Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Un discours destiné à semer la zizanie"
Smaïl Maaraf, juriste et militant politique
Publié dans Liberté le 08 - 06 - 2021

Avocat de profession, Smaïl Maaraf est également militant politique. Dans cet entretien, il explique les raisons de cette sortie du chef islamiste et minimise la portée de ce discours "qui tombe sous le coup de la loi".
Liberté : Après les attaques du sénateur FLN Abdelwahab Benzaïm, c'est au tour du président du Mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, de stigmatiser de nouveau la région de Kabylie. Comment interprétez-vous cela ?
Smaïl Maaraf : Le pouvoir a tenté toutes les manœuvres pour déstabiliser le mouvement de conscience nationale, dont le berceau se trouve en Kabylie. Cette conscience politique, qui existe en Kabylie, a commencé à se propager au niveau national. Cela ne plaît pas aux tenants du pouvoir qui veulent circonscrire le hirak uniquement à Béjaïa, Tizi Ouzou ou Bouira. La preuve est que dans cette région, ils laissent les gens marcher. Abdelmadjid Tebboune a récemment indiqué qu'il n'allait pas "se soumettre à une minorité". C'est une manière de dire que "nous avons la majorité avec nous". Ce qui est légalement faux, bien sûr. Parce qu'une majorité et une minorité apparaissent lorsqu'il y a une démocratie. il y a donc visiblement une volonté de diaboliser la Kabylie. Et cela a commencé depuis longtemps avec par exemple la diffusion de l'idée selon laquelle le pouvoir appartenait aux Kabyles. L'objectif est donc clair : créer des divisions au sein du mouvement populaire en empêchant les manifestations populaires. Les figures islamistes sont utilisées, dans ce cas-là, pour animer la galerie. C'est visiblement le rôle qui est dévolu à Bengrina. Celui-ci appartient toujours au système et n'a jamais été un homme politique libre.
Il y a pourtant une loi qui pénalise le discours de la haine et la discrimination. Pourquoi n'est-elle pas appliquée dans ce cas ?
Ces déclarations entrent, en effet, sous le coup de la loi. Mais il y a une politique de deux poids, deux mesures. Cette loi est appliquée uniquement aux opposants. Or, ce discours est dangereux, antinationaliste et risque de porter atteinte à l'unité nationale. En principe, la loi doit s'appliquer. Ces déclarations sont une violation contre la conscience générale du peuple. Cela en plus du fait que les déclarations de M. Bengrina portent atteinte à la Constitution qui reconnaît tamazight comme langue nationale et officielle et classe tamazight parmi les constantes nationales. Cela est un acquis irrévocable.
Pensez-vous que ce genre de déclarations peuvent avoir un impact sur la société ?
Pas du tout ! Ce sont des discours destinés à la consommation populaire. Ils essaient de créer une zizanie dans la société de sorte à convaincre les Algériens que seule l'élection est la solution. Ils vont, par la suite, dire qu'il ne faut pas "suivre ces discours égarés". Une fois les élections passées, tout rentrera dans l'ordre.

Entretien réalisé par : Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.