Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le baril s'envole
Les stocks américains de pétrole attendus, en baisse
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2021

Les cours de l'or noir virent au vert. Ils ont connu un début de semaine cauchemardesque, un lundi noir, qui les a vu sombrer à cause de la chute du géant chinois de l'immobilier Evergrande qui fait peser des craintes sur l'économie de l'Empire du Milieu. Le numéro deux de l'immobilier chinois, qui croule sous une dette de plus de 300 milliards de dollars, avait reconnu, la semaine dernière, faire face à une «pression énorme» et prévenu qu'il pourrait ne pas être en mesure de faire face à ses engagements financiers. Le groupe détient plus d'un million de biens immobiliers prépayés par des clients qui n'ont pas encore été construits, ce qui renforce l'appréhension des investisseurs chinois, dont beaucoup sont des primo-accédants, soulignent les experts. Ce qui a fait ressurgir le syndrome de la crise des subprimes, crise qui s'est déclenchée au deuxième semestre 2006 avec le krach des prêts immobiliers (hypothécaires) à risque aux Etats-Unis destinés aux ménages modestes. Un phénomène qui a entraîné l'effondrement, en 2008, de la quatrième banque américaine, de nombreuses entreprises et mis dans la précarité Lehman Brothers, entraîné l'économie mondiale dès la crise alors que des millions d'Américains sont encore surendettés. Un scénario craint et redouté qui a fait tanguer le marché pétrolier. Le baril de Brent de la mer du Nord a dévissé de 1,42 dollar à 73,92 dollars par rapport à la clôture de vendredi dernier. La situation désespérée du promoteur immobilier chinois Evergrande, au bord du défaut de paiement, «menace de ralentir la croissance chinoise. Or, la Chine est le premier importateur mondial de pétrole brut», a commenté Robert Yawger, responsable des contrats à terme sur l'énergie chez Mizuho Securities ajoutant que: si Evergrande n'honore pas son échéance d'intérêts, jeudi, «je m'attends à ce qu'on ait une journée au moins aussi mauvaise qu'aujourd'hui». Contre toute attente, les prix ont fini par se redresser dès le lendemain. À Londres, le baril de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 74,36 dollars, en progression de 0,59% ou 44 cents par rapport à la clôture de la veille. Le baril de WTI américain pour livraison en octobre, coté lui à New York, a achevé la séance à 70,56 dollars, soit un gain de 0,38% ou 27 cents par rapport à lundi.À quoi est dû ce rebond? le rebond du prix de l'or noir est d'abord lié à celui de la Bourse, après un fort repli lundi. «Ça a du sens, car c'est un actif de croissance», comme les actions,a expliqué Bill O 'Grady, responsable de la recherche pour la société Confluence Investment.
Le marché attend des données similaires, aussi arrêtées à vendredi dernier, de la part de l'Agence américaine d'information sur l'Energie, jugées plus fiables, indique-t-on. Les stocks de brut sont également attendus en baisse, mais dans une proportion moindre, de 2,45 millions de barils, selon la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg. «Cela constituerait la septième baisse hebdomadaire consécutive des stocks, les perturbations dues à la saison des ouragans se faisant toujours sentir», remarque Neil Wilson, de Markets.com. «La hausse continue des prix du gaz est également un facteur de soutien pour les prix du brut, devenus par comparaison plus compétitifs», ajoute Jeffrey Halley, de Oanda. Les cours de l'or noir n'en demandaient pas tant pour s'envoler. Hier, à 15h30 le baril de Brent affichait 75,77 dollars soit un gain de 1,41dollar par rapport à mardi. Un bol d'oxygène pour l'Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.