 0-0 pour l'Atletico    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    PSG : Vers le forfait de Mbappé face à Lyon    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'envoyé spécial ouest-africain face à la nouvelle donne
Mali
Publié dans L'Expression le 09 - 06 - 2021

Les Etats ouest-africains ont dépêché leur émissaire, hier, à Bamako où celui-ci devrait évaluer si les assurances données par le nouveau président de transition, le colonel Assimi Goïta, suffisent à satisfaire leurs exigences quant à un retour des civils au pouvoir après deux coups d'Etat.
Le médiateur de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) dans la crise politique malienne, Goodluck Jonathan, est à Bamako, au lendemain de la prestation de serment qui parachève l'ascension du colonel Goïta d'officier inconnu à chef de l'Etat pendant une période transitoire censée ramener les civils à la direction de ce pays pris dans une tourmente sécuritaire et politique depuis près de dix ans. Invoquant la gravité de la situation, Assimi Goïta et les colonels ont conduit deux putsch, le 18 août 2020 pour renverser le président Ibrahim Boubacar Keïta; le 24 mai dernier pour évincer le président et le Premier ministre de transition et prendre de facto la tête de l'Etat. Les principaux partenaires du Mali, Cédéao, France, ONU, inquiets de la stabilité de ce pays crucial face à la propagation jihadiste et les autres maux qui éprouvent le Sahel, ont condamné ce deuxième coup de force en neuf mois.
La Cédéao, suivie par l'Union africaine et l'Organisation de la Francophonie, a suspendu le Mali de ses institutions. Les dirigeants de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire le 30 mai ont exigé la nomination «immédiate d'un Premier ministre civil» et affirmé la nécessité que la période de transition reste limitée à 18 mois comme les militaires s'y étaient engagés de mauvaise grâce après le putsch d'août 2020. Ils ont déclaré que la présidentielle devait être maintenue «à tout prix» au 27 février 2022.
La France, après huit années de coopération étroite contre les jihadistes, a suspendu les opérations militaires conjointes, un coup dur pour l'armée malienne sous-équipée et sous-entraînée.
La Cédéao avait décidé de renvoyer son médiateur au Mali sous quelques jours «pour oeuvrer avec les parties prenantes à l'application (des) décisions» du sommet.
Le précédent déplacement de Goodluck Jonathan, le lendemain de l'arrestation des dirigeants civils de transition, avait pris mauvaise tournure. Les partenaires du Mali avaient préalablement rejeté «par avance tout acte imposé par la contrainte, y compris des démissions forcées». Mais quand la délégation de la Cédéao avait rencontré le président et le Premier ministre arrêtés, elle avait été confrontée au fait accompli de ce qui lui avait été présenté comme leur démission. L'envoyé de la Cédéao était reparti discrètement. Le colonel Goïta s'est ensuite fait déclarer président par la Cour constitutionnelle et investir par la Cour suprême, un état de fait que la communauté internationale semble avoir acté après avoir tenté de l'empêcher à la suite du premier putsch. Lundi, le colonel Goïta a paru vouloir donner des gages, quant à la tenue des élections le 27 février 2022 comme prévu, mais aussi quant à la mise en oeuvre de l'important accord de paix signé en 2015 par le gouvernement, une coalition de groupes armés pro-Bamako et une alliance composée essentiellement d'anciens groupes armés indépendantistes touareg et nationalistes arabes entrés en rébellion en 2012. «Le Mali va honorer l'ensemble de ses engagements», a assuré le colonel Goïta. Sitôt investi, il a nommé, comme l'exigeaient les partenaires du Mali, un Premier ministre civil, en la personne de Choguel Kokalla Maïga, vétéran de la politique et figure du mouvement dit du 5-Juin (M5). Ce collectif avait mené la contestation contre le président Keïta en 2020. M. Maïga a mené lundi soir des consultations pour former un gouvernement. Les partenaires du Mali réclament qu'il soit «inclusif», préoccupés que les querelles intérieures, dans un climat tendu, ne sapent son action. Outre le M5, les principaux partis ont fait acte de soutien, comme l'Union pour la république et la démocratie, ou d'ouverture, comme le Rassemblement pour le Mali, de l'ancien président Keïta. La coordination des sympathisants de l'influent imam conservateur Mahmoud Dicko a «pris acte» des nouvelles réalités à Bamako. Les dirigeants de la Cédéao doivent se réunir à nouveau en session ordinaire le 19 juin au Ghana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.