LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Ne souillez pas nos symboles!»
Le FFS s'insurge dans une déclaration
Publié dans L'Expression le 22 - 06 - 2021

La vague de haine qui se déverse ces derniers jours est inquiétante à plus d'un titre. Car le discours de ressentiment et de rancune et les attaques contre les symboles de l'Histoire de l'Algérie sont tenus aujourd'hui par des hommes politiques et des personnalités publiques qui l'assument ouvertement. Un état de fait qui a poussé, hier, le Front des forces socialistes (FFS) à s'insurger et à dénoncer une «offensive abjecte» contre les symboles les «plus emblématiques» de l'unité nationale et de l'histoire de l'Algérie. Le parti de feu Aït Ahmed estime que l'objectif de ces «attaques méprisables» est de «semer la discorde et la division entre les Algériennes et les Algériens». Dans une déclaration rendue publique hier et signée par son premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, le FFS affirme que «nous assistons ces dernières semaines à une offensive abjecte contre les symboles les plus emblématiques de l'Unité nationale et de l'Histoire de notre pays».
Citant comme exemple «l'ignoble acte de vandalisme» orchestré contre la statue de Hocine Ait Ahmed, érigée à sa mémoire, dans la commune de Ouacif à Tizi Ouzou, le FFS a indiqué que cette «offensive se manifeste par des attaques méprisables et méthodiques contre tout ce qui nous unit, dans l'objectif de semer la discorde et la division entre les Algériennes et les Algériens».Il a ajouté que ces «apprentis sorciers» qui «agissent en pyromanes et qui ont l'habitude de nager en eaux troubles», jouent sur «toutes les sensibilités dans l'espoir d'attiser la haine et raviver le spectre de la violence dans le pays».
«Ces tristes individus tentent de ramener la grandeur et la profondeur historiques et légendaires de l'Algérie au niveau des limites de leur entendement mesquin et de leur enfermement sectaire et suicidaire pour s'en prendre aux constantes et aux symboles de notre nation», a déploré le FFS, rappelant que ces symboles historiques «ont hissé l'Algérie au rang de Nation respectée et mondialement reconnue après que l'agression impérialiste de la colonisation française ait tout fait pour l'anéantir et dépouiller son peuple de son histoire et de sa capacité à faire société».
Dans sa déclaration, le FFS a souligné aussi que «les attaques contre l'Histoire d'un pays ne sont jamais neutres» et «font partie au même titre que les expéditions militaires génocidaires de l'arsenal de destruction massive contre les peuples», affirmant que «le peuple algérien qui a payé un tribut des plus lourds pour reconquérir sa souveraineté grâce à son unité, à sa vigilance et à l'intelligence de ses symboles de la résistance héroïque, ne saurait laisser les âmes malades, la médiocrité politique et les vassalités à l'Est ou à l'Ouest du monde, mettre en danger sa sécurité». Il y a lieu de rappeler que les propos tenus par Noureddine Aït Hamouda, la semaine dernière, sur des personnalités et des faits historiques, ont créé une vive polémique. Sur El Hayat TV, le fils du colonel Amirouche a qualifié de «traîtres» l'Emir Abdelkader, Houari Boumediene et Messali el Hadj. Qualifiant les propos de «graves et portant atteinte à l'unité nationale», la famille de l'Emir Abdelkader a décidé de porter plainte. Mais dans cette vague de haine, il y a aussi les dernières déclarations faites par le président d'El Bina, Abdelkader Bengrina et le sénateur Benzaïm à propos de la Kabylie et la langue nationale et officielle tamazight. L'ancien ministre de Bouteflika avait, lors d'un meeting électoral, qualifié tamazight de «chose» alors que le sénateur FLN a menacé les Kabyles qui «ont trahi le pays», de «les extraire» comme on le ferait pour «une tumeur maligne» avant de se raviser par la suite, et d'affirmer qu'il visait le MAK (Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie) et le mouvement islamiste Rachad. Il ne s'agit, malheureusement pas des premiers dérapages. Il suffit de rappeler les déclarations aux relents raciaux et haineux de Naïma Salhi depuis plus de deux ans et qui n'a jamais été inquiétée jusque-là. Pourtant, ces agissements sont incriminés en des termes clairs par une loi votée en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.