Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le baril hisse les voiles
Hausse de la demande mondiale de pétrole en 2021
Publié dans L'Expression le 15 - 04 - 2021

Les cours de l'or noir retrouvent des couleurs. Le baril de Brent affichait 64,60 dollars, hier, à13h35 soit un gain de 93 cents par rapport à la séance de la veille. Le pétrole américain gagnait, de son côté, 80 cents à 60,80 dollars.
C'était plutôt inespéré, inattendu, la conjoncture ne lui étant pas favorable. Le marché pétrolier était sous la pression des discussions indirectes qui ont débuté le 7 avril, à Vienne, en Autriche, entre Téhéran et Washington, à propos du nucléaire iranien, qui pourraient déboucher sur la levée de l'embargo américain sur le pétrole iranien. Une épée de Damoclès à laquelle s'est greffée la pandémie de Covid-19 qui plombe des pays gros consommateurs, rouages incontestables de la relance, à l'instar de l'Inde. Un pays «crucial pour la reprise de la demande» de brut, soulignera l'analyste de PVM Stephen Brennock, qui était le troisième plus grand consommateur de pétrole et de produits pétroliers, après les Etats-Unis et la Chine, en 2019. Il faut rappeler aussi que le marché de l'or noir a eu du mal à digérer la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés qui ont décidé de mettre 350.000 barils par jour supplémentaires sur le marché, en mai et juin, puis 441.000 barils en juillet.
C'est apparemment fait. Quels facteurs ont bien pu inverser la donne? La marche en avant des prix est vraisemblablement soutenue par des perspectives beaucoup plus optimistes qu'annoncées. La hausse de la demande mondiale est, en effet, revue à la hausse, par l'Opep et l'AIE. Le rebond mondial de la demande de brut est désormais attendu à 6 millions de barils par jour (mb/j) cette année, une révision à la hausse de 0,1 mb/j par rapport au mois dernier, a indiqué l'Organisation des pays producteurs de pétrole dans son rapport mensuel. «La demande de pétrole au second semestre devrait être influencée positivement par un rebond économique plus important que prévu le mois dernier, soutenu par des programmes de relance et un assouplissement des restrictions contre la Covid-19, sur fond d'accélération du déploiement de la vaccination», notent les experts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Ces perspectives haussières concernent, toutefois, essentiellement les pays développés de l'Ocde et feront suite à un premier semestre encore peu dynamique, précisent les rédacteurs du document.
Des prévisions confortées par l'AIE. Les fondamentaux du marché pétrolier sont désormais «plus solides», a estimé, hier, l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui revoit à la hausse ses prévisions de la demande, pour 2021. «Les fondamentaux semblent décidément plus solides», un an après la chute du marché pétrolier, en raison de la crise sanitaire de la Covid-19, souligne le bras armé énergétique des pays de l'Ocde dans son rapport mensuel, tout en annonçant une hausse de 230 000 barils par jour de demande mondiale pour cette année.
La demande devrait, ainsi, croître de 5,7 millions de barils par jour cette année, pour atteindre 96,7 mb/j après une chute historique en 2020. Les cours de l'or noir semblent surtout profiter, dans l'immédiat, des négociations plus difficiles qu'annoncées à propos du dossier du nucléaire iranien. L'Iran a annoncé, mardi, son intention de «commencer à enrichir l'uranium à 60%», niveau qui le rapprocherait d'une capacité d'utilisation militaire, deux jours après le «sabotage» de son usine d'enrichissement de Natanz, que Téhéran impute à Israël, signale-t-on. «Les craintes de représailles iraniennes après l'attaque de son installation de traitement nucléaire, sont susceptibles de soutenir les prix cette semaine», a estimé Jeffrey Halley, analyste de Oanda, ce qui éloigne le retour de 1,7 million de barils par jour sur le marché.
La production actuelle iranienne, qui est actuellement de 2,1 millions de barils par jour, s'élevait à quelque 3,8 millions de barils chaque jour, avant que l'embargo n'y soit mis. Un cocktail qui a vraisemblablement fait bondir le baril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.