Le «modèle» économique suivi à ce jour est «arrivé à son terme»    Commerce: Baisse des échanges avec la Zone «euro» et hausse avec la Zone arabe    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    L'Afrique fait l'autruche !    Le refus de soins, de dépistage ou de confinement conduit en prison    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    511 cas contrôlés "positifs" et 31 décès    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg mis sur le marché    PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Les cygnes blancs de 2020    L'ESPRIT ET LE CŒUR    30e nouveau membre de l'Otan    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rattrapé par des interrogations sur l'Opep : Le pétrole termine en petite hausse
Publié dans Le Maghreb le 06 - 12 - 2018

Les cours du pétrole, après avoir beaucoup grimpé en début de séance, ont finalement fini en petite hausse mardi alors qu'émergaient des interrogations sur l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires, ainsi que sur la trêve commerciale entre Pékin et Washington.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février s'est apprécié de 39 cents pour terminer à 62,08 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.
Le WTI, le baril de référence à New York (Nymex), pour livraison en janvier, a gagné 30 cents pour clôturer à 53,25 dollars. Alors que le pétrole s'affichait en nette hausse en début de journée, les cours ont effacé une partie de leurs gains après des propos du ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh. Celui-ci a tempéré les attentes du marché en jugeant qu'il était "prématuré" d'affirmer que le cartel s'accordera sur une baisse de la production à l'issue de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires, jeudi et vendredi. Parmi les premiers arrivés dans la capitale autrichienne, le ministre algérien de l'Energie, Mustapha Guitouni, s'est montré prudent mardi.
"Il y aura une rencontre avec les 25 pays et nous verrons", a-t-il espéré.
Lors du G20 ce week-end, le président russe, Vladimir Poutine, et le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane (MBS), avaient pourtant annoncé qu'ils renouvelleraient l'accord de limitation de la production en 2019, alors que les prix du pétrole ont perdu plus de 22% en novembre, la pire baisse mensuelle depuis 2008.
L'autre élément qui avait contribué au rebond des cours au début de la semaine, la trêve commerciale conclue ce week-end en marge du G20 par les Etats-Unis et la Chine, a aussi fait l'objet de doutes mardi.
Donald Trump a notamment évoqué la possibilité de prolonger la trêve de 90 jours - jusqu'au 1er mars - qu'il a accordée aux Chinois samedi avant de faire passer de 10 à 25% les taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés.
Une escalade des tensions pourrait avoir des conséquences négatives sur la croissance mondiale, et donc sur la demande d'or noir.
Le regain d'interrogations sur la possibilité d'un réel accord entre les deux pays, associé aux inquiétudes quant au niveau des taux d'intérêt de la dette américaine, a en tout cas provoqué des remous à Wall Street mardi, où les indices boursiers ont beaucoup baissé.
"Le sentiment d'aversion au risque s'est étendu au marché du pétrole", a estimé Robert Yawger, de Mizuho.
La publication du rapport hebdomadaire sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis a par ailleurs été repoussé d'un jour cette semaine en raison de la journée nationale de deuil décrétée en hommage à l'ancien président américain George H.W. Bush. Elle aura lieu jeudi.

Hausse en Asie
Les cours du pétrole continuaient de grimper mardi en Asie sous l'effet combiné de la trêve commerciale entre Washington et Pékin et des perspectives de réduction de l'offre mondiale.
Vers 02h15 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, progressait de 48 cents à 53,43 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en février, gagnait 41 cents à 62,10 dollars.
"La reprise des marchés d'actions et le recul du dollar consécutifs à la détente sur le front de la guerre commerciale ont apporté un coup de fouet à toute une série de matières premières", a constaté Stephen Innes, analyste chez Oanda.
"Mais les investisseurs se focalisent surtout sur les perspectives de réduction de la production qui rééquilibreraient le marché en 2019".
Les cours, qui avaient été plombés par les craintes de chute de la demande due aux tensions commerciales entre les deux premières économies mondiales, ont repris du poil de la bête quand Donald Trump et Xi Jinping ont décidé d'une trêve lors du sommet du G20 à Buenos Aires.
Alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, se réunissent à Vienne jeudi et vendredi, Moscou et Ryad se sont mis d'accord pour prolonger leur accord de limitation des extractions après la fin de l'année.
"Ce fut le gros catalyseur", a ajouté M. Innes, soulignant aussi que les marchés avaient été portés par l'annonce par la province canadienne d'Alberta d'une réduction quotidienne de 325.000 barils par jour de sa production.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.