Le Premier ministre installe le Conseil national des Statistiques: «Le classement international de l'Algérie ne reflète pas la réalité»    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Pomme de terre et huile de table: Les éclaircissements du ministère du commerce    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Ligue 1 - Mercato estival: En fonction des moyens et des objectifs    Ligue 1 - Match avancé: Une avant-première très attendue    Tiaret - Ecoles de football: La Coupe d'Algérie en décembre    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Report du procès en appel de Said Djabelkhir    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Le procès reporté au 17 novembre    Les enjeux complexes de la sécurité    L'armée syrienne bombarde Idlib    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Le FFS emboîte le pas au MSP    L'Algérie tablera sur "les ressources domestiques"    L'expert Mourad Preure livre son analyse    Quatre éléments arrêtés en une semaine    Benbouzid n'écarte pas une 4e vague    3 décès et 76 nouveaux cas en 24 heures    CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Nouveau tir d'un missile balistique    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Branle-bas de combat chez les partis    Constantine contredit Medaouar    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des logements et des barrages
Publié dans L'Expression le 19 - 09 - 2021


Il est un fait indéniable que le défunt président de la République, Abdelaziz Bouteflika avait gagné le coeur des Algériens, grâce à son charisme et son ingéniosité politique. Nonobstant les événements et les faits qui ont précipité sa chute et sa destitution en 2019, son empreinte indélébile dans la mémoire collective aura été telle que l'Algérie se souviendra longtemps de ce président hors pair. Un président qui savait s'adresser à son peuple et qui aimait le rencontrer. En l'espace de quelques années, il avait réussi à relancer la vie et l'espoir dans le coeur des Algériennes et des Algériens, meurtris par des années de terrorisme vandale. A son investiture, le pays était au bord du gouffre. Bouteflika avait hérité d'un pays exsangue, ruiné et à genoux sur plus d'un plan et plus particulièrement sur les plans sécuritaire et économique avec des dettes se chiffrant en milliards de dollars. En effet, la dette extérieure était de plus de 30 milliards de dollars en 1999. Il n'était pas évident de relancer un pays en panne sur tous les fronts, et plus particulièrement sur les plans social et sécuritaire. À cette époque, soit en 1999, l'Algérie accusait un déficit de 3 millions d'unités de logements. À l'exode rural qui faisait suffoquer les grands ensembles urbains, s'ajoutait celui sécuritaire dû à la détérioration de la situation dans les villes de l'intérieur du pays. Du coup, les grandes villes croulaient sous l'effet d'un phénomène de ghettoïsation accentué, favorisant une bidonvilisation à grande échelle. Une véritable bombe à retardement, puisque malgré la situation sécuritaire prévalant alors, les Algériens n'en finissaient pas de manifester et d'occuper la rue pour exprimer leur ras-le-bol social vis-à-vis de la question du logement, a priori. La politique élaborée alors, axée sur l'absorption du déficit, mais aussi sur l'amélioration du cadre de vie des citoyens dans les sites urbains, a permis de répondre, crescendo à cette demande sociale. Dès lors, l'Algérie s'est transformée en un véritable chantier à ciel ouvert. Force est de constater que durant le règne de Bouteflika, le parc des logements s'est renforcé de plus de 3 millions d'unités, tous types confondus. Cela sans compter plus d'1,5 million de kilomètres de routes réalisées ou rénovées. L'autoroute Est-Ouest restera le témoin de ces réalisations effectuées, quoi qu'en disent les récalcitrants et les sceptiques et quels que soient les événements qui ont gan-grené sa réalisation. Sur le plan de l'alimentation en eau potable, AEP, l'Algérie a connu un bond historique, avec l'amélioration des prestations de services, notamment avec la mise en marche de plusieurs stations de dessalement de l'eau de mer, ainsi que la réalisation de plus de 75 nouveaux barrages, augmentant ainsi la capacité de stockage de l'eau.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.