POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rattrapé par des interrogations sur l'Opep : Le pétrole termine en petite hausse
Publié dans Le Maghreb le 06 - 12 - 2018

Les cours du pétrole, après avoir beaucoup grimpé en début de séance, ont finalement fini en petite hausse mardi alors qu'émergaient des interrogations sur l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires, ainsi que sur la trêve commerciale entre Pékin et Washington.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février s'est apprécié de 39 cents pour terminer à 62,08 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.
Le WTI, le baril de référence à New York (Nymex), pour livraison en janvier, a gagné 30 cents pour clôturer à 53,25 dollars. Alors que le pétrole s'affichait en nette hausse en début de journée, les cours ont effacé une partie de leurs gains après des propos du ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh. Celui-ci a tempéré les attentes du marché en jugeant qu'il était "prématuré" d'affirmer que le cartel s'accordera sur une baisse de la production à l'issue de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses partenaires, jeudi et vendredi. Parmi les premiers arrivés dans la capitale autrichienne, le ministre algérien de l'Energie, Mustapha Guitouni, s'est montré prudent mardi.
"Il y aura une rencontre avec les 25 pays et nous verrons", a-t-il espéré.
Lors du G20 ce week-end, le président russe, Vladimir Poutine, et le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane (MBS), avaient pourtant annoncé qu'ils renouvelleraient l'accord de limitation de la production en 2019, alors que les prix du pétrole ont perdu plus de 22% en novembre, la pire baisse mensuelle depuis 2008.
L'autre élément qui avait contribué au rebond des cours au début de la semaine, la trêve commerciale conclue ce week-end en marge du G20 par les Etats-Unis et la Chine, a aussi fait l'objet de doutes mardi.
Donald Trump a notamment évoqué la possibilité de prolonger la trêve de 90 jours - jusqu'au 1er mars - qu'il a accordée aux Chinois samedi avant de faire passer de 10 à 25% les taxes douanières sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés.
Une escalade des tensions pourrait avoir des conséquences négatives sur la croissance mondiale, et donc sur la demande d'or noir.
Le regain d'interrogations sur la possibilité d'un réel accord entre les deux pays, associé aux inquiétudes quant au niveau des taux d'intérêt de la dette américaine, a en tout cas provoqué des remous à Wall Street mardi, où les indices boursiers ont beaucoup baissé.
"Le sentiment d'aversion au risque s'est étendu au marché du pétrole", a estimé Robert Yawger, de Mizuho.
La publication du rapport hebdomadaire sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis a par ailleurs été repoussé d'un jour cette semaine en raison de la journée nationale de deuil décrétée en hommage à l'ancien président américain George H.W. Bush. Elle aura lieu jeudi.

Hausse en Asie
Les cours du pétrole continuaient de grimper mardi en Asie sous l'effet combiné de la trêve commerciale entre Washington et Pékin et des perspectives de réduction de l'offre mondiale.
Vers 02h15 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, progressait de 48 cents à 53,43 dollars dans les échanges électroniques en Asie.
Le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en février, gagnait 41 cents à 62,10 dollars.
"La reprise des marchés d'actions et le recul du dollar consécutifs à la détente sur le front de la guerre commerciale ont apporté un coup de fouet à toute une série de matières premières", a constaté Stephen Innes, analyste chez Oanda.
"Mais les investisseurs se focalisent surtout sur les perspectives de réduction de la production qui rééquilibreraient le marché en 2019".
Les cours, qui avaient été plombés par les craintes de chute de la demande due aux tensions commerciales entre les deux premières économies mondiales, ont repris du poil de la bête quand Donald Trump et Xi Jinping ont décidé d'une trêve lors du sommet du G20 à Buenos Aires.
Alors que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, se réunissent à Vienne jeudi et vendredi, Moscou et Ryad se sont mis d'accord pour prolonger leur accord de limitation des extractions après la fin de l'année.
"Ce fut le gros catalyseur", a ajouté M. Innes, soulignant aussi que les marchés avaient été portés par l'annonce par la province canadienne d'Alberta d'une réduction quotidienne de 325.000 barils par jour de sa production.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.