JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    Gamouh sera-t-il promu au badge Fifa ?    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa
«La Cantera, il était une fois Bab El Oued»
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2021

L'histoire de l'un des quartiers emblématiques d'Alger, Bab El Oued, sa création, le mode de vie qui y régnait de la période coloniale aux années 1980, ses stades, plages et salles de cinéma constituent le dernier récit de Mahdi Boukhalfa publié récemment sous le titre «La Cantera, il était une fois Bab El Oued». Publié aux Editions «Dar El Qobia», ce récit de 231 page relate la vie dans ce quartier et son histoire, telles que perçues par ses habitants et tente d'expliquer aux plus jeunes la valeur et l'amour portés à Bab El Oued même après avoir perdu son lustre.
L'auteur revient sur la création de ce quartier, aux premières années de la colonisation française, par des Espagnols, des Maltais, ou encore des Italiens qui s'étaient installés dans des baraquements au pied d'une carrière, qui deviendra vers 1900 la «carrière Jaubert», et qui ont fondé la Cantera, carrière en espagnol. Il revient sur sa jeunesse dans le quartier et sa scolarisation au lycée Emir Abdelkader qui a vu passer sur ses bancs d'illustres personnalités de divers horizons, à l'image de l'écrivain et anthropologue Mouloud Mammeri, l'écrivain Albert Camus, Dalil Boubakeur le recteur de la mosquée de Paris, ou encore le comédien Roger Hanin.
Le Bab El Oued des années 1970 occupe une place importante dans cet ouvrage qui raconte les files d'attente interminables devant les nombreuses salles de cinéma du quartier comme le Lynx, le Plaza ou le Marignan, les innombrables cafés-bars et les vitrines des nombreux libraires et disquaires. L'auteur raconte également un quartier populaire où les places publiques sont très prisées, et jouent un rôle important dans ce microcosme de la société où la passion pour le football et les grands clubs algérois côtoie l'amour de la mer et de la pêche.
La vie à Bab El Oued est également rythmée par les rencontres de football entre les deux grands clubs de la capitale, MCA et USMA, des derbys que l'auteur restitue dans le moindre détail depuis l'ambiance festive d'avant match jusque dans les tribunes à Bologhine et plus tard au stade du 5 Juillet.
L'auteur témoigne également des événements du 5 octobre 1988 dans ce quartier et la «fusillade du 10 octobre de la même année qui a fait des dizaines de morts et de blessés (...), une date restée comme un trou béant dans la mémoire du quartier». Autre épisode dramatique de l'histoire de ce quartier, les inondations de novembre 2001 qui ont fait des centaines de morts et de disparus et qui ont définitivement changé l'aspect du quartier et fragilisé de nombreuses bâtisses, est également relaté par l'auteur. Mahdi Boukhalfa évoque, par ailleurs, un «univers urbain particulier» qui a subi de nombreux changements, souvent brusques, comme l'aménagement de la plage Rmila, l'abandon des salles de cinéma, ou encore récemment «la destruction et la disparition sans gloire du marché des Trois Horloges». Né à Alger en 1955, Mahdi Boukhalfa est sociologue de formation et journaliste de profession qui a entamé sa carrière en 1983 à l'agence de presse Algérie presse service. Il signe en 2019 son premier ouvrage «Mama Binette, naufragée en Barbarie» qui sera suivi de «La révolution du 22 février» et «La marche d'un peuple, les raisons de la colère» sorti fin 2020 et de «Pavillon Covid-19, sept jours en enfer» un récit publié en début d'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.