Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ould Kaddour devant le juge
Affaire de la raffinerie Augusta
Publié dans L'Expression le 11 - 09 - 2021


L'ancien président-directeur général (P-DG) de Sonatrach, Abdelmoumen Ould kaddour, a comparu, jeudi, devant le juge d'instruction à la 4ème chambre du pôle pénal économique et financier près le tribunal de Sidi M'hamed. Ce dernier devait répondre aux charges retenues contre lui concernant l'affaire de la raffinerie Augusta. Une affaire qui avait fait couler beaucoup d'encre avant que l'ex-Premier ministre, Abdelaziz Djerad, n'annonce, en février dernier, à Hassi R'Mel, l'ouverture d'une enquête par le pôle pénal économique et financier sur l'affaire de la raffinerie et l'émission d'un mandat d'arrêt international contre le principal accusé qui n'est autre que Abdelmoumen Ould Kaddour. En cavale depuis son limogeage en 2019, Ould Kaddour a finalement été arrêté le 20 mars dernier à Dubai et extradé, en août dernier, vers l'Algérie. Il doit, aujourd'hui, s'expliquer avec des dizaines d'autres responsables de Sonatrach, sur les millions de dollars que le pays a perdus avec l'acquisition en 2018 d'une raffinerie, vieille de 70 ans. Les auditions ont commencé depuis plus de 6 mois dès que l'IGF avait remis son rapport définitif sur cette acquisition effectuée auprès de Esso Italiana (filiale du groupe américain ExxonMobil) pour un coût exorbitant de 720 millions de dollars. Ce qui avait soulevé beaucoup d'interrogations auprès des spécialistes. Sonatrach avait précisé à l'époque que «le périmètre de cette transaction inclut la raffinerie Augusta, les trois terminaux pétroliers de Palerme, Naples et Augusta, ainsi que les participations dans des pipelines reliant la raffinerie aux différents terminaux». La compagnie avait mis en avant aussi, le fait que la raffinerie allait traiter le brut algérien, et ainsi combler le déficit national en produits raffinés. Mais, en réalité, la raffinerie Augusta était conçue pour des bruts de densités moyennes et lourdes et non pas pour du brut léger de la catégorie de ceux que produit l'Algérie. Chose que le ministre de l'Energie sortant, Abdelmadjid Attar, avait confirmée, fin août dernier, en annonçant que l'affaire était devant la justice. Il avait assuré, selon les médias électroniques, avoir été induit en erreur: «Quand on m'a informé du projet, on m'a dit que c'était une bonne affaire, ça va réduire nos importations, on va pouvoir traiter le brut algérien. Mais finalement, le dossier est tout autre». En fait, Sonatrach assume de lourdes charges pour l'entretien de cette raffinerie sans avoir aucun retour sur investissement. Toutes ces pertes ne sont malheureusement pas le produit d'une erreur de gestion, mais l'affaire de l'acquisition s'apparente à des faits de corruption, selon l'enquête menée par la justice qui a mis en avant le fait que Ould Kaddour ait été recruté par la multinationale ExxonMobil, la propriétaire de la raffinerie Augusta. À rappeler enfin que l'ancien P-DG de Sonatrach avait purgé une peine de 20 mois de prison dans une affaire d'espionnage, lorsqu'il était à la tête de la société BRC. Juste après sa libération, il s'est vu propulsé à la tête de la compagnie nationale des hydrocarbures au début 2017, poste qu'il occupera jusqu'à son limogeage en avril 2019 dans un contexte de révolte populaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.