Man United : Un Ronaldo énervé reçoit un ordre de Solskjaer    OUM EL BOUAGHI : Plus de 100 spécialités proposées aux stagiaires    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Sabotages sur les câbles téléphoniques    Inquiétudes sur la situation des finances publiques    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Des listes passées à la moulinette    Les Sétifiens décidés à revenir avec un bon score    Infantino en tournée en Amérique latine    Livraison de la totalité des infrastructures rénovées en décembre    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Le petit pas de Macron    Le 17 octobre 1961, les dessous d'un crime d'Etat    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    Le Chabab prend l'eau    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Masque capillaire au yaourt et au miel    14 affaires criminelles au programme    Les sages-femmes annoncent un mouvement de grève    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    L'Algérie conserve la 30e place mais devient 4e en Afrique    La JS Saoura et le HBC El Biar vainqueurs    Trois nouvelles médailles pour l'Algérie    Ouzellaguen : Rentrée scolaire sans manuels    Pandémie, école privée et école publique    Produits alimentaires: Les commerçants qui ne déclarent pas leurs stocks considérés comme spéculateurs    CNL: Plus de 67.000 logements ruraux réalisés en 18 mois    El Tarf: La CASNOS facilite les paiements des cotisations    Massacre d'Algériens à Paris en 1961: Macron dénonce des «crimes inexcusables»    La transition au Soudan vit sa «pire crise»    L'UE «prête» à recevoir les Iraniens «mais le temps presse»    Les services se mettent à la page    Qu'en est-il du brut algérien ?    Un air de départ du..    L'Anie et l'imbroglio politique des locales    Une femme massacrée par son époux    3 décès et 93 nouveaux cas en 24 heures    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    L'échauffement, à bout de souffle    L'opération tourne au ralenti    La tension reste vive    Chronologie d'un crime d'état    Un riche programme commémoratif    L'inoubliable Fatima Bedar    Afin que nul n'oublie !    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Washington réclame un envoyé spécial de l'ONU
Biden expose une carte où le Sahara occidental apparaît séparé du Maroc
Publié dans L'Expression le 05 - 08 - 2021

Le président américain Joe Biden s'est félicité, mardi soir, de la contribution des Etats-Unis dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, dans un message publié sur son compte twitter où il a affiché une carte mondiale où le territoire du Sahara occidental apparaît séparé de celui du Royaume du Maroc. «Dès le premier jour, nous sommes convaincus que nous devons attaquer ce virus (Covid-19) à l'échelle mondiale. Et à ce jour, les Etats-Unis ont expédié plus de 110 millions de doses de vaccins dans plus de 60 pays et bien d'autres», a déclaré Biden montrant la carte des pays de l'Afrique du Nord où le Sahara occidental apparaît distinct et séparé du Maroc, loin de la carte donnée par l'ancien ambassadeur américain à Rabat. Commentant le geste de Biden, le journaliste marocain, l'opposant Ali Lemrabet s'interroge dans un tweet: «Est-ce une erreur ou un message», d'autant plus que, a-t-il dit, «le compte officiel du président des Etats-Unis ne fait rien au hasard» et «ces gens-là réfléchissent mille fois avant de publier quelque chose». Pour rappel, Trump avait reconnu, le 10 décembre dernier, la prétendue «souveraineté» du Maroc sur le Sahara occidental en échange d'une normalisation des relations entre Rabat et l'entité sioniste. Depuis cette décision, de nombreux appels à travers le monde, et même aux Etats-Unis, ont été lancés, et se poursuivent jusqu'à ce jour, demandant à Joe Biden d'annuler la décision de Trump qui est en contradiction avec la Constitution américaine et le principe du droit à l'autodétermination, reconnu par les Nations unies.
L'ONU ne cesse de réaffirmer sa position inchangée vis-à-vis de la question sahraouie, et considère le Sahara occidental occupé comme un territoire non autonome.
Des organisations et des personnalités politiques américaines, ont lancé plusieurs appels à la nouvelle administration Biden, l'invitant à annuler la proclamation de Donald Trump. Vingt-sept membres du Sénat américain, dont Patrick Leahy et James Inhoff, avaient, dans une lettre exhorté Biden, à annuler la décision de Trump et à tenir l'engagement de Washington pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental. Pour le moment, l'administration américaine ne s'est pas encore prononcée sur la reconnaissance par Trump, de la prétendue «souveraineté» du Maroc sur le Sahara occidental. «Aucune décision de ce type n'a été prise. Nous menons des consultations particulièrement avec les parties sur la meilleure voie à suivre, et on a rien de plus à annoncer», avait déclaré en mai dernier un porte-parole du département d'Etat américain, à la chaîne américaine Al-Hurra.
Et d'après un autre porte-parole du département d'Etat cité début juin, par l'agence de presse espagnole (EFE), l'administration américaine «poursuit ses consultations» avec les acteurs internationaux sur le dossier du Sahara occidental. «Nous consultons les parties sur la meilleure voie à suivre et nous n'avons plus rien à annoncer» à ce sujet, avait-il répondu à une question d'EFE, concernant l'examen par l'administration Biden de la décision de Tump.
Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, avait appelé lors d'une réunion avec le SG de l'ONU, Antonio Guterres, à accélérer la nomination d'un Envoyé personnel au Sahara occidental, soulignant le soutien des Etats-Unis au processus des négociations politiques entre les deux parties (Maroc et Front Polisario), parrainé par l'ONU. Fin janvier, il avait déclaré que certaines des incitations incluses dans les accords dits d'«Abraham» liés à la normalisation des relations de certains pays arabes avec l'entité sioniste méritaient de faire l'objet d'un «examen attentif», en référence implicite, à, entre autres avantages accordés par Trump, la reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.