7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des partis politiques à la traine    Intense activité pour Lamamra à New York    un conseil national du tourisme?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«L'Algérie n'a aucune visée en Libye»
Tebboune rassure Mohamed Younès El-Menfi
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2021

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré son appel aux acteurs politiques libyens au dialogue tout en les invitant, une fois de plus, à privilégier l'intérêt de leur pays, en oeuvrant résolument et continuellement pour l'unité, la paix et la réconciliation nationale. À l'issue de l'audience solennelle accordée au président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed Younès El-Menfi, le chef de l'Etat a réaffirmé, lors d'un point de presse, la disposition de l'Algérie à accompagner jusqu'au bout les Libyens dans le règlement définitif de la crise dans leur pays et à aider au succès des prochaines élections présidentielle et législatives, car elles sont, selon la position algérienne, le seul moyen de mettre en place les institutions de l'Etat libyen. Dans sa déclaration à la presse, le président Tebboune a fait état de nombreuses décisions convenues lors de cette rencontre, des décisions qui pourraient, a-t-il dit, concourir à la résolution de certains problèmes auxquels se heurte la Libye, pays frère.
Tout en réitérant la disponibilité de l'Algérie à apporter aide et assistance à la Libye, pays frère, dans la «résolution de certains problèmes soulevés», Abdelmadjid Tebboune a également souligné que «l'Algérie n'a ni ambition ni vision hormis celle que les Libyens ont pour leur pays». Et d'assurer que l'Algérie «attendra la décision que prendront les frères libyens concernant la situation dans leur pays», soutenant, le fait que «nous sommes d'accord avec eux».
À cet égard, le président Tebboune a rappelé la position initiale de l'Algérie vis-à-vis de la situation en Libye. Une position «acceptée actuellement au niveau international» affirme le chef de l'Etat. Une position stipulant que la «solution définitive à la crise en Libye est la tenue d'élections» seules à même de «conférer davantage de légitimité au Conseil national et au président».
Aussi, Abdelmadjid Tebboune a préconisé l'organisation d'une «double élection parlementaire et présidentielle en même temps», réaffirmant la disposition de l'Algérie à aider les Libyens «à faire entendre la voix de leur pays». D'autant que les parties libyennes sont convaincues que « la seule sortie de crise demeure l'organisation des élections présidentielle et législatives, seules à même de conférer une légitimité au Conseil national et au prochain président, que l'Algérie réclame depuis le début», ajoute le chef de l'Etat.
Depuis le début de la crise libyenne, l'Algérie n'a ménagé aucun effort pour assurer le succès du processus de la réconciliation nationale au vu de l'importance de ce chantier pour assurer la stabilité, l'unité et la cohésion sociale à long terme» dans ce pays.
L'Algérie a, de tout temps, appelé tous les acteurs impliqués en Libye à unir leurs efforts et leurs actes, à travers le processus multilatéral en cours qui a le potentiel de mettre fin une fois pour toutes aux souffrances du peuple libyen, et bien sûr, de la région. L'Algérie a toujours fait en sorte que le consensus général autour d'une solution politique et pacifique à la crise en Libye ne soit qu'un simple slogan.
Une position saluée par Mohamed Younès El-Menfi qui a souhaité «voir l'Algérie apporter sa contribution dans la réconciliation nationale libyenne, un des points essentiels de l'accord politique, jusqu'à l'organisation des élections» ainsi que dans «la coopération sécuritaire bilatérale». Sur un autre registre, le président du Conseil présidentiel libyen a révélé que les entretiens ont également porté sur d'autres questions d'intérêt commun, notamment «la sécurité dans le Sud libyen, qui fait également partie de la sécurité commune des deux pays». Les aspects techniques liés à l'ouverture des postes frontaliers ont été également au centre des discussions, a fait savoir Mohamed Younès El-Menfi, tout en mettant l'accent sur «l'importance de cette question pour les Libyens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.