5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'asphyxie
Covid-19/Débordées, les structures sanitaires souffrent d'un terrible manque d'oxygène
Publié dans L'Expression le 25 - 07 - 2021

Chaotique! C'est le constat sans équivoque fait par les professionnels de la santé à propos de la situation épidémiologique du pays. «On ne craint pas un scénario à la tunisienne mais bien pire. On a peur de vivre le cauchemar indien», soutiennent les médecins qui voient défiler à la pelle des malades en situation critique. Un tableau des plus sombres que l'on dresse tous les jours à travers les réseaux sociaux, devenue une véritable rubrique nécrologique. Les appels à l'aide pour trouver en urgence des concentrateurs ou des bouteilles d'oxygène ont aussi envahi les fils de l'actualité.
Les hôpitaux, médecins privés ou laboratoires d'analyses médicales sont envahis par des milliers de personnes. Tous présentent des symptômes de la Covid-19! Les hospitalisations se font en masse, les places sont de plus en plus chères. Elles risquent bientôt de s'épuiser. La situation est intenable. Si bon nombre de citoyens ont pris conscience du danger en réadoptant les gestes barrières ou en allant se faire vacciner en masse, il n'en demeure pas moins qu'une grande majorité continue de faire preuve d'insouciance. Certains refusent encore de porter le masque, d'autres profitent de la vie comme ils le faisaient avant l'apparition de cette pandémie. Les regroupements de masse sont légion. Les cafés pour fêter la réussite à l'examen du baccalauréat ont marqué le week-end. Pis encore, les mariages, pourtant interdits, sont célébrés avec éclat, à l'image de la grande fête qui a eu lieu dans la wilaya de Jijel où des centaines de personnes sont allés assister à des noces animées par un chanteur très populaire. Une inconscience générale qui inquiète au plus haut point les spécialistes. Beaucoup sont montés au créneau pour appeler les hautes autorités du pays à un reconfinement immédiat dans les wilayas les plus touchées, à l'image d'Alger, Sétif, Béjaïa, Oran, Tlemcen, Blida, Tizi Ouzou... La situation est intenable dans une dizaine d'entre elles. Les experts estiment que le reconfinement est la seule solution pour freiner la course folle de l'épidémie, car, si la cadence de la vaccination s'est accélérée ces derniers jours, il faudra attendre au moins un mois pour en récolter les fruits. En attendant, ce tsunami qu'est la troisième vague du coronavirus risque de noyer cette digue de la vaccination, emportant avec elle des milliers de vies. Il se dit que même des membres du Comité scientifiques sont montés au créneau pour passer à la solution extrême du confinement général. Les Algériens se sont préparés psychologiquement à cette éventualié. Mieux encore, ils multiplient les appels sur les réseaux sociaux, à cet effet. Les hashtags Reconfinement: qu'attendez-vous! ou: Matghamrouche Bina sont en train d'envahir la Toile. Certes, le coût économique et social d'une telle décision est très important. Beaucoup risquent de le payer très cher, mais que vaut-il par rapport à des milliers de vies humaines? Il faudra avoir le courage de prendre une telle décision, ô combien salvatrice. De plus, les «damnés» du coronavirus doivent compter sur l'Etat qui a les moyens de les aider mais aussi sur la solidarité légendaire des Algériens comme durant le premier confinement de mars 2020. De plus, le télétravail est là pour permettre à l'économie nationale de tourner. Certes, cela se fera au ralenti mais la chance a fait que cette troisième vague ait lieu en pleine saison estivale. C'est la période des grandes vacances, beaucoup d'entreprises et d'institutions tournent au minimum syndical, ce qui doit permettre de minimiser les dégâts. Qu'attendons-nous donc pour le faire? Les expériences vécues par les pays étrangers, lors de leur troisième vague, ont démontré que «gagner du temps» avant de reconfiner était une stratégie risquée. La France, par exemple, avait tenté le coup sans grand succès. Elle s'est vite résignée à «enfermer» sa population à la maison, devant la férocité et la vitesse de propagation des nouveaux variants.
La situation risque ainsi de devenir très vite incontrôlable. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a toujours mis la vie des Algériens au-dessus de toute considération, devrait prendre de grandes décisions dans les prochaines heures. Est-ce le reconfinement? Réponse après la réunion du Conseil des ministres prévue aujourd'hui...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.