Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et de 5 pour le baril!
Le Brent termine la semaine à plus de 76 dollars
Publié dans L'Expression le 27 - 06 - 2021

Le pétrole monte, monte...Où s'arrêterat-il? Les pronostics vont bon train. On annonce même le retour d'un baril à 100 dollars. Ce qui était de l'ordre d'une vue de l'esprit il n'y a pas si longtemps que cela. Ce niveau n'est certes, pas à portée de main, il sera probablement difficile à atteindre. Ce qui peut être, cependant, avancé sans de gros risques de se tromper c'est que le baril n'est pas près de s'arrêter en si bon chemin. Il faut reconnaître en effet, qu'il demeure sur une courbe ascendante depuis plus d'un mois. Les cours du brut de la mer du Nord ont aligné une cinquième semaine de hausse consécutive pour clore la semaine qui s'est achevée le 25 juin à plus de 76 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a fini à 76,18 dollars à Londres, soit une hausse de 62 cents par rapport à la clôture du 24 juin. A New York, le baril de WTI pour le même mois a pris 75 cents, pour afficher 74,05 dollars. Il s'agit des plus hauts à la clôture pour les deux contrats de référence depuis octobre 2018 et de leur cinquième hausse hebdomadaire consécutive. «Le sentiment et la dynamique des prix restent extrêmement positifs», note Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank. Plusieurs indicateurs permettent d'affirmer qu'ils continueront d'accentuer leurs gains. Ce scénario haussier est, en effet, entretenu par un facteur déterminant: La hausse de la demande mondiale. Il faut rappeler, en effet, que le rebond mondial de la demande de brut est désormais attendu à 6 millions de barils par jour cette année, une révision à la hausse de 0,1 mb/j par rapport au mois dernier, avait indiqué l'Organisation des pays producteurs de pétrole dans son rapport mensuel du mois d'avril. Des prévisions confortées par l'AIE. Les fondamentaux du marché pétrolier sont désormais «plus solides», avait estimé, le 14 avril dernier, l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui a revu à la hausse ses prévisions de la demande pour 2021. «Les fondamentaux semblent décidément plus solides», un an après la chute du marché pétrolier, en raison de la crise sanitaire de la Covid-19, avait souligné le bras armé énergétique des pays de l'Ocde dans son rapport mensuel, tout en annonçant une hausse de 230 000 barils par jour de demande mondiale pour cette année. Le marché reste aussi à l'écoute des échos qui parviennent de Vienne concernant le nucléaire iranien. Les négociations s'annoncent difficiles et l'éventualité d'une levée de l'embargo américain sur le pétrole iranien semble s'éloigner depuis l'élection présidentielle en Iran qui a vu la victoire du conservateur Ebrahim Raïssi. Un événement susceptible d'exacerber la crise irano-américaine, voire de compromettre le retour des millions de barils de pétrole iranien sur le marché. D'autant plus que les négociations entre les deux parties donnent l'impression de patiner.
Les Etats-Unis ont indiqué le 23 mai dernier, n'avoir pas encore vu de signes concrets d'une volonté de Téhéran de «faire le nécessaire» pour se conformer à l'accord international sur le nucléaire iranien et permettre ainsi la levée de certaines sanctions américaines. «La question à laquelle nous n'avons pas encore de réponse est de savoir si l'Iran, en fin de compte, est prêt à faire le nécessaire pour se conformer de nouveau à l'accord», avait souligné le secrétaire d'Etat américain, Anthony Blinken, sur la chaîne de télévision CNN. Qu'en est-il actuellement? les pourparlers n'ont pas encore permis de rapprocher les positions, a déclaré le 24 juin un responsable du département d'Etat.
Le marché est aussi focalisé sur un autre événement: le sommet de l'Opep+ qui se tiendra le 1er juillet. Les 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs 10 alliés se réuniront pour décider de leurs niveaux de production à compter du mois d'août et potentiellement au-delà. Les «23» avaient, au terme d'une réunion qui s'est tenue le 1er juin, décidé de maintenir inchangée leur stratégie de production: 350 000 barils par jour supplémentaires sur le marché, en mai et juin, puis 441.000 barils en juillet. «Il va sans dire que l'issue de cette réunion donnera le ton aux prix du pétrole pour les mois d'été» indique Stephen Brennock, de PVM. Gageons qu'ils resteront sur leur dynamique...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.