CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



6000 Souscripteurs à l'appel
L'Aadl réactive ses projets et relance d'autres
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2021

Après une longue période d'immobilisme causée par la pandémie de Covid-19 et la situation financière et économique qui pataugeait, voilà que le début d'une relance commence à prendre de l'allure.
Il s'agit du retour de la formule location-vente parrainée par l'Agence de développement et d'amélioration du logement (Aadl). D'ailleurs, la première démarche a été lancée en sollicitant plus de 6000 souscripteurs de retirer leurs ordres de versement via la plate-forme numérique de l'Agence.
L'opération sera entérinée par d'autres démarches consistant à livrer le plus rapidement les logements qui ont connu des retards dans la réalisation. Le ministre de la tutelle était clair en rappelant que «les souscripteurs n'ont pas à subir les lenteurs bureaucratiques dont ils ne sont pas responsables. Les souscripteurs sont dans leur droit de s'enquérir de l'état d'avancement des projets et de bénéficier de leurs logements dans les délais prévus», a martelé le ministre de l'Habitat.
Les citoyens qui ont émis des recours depuis 2013 sont concernés par la révision via la plate-forme de l'agence qui englobera le chiffre de 6000 souscripteurs qui recevront aujourd'hui les
ordres de versement dans la perspective de bénéficier le plus rapidement de la remise des clés.
Cette nouvelle dynamique qui s'affiche au niveau du secteur du bâtiment renseigne sur la relance qui s'esquisse, petit à petit, et qui s'annonce prometteuse avec le retour des prix du pétrole à leur niveau acceptable en matière de recettes en mesure d'accompagner les investissements et les projets que ce soit ceux du bâtiment ou ceux des secteurs économiques qui ont connu une paralysie tangible depuis trois années à cause de la pandémie de coronavirus. Ce retour de la dynamique dans le secteur du bâtiment permettra aux autres secteurs de connaître une réhabilitation concrète. Le secteur du bâtiment est le secteur le plus pourvoyeur en emplois et activités connexes. La manne pétrolière ne devrait pas être juste une sorte de soupape pour l'économie et les besoins sociaux dont souffrent beaucoup de citoyens. Il est temps de tirer les leçons de l'expérience précédente et essayer de revoir la conception de gestion et les orientations quant à une économie qui devrait s'intéresser à une politique de développement durable et en rapport avec les exigences et les défis qui se dressent à l'économie nationale. Il n'y a que la production et la performance économique qui pourront apporter des richesses et assureront la rentabilité et l'absorption du chômage pandémique qui touche une large frange de la jeunesse en âge d'activité. La rente est une aubaine et un outil au service de l'économie réelle. Investir dans le secteur du bâtiment et d'autres secteurs pourvoyeurs d' emploi est le meilleur moyen et le plus efficace pour juguler les problèmes économiques et s'inscrire dans le processus de la production et le maintien de la performance comme critère de développement et de croissance.
La relance ne sera pas rapide, c'est tout à fait normal, après un immobilisme de trois années à cause de la pandémie de coronavirus, mais un début d'une relance est déjà un bon augure en soi.Les pouvoirs publics doivent s'atteler à la tâche pour réunir les conditions d'une relance sur fond d'une gestion aux antipodes de l'héritage chaotique de l'expérience précédente caractérisée par la gabegie, la corruption, le népotisme et le sabotage à grande échelle.
L'Algérie nouvelle est une ambition et une revendication des larges couches de la société qui souffrent davantage des pratiques calamiteuses de la gestion héritée de l'ancien régime oligarchique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.