Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Sarkozy au TPI, ça tarde    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    L'article 184 du code électoral largement contesté    Le jeu malsain de Riyad    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Défis et espoir    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Course contre la montre à Blida    Washington lâche Rabat    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un écrivain pluriel
Abderrahmane Lounès
Publié dans L'Expression le 20 - 09 - 2021

Et peut-être même plus! Abderrahmane Lounès est un écrivain qui a toujours surpris, agréablement s'entend, les lecteurs depuis le tout début de son parcours.
Il écrit depuis toujours. Mais la diversité des thèmes qu'il aborde dans ses livres est surprenante. Il n'hésite pas à s'attaquer à des sujets que d'autres auteurs boudent ou peut-être appréhendent.
Il a le flair de détecter à l'avance les sujets qui accrochent, ceux qui séduisent et qui s'inscrivent dans la durée. Abderrahmane Lounès a disparu de la scène littéraire depuis plusieurs années, mais son oeuvre est omniprésente, sur les étals des librairies, dans les salons du livre, dans des livres écrits sur la base d'informations contenues dans les siens, etc.
En tout état de cause, Abderrahmane Lounès n'est pas un écrivain comme les autres.
Le parcours culturel de Abderrahmane Lounès est aussi riche que flamboyant.
Il a vu le jour le 31juillet 1952 à Alger, plus exactement à la Casbah. Son penchant pour l'écriture remonte à sa plus tendre jeunesse. Il a touché à tous les genres.
Du journalisme à la critique littéraire, du roman à l'essai, la poésie, la nouvelle, la chronique, le scénario, le billet, le théâtre, tout, absolument tout.
Un talent méconnu
Et c'est incontestablement sa capacité à conférer de l'humour à tout ce qu'il touche qui fait son plus remarquable trait de caractère et qui fait sa touche personnelle. Même dans ses textes les plus sérieux, l'humour est présent, voire omniprésent.
Il y a très longtemps, très très longtemps, en 1981, Abderrahmane Lounès publia son recueil de poésie intitulé: «Poèmes à coups de poing et à coups de pied» chez la défunte Sned. Il était rare que la sortie d'un livre, de poésie de surcroit, constitue un événement exceptionnel à l'époque. Ce fut pourtant le cas avec ce livre qui a défrayé la chronique pendant longtemps et qui s'est vendu à des dizaines de milliers d'exemplaires. Pourtant, en dehors des milieux initiés, Abderrahmane Lounès n'était pas encore aussi célèbre qu'il le devint plus tard. Il venait à peine de sortir de l'anonymat.
Le livre est d'ailleurs réédité quatre années plus tard et le succès a encore une fois été au rendez-vous.
Un autre livre de Abderrahmane Lounès a marqué les esprits. Il s'agit de «Chronique d'un couple ou la birmandressienne». Ce roman parait en 1982.
Par la suite, la plume de Abderrahmane Lounès ne s'arrêtera plus.
Un auteur prolifique pourtant
«Histoires extra et ordinaires du Cimetiers-Monde», bandes dessinées co-signées avec Rachid Marai, parait en 1983, suivies la même année par:
«Une scène de la vie quotidienne». «Poèmes du Fier-monde ou la marre-vie», «Le Draguérilléro sur la place d'Alger» en 1984,
«Noces de cendre», en 1985, «Satire à vue, humour» en 1991. Puis voit le jour un roman autobiographique qui a également marqué les lecteurs. Il s'agit de «Ras El Mahna», publié en 1992 chez l'Enal, un éditeur étatique qui a tant fait pour la littérature et le livre dans notre pays et qui a malheureusement mal.fini. «Ras El Mahna» est un roman autobiographique, succulent, que l'on lit d'une traite.
Le livre déborde d'humour, mais pas d'amour et d'affection. L'enfance de Abderrahmane Lounès ressemble, à bien des égards, à celle de beaucoup d'Algériens comme on le constatera dans cet émouvant récit, qui ne manque point de sincérité. On se demande comment un si beau et original roman autobiographique n'a jamais été réédité!
L'écrivain et Matoub Lounès
Par la suite, Abderrahmane Lounès publia, dans la catégorie théâtre, «Les Polis p'tits
chiens».
Abderrahmane Lounès a été le premier écrivain à avoir pensé écrire un livre sur Matoub Lounès. Il n'a pas attendu l'assassinat de ce dernier pour enraîner son livre sur le rebelle.
Du vivant de Matoub, Abderrahmane Lounès se rendait chez lui pur peaufiner cette première biographie. Malheureusement le livre, intitulé «Le barde flingué», ne parait qu'après l'assassinat de Matoub, mais ce livre reste une référence en la matière et c'est celui qui recèle le plus d'informations et de détails croustillants sur la vie de Matoub aussi bien personnelle, politique qu'artistique.
Un autre livre-entretien avec Matoub a été publié par Abderrahmane Lounès.
Il s'agit du «Testament». Abderrahmane Lounès est aussi l'auteur de «Anthropologie de la littérature algérienne d'expression amazighe», ainsi que de «Anthologie humoristique des fourberies de Djeha». Son oeuvre a été primée plus d'une fois.
Abderrahmane Lounès reçut le prix Malek Haddad de la Fondation Noureddine ABA en 1994 avec le concours de l'Unesco pour son texte «Les polis p'tits chiens» (publié aux éditions Le bruit des autres, Solignac, France).
Il a été récipiendaire du Grand Prix littéraire de la ville d'Alger en 1998 pour son recueil Poèmes «Pieds et poings liés», Editions El Othmania, Alger, 2009.
Abderrahmane Lounès a consacré son dernier livre, paru, à Mohand Ouyahia de son vrai nom Abdellah Mohia.
Un dramaturge, qui, comme lui, avait l'humour et la littérature dans le sang et dans les veines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.