Les bienfaits méconnus du citron    Ballon d'Or : Guardiola prend la défense de Messi    Déclaration de patrimoine en question    Quand la chute du dinar fausse les calculs    Elections locales: Les résultats préliminaires connus    Du 4 au 6 décembre: Une conférence nationale sur la relance industrielle    Coupe arabe FIFA: Algérie A' - Soudan, aujourd'hui à 11h00 - Bien entamer la compétition    Ballon d'Or: Messi, un sacre qui fait grincer des dents !    JSK - Les joueurs confinés: Le match face au Royal Léopards reporté    Ténès: Deux morts dans un glissement de terrain    Raffinerie de Skikda: Huit personnes atteintes de brûlures suite à un incendie    Illizi: Quatre morts dans une collision    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Une journée cruciale pour la droite, aujourd'hui en congrès    Le FFS en quête d'alliance    Les indépendants exigent une enquête    Le temps des tractations    Vers la révision des textes juridiques    Témoignages    Messi, le ballon dort    Mahrez au 20e rang    Toujours dans l'impasse    «L'Algérie est ciblée»    Le programme de travail sera valable du 4 décembre 2021 au 31 janvier 2022    L'Algérie souhaite davantage d'investissements chinois    Le docteur Derrar fait le point    82 familles relogées    17 personnes coincées dans un immeuble    Ce que veulent les syndicats de la santé    95 décès depuis le début de l'année    L'hostilité à l'engagement armé de la France de plus en plus visible    Xi Jinping adresse un message de félicitations à une réunion à l'ONU    «L'art : le regard pour ombre»    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Semaine du court métrage    Accélérer la mise en œuvre de l'Accord d'Alger    Maroc Les forces de l'ordre empêchent un sit-in populaire devant le Parlement en solidarité avec le peuple palestinien    Festivals du court-métrage d'Annaba et «Cinemana du film arabe» d'Oman    Elections locales: le FLN arrive en tête avec 5978 sièges    La vague de normalisation "se brisera contre la position authentique de l'Algérie"    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie en Ouganda    Benabderrahmane: la rupture avec les anciennes pratiques impossible sans des médias forts et objectifs    Sellal acquitté et Rahiel condamné à 3 ans de prison    Les nouvelles technologies au secours de la culture    Le Sénégal souhaite un soutien de Pékin au Sahel    Report du procès de l'ancien wali de Djelfa    La cérémonie officielle, vendredi prochain, à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La nouvelle saison judiciaire est là : quel avenir?
Publié dans L'Expression le 04 - 09 - 2021

Nous ne cesserons jamais de le rappeler, chaque fois que l'occasion se présente, les magistrats du siège, ne bossent pas tous les jours. C'est ainsi et pas autrement. Assurer un jugement équitable durant l'audience est déjà une vraie prouesse. Lorsque nous vous dirons que dans les grandes cours et tribunaux, il y a des rôles «pas possibles», avec plus de 100 dossiers, par semaine, à examiner, il y a de quoi siffloter d'admiration ou de... désarroi!
Les parquetiers et les juges d'instruction, oui. Sinon, la justice fonctionne très bien parce que les vaillants greffiers, qui savent ce que représente la justice dans le pays, sont sur le qui-vive!
Dans les dégâts collatéraux, relevons la gymnastique des avocatsà à laquelle ils se livrent chaque jour d'audience, lorsque deux dossiers les attendent, dans deux juridictions éloignées l'une de l'autre de quelques encablures. Sans oublier, qu'une fois sur place, il faudra bien au plaideur de garer, lorsque la chance sourit et permet à la «robe noire», de dégotter une place dans le périmètre de ladite juridiction. Or, ce ne fut pas toujours le cas de bons, voire, d'excellents et incomparables juges et procureurs. Ils ont tronqué, à contrecoeur, sûrement, la «noble robe noire» des magistrats, pour l'autre «aussi noble robe noire», celle des avocats! Ainsi, va la vie quotidienne des magistrats qui ont été formés pour écouter les suspects, avant de frapper, les coupables. Pourtant, il est arrivé qu'un magistrat soit suspendu, sans être entendu, écouté, et défendu par qui de droit! Ce même magistrat connaîtra les affres de l'humiliation, de la honte, du déshonneur, avant d'être passé sous la moulinette de la «criminelle», et, souvent, acquitté, bizarrement car, ceux qui ont décidé de l'anéantir, seront satisfaits de la terrible vengeance, longtemps ruminée! Nous nous rappelons ce président de chambre qui a refusé de tendre la main, en plein monde, réuni dans la salle des «pas perdus» de la cour, au procureur général, qualifié par ce courageux magistrat, de «parvenu analphabète».
La réplique fut immédiate, calculée et assassine. Durant six longues années, le malheureux magistrat connut trois procès en criminelle, trois auditions au ministère de la Justice et une autre devant le conseil de discipline, qui l'acquitta, mettant fin au calvaire.
L'heureux se confiera, aux collègues: «Finalement, ces misères me permirent de m'occuper des mes deux garçons, qui ont très bien réussi dans leur scolarité!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.