Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Enjeux et violence
Dernières journées du championnat de Ligue 1
Publié dans L'Expression le 10 - 07 - 2021


Il ne reste que huit journées avant la fin du championnat de Ligue 1, le plus long de l'histoire, et les enjeux restent de taille, aussi bien en haut qu'en bas du tableau. Cela se passe alors qu'on commence à enregistrer des scènes de violences dans les stades comme ceux constatés à Aïn M'lila et Sétif, jeudi, dans le cadre de la 30e journée du championnat. En chiffres, et pour les adeptes des statistiques, 43 points séparent le leader, l'ES Sétif du dernier classé, la JSM Skikda. Et il ne reste que 24 points en jeu pour les huit matchs décisifs restants. Théoriquement pas moins de 11 équipes sont menacées par la relégation du Paradou AC, classé 10e à la JSM Skikda, lanterne rouge. Ce qui veut dire que la course pour éviter la relégation est bien de mise. En haut du tableau, et toujours théoriquement, pas moins de 11 équipes peuvent prétendre à être championnes. Les enjeux sont, donc, bien considérables aussi bien en haut qu'en bas du tableau. Bien que les férus du football savent qu'il est plus dangereux de se voir reléguer que de rater une des places du podium. Or, pour la question de la relégation, les 10 équipes menacées doivent donc être vigilants et tenter d'arracher le plus de points possibles aussi bien à domicile qu'à l'extérieur. Mais là, d'aucuns savent que dans notre football, la violence est devenue une arme redoutable pour intimider les concurrents. Et là, il faut bien que tous les responsables, quel que soit leur niveau de responsabilité, y compris les joueurs et staffs, sachent que le risque de voir des pertes humaines n'est pas à écarter. Le fair-play est donc bien recommandé pour tous. Rater un titre ou être relégué n'est pas la fin du monde. Et mieux vaut prévenir que guérir avec cette double maladie qui nous guette: la violence et la Covid-19. Et les mauvais exemples viennent d'être vus dans les stades de M'lila et de Sétif. En effet, la direction du Paradou AC dénonce «l'attaque lâche» contre la délégation de l'équipe de la part de deux managers, et de certains joueurs de l'équipe, notamment l'entraîneur Cherif El Ouezzani, «qui a été victime de racisme» après la fin de la première mi-temps. L'image du stade Zoubir Makhlouf, n'est pas honorable, d'autant plus que le duo a agi avec brutalité et barbarie contre les joueurs. Pour mémoire, le président d'Aïn M'lila a appelé à faciliter la rencontre ou à ne pas quitter le stade en toute sécurité. Par ailleurs, la direction du CR Belouizdad dénonce «l'attaque lâche» contre certains joueurs, surtout le défenseur Sofiane Bouchar, après la fin du match face à l'ES Sétif, où les responsables de l'entente, Fahd Halfaya et Kamel Lafi, ont agressé des membres de la délégation belouizdadie sur le chemin menant aux vestiaires du stade du 8-Mai 1945. L'administration du Chabab a soumis un rapport détaillé après cet incident, «qui n'avait rien à voir avec l'esprit sportif et l'éthique sportive».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.