«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Inauguration du studio Ahmed-Malek
Village des artistes à Zéralda
Publié dans L'Expression le 11 - 07 - 2021

Un studio professionnel dédié aux répétitions musicales, mis à la disposition des artistes créateurs par l'Office national de la culture et de l'Information (Onci), a été inauguré mercredi dernier, à Alger à l'occasion du 59e anniversaire de la fête de l'Indépendance et de la Jeunesse et baptisé du nom du grand compositeur et regretté, Ahmed Malek. Officiellement ouvert au «Village des artistes», dans la localité de Zéralda (Ouest d'Alger), par le directeur général de l'Onci, Abdellah Bougandoura qui a confié au musicien chanteur Badji El Bahri le soin de couper le ruban inaugural, le studio «Ahmed-Malek» compte quatre espaces de différentes superficies, qui s'étendent sur une surface de 150 m2. Doté d'équipements numériques de dernière génération, le studio est composé d'une salle de réception, d'une régie technique de 32 pistes, d'un espace de mise en boîte pouvant accueillir une vingtaine de musiciens et d'une salle de travail et de concertation où les artistes pourront se réunir, explique le conseiller artistique du directeur général de l'Onci, Hakim Ladjal.
Le leader du groupe «Dzair» explique que la régie technique de ce nouvel espace, qui attend d'être renforcé par l'ouverture par un autre studio «réservé, celui-là, uniquement pour les enregistrements», met à la disposition des musiciens, entre autres moyens techniques, pas moins de cinq logiciels générateurs de sons, un convertisseur d'enregistrements, écoute monitoring, compresseur de son et microphones omnidirectionnels. La salle d'enregistrement est, quant à elle, dotée de trois batteries dont une électronique, deux amplificateurs pour guitares, solo et basse, un piano électrique, des guitares et plusieurs sortes d'instruments de percussions, entre autres. En présence de plusieurs artistes invités dont Kamel Maâti, Fouad Ouamane, Salim Chaoui, Mohamed Rouane, Fawzi Blues, Chakib Bouzidi et du secrétaire général de la Coordination des musiciens de la wilaya d'Alger, le violoniste compositeur, Kheireddine Mkachiche, la cérémonie inaugurale a été marquée par l'intervention du directeur général de l'Onci et du premier responsable du «Village des artistes», Walid Tifoura. «La salle Ahmed-Bey de Constantine sera très prochainement dotée d'un studio similaire à celui que nous inaugurons aujourd'hui à Alger, un projet que nous comptons reproduire également dans la ville d'Oran», a déclaré Abdellah Bougandoura, qui a évoqué la possibilité d' «organiser des ateliers de formation technique» dans ces studios. «Ce genre d'initiatives tend à assurer plus de confort à nos musiciens qui auront par leurs créations à préserver et promouvoir la richesse et la diversité du patrimoine musical algérien», a estimé pour sa part Walid Tifoura, avant d'ajouter que cet investissement constituait un «nouvel acquis» pour les artistes, les musiciens notamment. Né à Bordj El Kiffan à l'est d'Alger, Ahmed Malek (1931-2008) a rejoint l'Institut de musique en 1942 où il a appris à jouer au ney, au piano et à l'accordéon. En 1947, il intègre l'Orchestre moderne de la Radio algérienne dirigé alors par le regretté Mustapha Skandrani (1920-2005) et collabore comme arrangeur avec plusieurs artistes et groupes de musique algériens de renom. Ahmed Malek a composé nombre de musiques de films dont, «Zone interdite» d'Ahmed Lallem (1972), «Le charbonnier» de Mohammed Bouamari (1972), «Les enfants de novembre» de Moussa Haddad (1975), «Omar guetlatou» de Merzak Allouache, (1976), «Autopsie d'un complot» de Mohamed Slim Riad (1977) et «Un toit, une famille» de Rabah Laradji (1982).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.