Le Premier ministre installe le Conseil national des Statistiques: «Le classement international de l'Algérie ne reflète pas la réalité»    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Pomme de terre et huile de table: Les éclaircissements du ministère du commerce    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Ligue 1 - Mercato estival: En fonction des moyens et des objectifs    Ligue 1 - Match avancé: Une avant-première très attendue    Tiaret - Ecoles de football: La Coupe d'Algérie en décembre    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Report du procès en appel de Said Djabelkhir    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Le procès reporté au 17 novembre    Les enjeux complexes de la sécurité    L'armée syrienne bombarde Idlib    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Le FFS emboîte le pas au MSP    L'Algérie tablera sur "les ressources domestiques"    L'expert Mourad Preure livre son analyse    Quatre éléments arrêtés en une semaine    Benbouzid n'écarte pas une 4e vague    3 décès et 76 nouveaux cas en 24 heures    CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Nouveau tir d'un missile balistique    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Branle-bas de combat chez les partis    Constantine contredit Medaouar    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Echec aux opposants virtuels
Ils ont perdu la bataille de la cyberpropagande
Publié dans L'Expression le 18 - 09 - 2021


Les ankylosés de la cyberpropagande à la solde des nébuleuses qui activent à l'étranger ne savent plus à quel saint se vouer. Ces sbires au service des agendas dictés d'outre-mer subissent l'effet du coup de Jarnac qui s'est retourné contre eux. Un coup qu'ils croyaient bien le faire porter aux autres, c'est-à-dire à tous ceux qui ne partagent pas leur idéologie mortifère et leur conception politique morbide. Les propagandistes rachado-makistes sont aux abois, surtout que chaque vendredi ils essayent de faire dans la manipulation et la propagande vile à l'encontre des crédules pour les entraîner dans la boue et les impliquer dans des situations inextricables, alors que 'eux sont derrière les écrans, dans des endroits huppés, en s'offrant les mondanités les plus éhontées. Le vendredi d'hier ne ressemble plus aux vendredis précédents où les mercenaires de l'étranger aimaient donner de la numérotation et des slogans préparés d'avance par leurs maîtres pour semer le trouble et l'anarchie d'une manière télécommandée. Pour ce dernier vendredi,ils n'ont plus de «références» à lui coller, ils sont dans une posture hilarante et sarcastique. Ils se présentaient comme étant les champions de la cyber-propagande au point où ils se montraient avec dédain et arrogance via leurs menaces et chantages de bas étage. Aujourd'hui, ces affidés du chaos programmé et les promoteurs des «printemps arabes», se plaignent des attaques contre leurs sites et plates-formes accusant toutes et tous ceux qui s'opposent à leurs fourberies et mensonges de «mouches» et d'agents. Parce que leurs sites sont réellement envahis par un nombre considérable d'Algériennes et d'Algériens qui les ont démasqués et qui commencent à se rendre compte du danger que constituent ces vendus contre le pays et sa stabilité. Ils se vantaient d'être les «meilleurs» puisque ils arrivent à n»régenter» les réseaux sociaux via des rumeurs et des mensonges, mais aussi du chantage puéril en s'attaquent à l'honneur et à la vie privée et intime des femmes pour les dissuader et les faire enrôler dans leur plan macabre visant la déstabilisation du pays et à semer le désordre via une méthode dangereuse de la guerre de quatrième génération. Ces sous-fifres au service de leurs promoteurs impérialistes et néocolonialistes se sentent,aujourd'hui, amoindris et affaiblis à cause du recul de la «mobilisation» et la manipulation des jeunes et une frange de la société qui ne sont pas au fait de ce qui se tramait contre le pays par cette hydre mortifère qui investissait les réseaux sociaux dans le but de détruire le pays. Cette fallacieuse et semblant de guerre de quatrième génération où la guerre hybride comme aiment l'appeler certains spécialistes de la géostratégie, n'a pas eu l'effet escompté, c'est ce retournement de situation qui a fait que les mercenaires se cachant derrière les écrans sont aujourd'hui dans une piètre posture et qu'ils n'arrivent plus à manipuler comme avant. C'est ce qui explique la guéguerre qui se manifeste sur le terrain au niveau de la diaspora. D'ailleurs, c'est devenu légion de voir les cohortes des deux nébuleuses rachado-makistes et les autres collectifs qui se rétrécissent telle une peau de chagrin sur fond de rivalités et d'échanges d'insultes et de divisions criardes. Cette situation de dislocation des collectifs au sein de la diaspora est le résultat de cette cyberpropagande menée par des mercenaires et les vendus du Rachad qui n'ont épargné personne par leurs attaques et insultes. Cet émiettement a été aussi traduit par le reflux de la mobilisation à l'intérieur du pays et le recul saillant des groupes qui travaillaient en coordination avec la nébuleuse obscurantiste de Rachad via l'étranger et à travers les réseaux sociaux. La perte de la bataille de la cyber-propagande est un élément qui montre la déroute de ces ouailles à la solde des officines étrangères. C'est ce qui explique leur rage qui se manifeste à travers des attaques frontales contre le peuple en l'insultant et le traitant de tous les noms d'oiseaux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.