«Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Enfin libre    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Grande rencontre sur la microentreprise    Constantine contredit Medaouar    Les Algériennes pour prendre option    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    La colère du FFS    Astuces pour une meilleure visibilité    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Branle-bas de combat chez les partis    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Une union truffée de non-dits    JS Kabylie: Toujours les mêmes ambitions    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Hamdoullah dima la baisse !    Des rejets «excessifs et arbitraires»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Les clubs déclarent la guerre à Newcastle    Virée au Palais de justice    La face «cachée» du «Bâtiment»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le dossier sahraoui est entre les mains de l'ONU
Publié dans Algérie Presse Service le 06 - 05 - 2021

Le Directeur du Centre arabe des études sociopolitiques Ryad Essidaoui a affirmé que "le dossier du Sahara occidental est entre les mains de l'ONU" précisant que l'Administration du président américain, Joe Biden "ne veut pas entraver le processus de règlement".
Contacté par téléphone par le site américain "Al-Hurra", Essidaoui a déclaré que "le dossier du Sahara occidental est entre les mains de l'ONU", précisant que "l'Administration du président Biden ne veut pas entraver le processus de règlement entamé depuis des années par l'ONU". Il a relevé que "la position de Washington est conforme aux principes de la diplomatie américaine qui cadrent avec les résolutions de l'ONU".
Selon cet expert, la position de la nouvelle Administration américaine est fondée sur le respect du Conseil de sécurité qui examine cette question depuis des années". "C'est pourquoi, a-t-il souligné, je ne vois aucune confusion dans la position de l'Administration Biden, mais plutôt une cohérence avec les principes de la diplomatie des Etats unis".
La décision de l'ex-président américain Trump de reconnaitre "la prétendue souveraineté" du Maroc sur le Sahara occidental était durant les derniers jours de son mandat présidentiel , a-t-il dit ajoutant qu'il était normal que les observateurs pensent qu'il s'agissait d'une "action politique" visant seulement à remporter les élections.
La décision de Trump coïncidait avec la normalisation par Rabat de ses relations avec l'entité sioniste, un dossier sur lequel Trump avait misé pour remporter un deuxième mandat.
Un porte-parole du département d'Etat américain a affirmé lundi que l'Administration de Biden n'avait pas pris de décision concernant la reconnaissance par l'ancien président américain Donald Trump de la prétendue «souveraineté» du Maroc sur le Sahara occidental, en réponse aux rapports médiatiques qui, il y a quelques jours, affirmaient que le secrétaire d'Etat américain, Anthony Blinken, a déclaré à son homologue marocain, Nasser Bourita, que l'administration de Biden "n'annulera pas la reconnaissance par Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental".
Alors que le Maroc attend que la décision de l'ancien président américain Donald Trump se transforme en position d'Etat, il semble que la déclaration du porte-parole du département d'Etat américain ait renvoyé le dossier à la case départ, selon l'article publié par le Site Web Al-Hurra qui comprend cet entretien avec Al-Sidawi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.