Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au vaccin!
Vaccinodromes mobiles, chapiteaux et centres de santé de proximité
Publié dans L'Expression le 05 - 09 - 2021

Prendre le bus pour se faire vacciner! C'est l'ingénieuse idée que vient d'avoir le ministère de la Santé. En effet, pour intensifier la campagne de vaccination, les autorités sanitaires ont décidé de faire de cette semaine, celle de cet antidote contre ce virus sournois! Pour cela, c'est désormais le vaccin qui va directement chez les citoyens. Des bus ont été transformés en vaccinodromes mobiles, pour sillonner les coins les plus reculés du pays. On peut les reconnaître grâce au bel habillage qu'on leur a confectionné pour la circonstance. «C'est avec le vaccin que la vie reprend», est-il écrit en grand, sur la carrosserie de ces cars. On a décidé de prendre l'un de ces bus stationnés au niveau de la place Maurice- Audin, au centre d'Alger. Ici pas besoin de ticket. La carte d'identité suffit pour prendre la ligne de...l'immunité! Des jeunes du mouvement associatif sont là pour orienter ces passagers d'un autre genre. Ils les invitent à monter à bord, avant d'être accueillis avec un large sourire par des praticiens de la santé qui ont pris la place du receveur, assis derrière des hygiaphones. La distanciation sociale et les mesures d'hygiène sont de rigueur. Après le petit questionnaire médical et les contrôles de routine, c'est le moment de recevoir sa dose! La personne vaccinée est ensuite invitée à s'asseoir une vingtaine de minutes, dans le coin du bus climatisé, pour vérifier si elle ne fait aucune réaction au vaccin. «C'est très rapide, j'ai été vaccinée au bout de quelques minutes. Au total, avec l'attente, cela ne m'a pris qu'une demi-heure et je n'ai rien ressenti», soutient, Lydia, une jeune demoiselle qui avoue être passée par là par un pur hasard. «Comme j'ai vu qu'il n'y avait pas trop de monde et que les choses allaient très vite, je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de me faire vacciner», ajoute-t-elle avec beaucoup de fierté. Celle d'avoir sauté le pas de la vaccination. Avant de quitter les lieux, le sympathique jeune homme, qui s'est occupé d'elle, l'incite à inviter ses proches à se faire vacciner. «Si vous avez des membres de la famille qui veulent le faire, ramenez-les, ce soir. On est là jusqu'à très tard», soutient-il avec un large sourire. Chose qui a ravi un jeune homme venu se renseigner. «Ah dans ce cas-là, je vais ramener ma mère et ma femme pour qu'elles aient leurs 'piqûres' ce soir», répond ce jeune homme, résidant dans la commune de Bachdjarah, dans la proche banlieue de la capitale. «Il fera moins chaud et ça sera pour moi une occasion de me balader un peu, en fin de journée, à Alger», réplique-t-il, tout heureux d'avoir, enfin, trouvé un endroit où l'on peut se faire vacciner sans attendre des heures. Un des jeunes de l'association qui s'occupe d'orienter les citoyens, a tenu à lui signaler, qu'il ne devrait pas y avoir de monde, dans la majorité des centres de vaccination. «En plus de ces vaccinodromes mobiles, il y a plein d'autres centres de vaccination qui ont été ouverts dans toutes les communes du pays», précise-t-il.
«De plus, durant toute la semaine, il est possible de le faire dans n'importe quelle polyclinique et à n'importe quelle heure», soutient-il. Chose que nous avons confirmée, lors de notre petite tournée dans la capitale et sa banlieue. À l'entrée de chacun de ces centres de santé de proximité, on trouve un coin dédié à la vaccination. Les choses se déroulent aussi rapidement qu'au niveau des centres mobiles. Le personnel médical «joue» même à la sensibilisation. Quand une personne vient pour un soin, autre que le vaccin, il lui demande si elle s'est fait vacciner. Dans le cas contraire, il lui explique l'intérêt de la vaccination, tout en l'invitant à profiter de l'occasion, par ce petit geste qui va lui sauver la vie, ainsi que celles de ses proches. Autre point positif que nous avons pu constater, est le fait que ces bus se déplacent dans les coins reculés des communes, à la rencontre des citoyens qui ne peuvent pas se déplacer. À l'image de la commune de Rouiba où, hier, les vaccinodromes mobiles étaient au niveau du quartier isolé de Haouch Rouiba. Ils se déplaceront durant toute la semaine dans le reste des bourgades de cette ville de l'Est d'Alger. Les Algériens n'ont donc plus aucune excuse pour ne pas se faire vacciner. «C'est le moment où jamais de le faire, la situation sanitaire étant stable. Les vaccins sont disponibles», soutient un médecin à la retraite venu «inciter» ses compatriotes à faire, ce qu'il appelle, un «geste citoyen.»
«Les Algériens ont ébahi le monde par leur solidarité. Ils doivent continuer à le faire, en allant se faire vacciner, car c'est le seul moyen de construire ensemble une digue contre ce virus», conclut-il avec un bel appel de communion nationale. Ensemble nous vaincrons encore une fois...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.