Le procès Hamel reporté au 17 novembre    Un scrutin miné ?    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Rejet de 77 dossiers de candidature    Des candidats exclus font appel    Renforcement de la coopération policière entre les pays africains    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Retour du public dès demain sous conditions    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Aucun effet sur les prix du poulet    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    Les dates des compositions fixées    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    Griezmann, du paradis à l'enfer    Steve Bruce quitte les Magpies    Mbappé juge son entente avec Messi    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    Des rejets «excessifs et arbitraires»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ombre du maréchal Haftar
Polémique autour de la loi électorale en Libye
Publié dans L'Expression le 21 - 09 - 2021

La polémique d'il y a une dizaine de jours semble éteinte mais le malaise engendré par l'initiative du président du Parlement libyen, Saleh Aguila, persiste. Le 9 septembre dernier, le porte-parole du Parlement avait publié sur la page Facebook le document signé la veille par Aguila et par lequel doivent être régies la candidature et l'élection du futur président, lors du rendez-vous électoral du 24 décembre prochain. Tollé au sein de plusieurs institutions politiques et de nombreux députés qui ont dénoncé un coup de force puisque le texte n'a pas été soumis à l'étude ainsi qu'au vote de l'instance élue, d'une part, et qu'il comporte une clause hautement suspecte, d'autre part. Très attendue, cette «publication» était donc entachée d'irrégularité, selon le Haut Conseil d'Etat, appuyé par un groupe de 22 députés contestant la manière dont a procédé Saleh Aguila, passé outre le vote du Parlement.
Or, cette démarche par laquelle le projet de loi a été transmis à la commission électorale et à la Mission des Nations unies en Libye (Manu), sans vote préalable des députés, «est une violation de la Déclaration constitutionnelle intérimaire, de l'Accord politique et du règlement intérieur du Parlement» assurent les contestataires. La démarche d'Aguila a également été condamnée par le HC, sorte de Sénat libyen dont la consultation conditionne toute ratification de ce genre de texte, la qualifiant de tentative d'«accaparer des pouvoirs qu'il ne possède pas», dans le but d' «entraver les prochaines élections en promulguant, délibérément, un texte de loi défectueux». Là se trouve l'objet du litige puisque le document permet au maréchal Khalifa Haftar de se présenter à la Présidentielle contrairement aux dispositions contenues dans la feuille de route du Forum de Dialogue Politique inter-libyen (FDPL). En tentant de favoriser le chef de l'ANL autoproclamée dont il reste toujours proche, Saleh Aguila prend ses propres marques et donne rendez-vous au maréchal
le 24 décembre prochain. Un article du document que ses accusateurs considèrent comme abusif et illégal, même s'il y est dit qu'un militaire est en droit de se porter candidat à condition de «se suspendre de ses fonctions trois mois avant le scrutin», à charge pour lui, en cas d'échec, de «retrouver son poste et recevoir ses arriérés de salaire». On comprend la réaction troublée et contestataire des instances et des députés proches de Tripoli qui voient, dans cette manoeuvre, une nouvelle approche du maréchal Khalifa Haftar dans sa longue marche vers la magistrature suprême en Libye.
L'heure tourne et les évènements se bousculent et c'est pourquoi il fallait poser l'objet du scandale, avec l'espoir qu'il passerait comme une lettre à la poste. Tel n'est pas le cas mais le contexte libyen est tel que l'enjeu du retrait des forces étrangères et mercenaires semble de plus en plus improbable alors que les Etats-Unis pèsent de tout leur poids au Conseil de sécurité de l'ONU pour un respect absolu de la date des élections, une position que partagent et soutiennent aussi bien l'ONU que l'Union africaine et la Ligue arabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.