Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La vie a repris ses droits
Allègement du confinement à tizi ouzou
Publié dans L'Expression le 26 - 09 - 2021

C'est le retour des cortèges de fêtes de mariage dans la wilaya de Tizi Ouzou depuis une quinzaine de jours, avec l'allègement des mesures de confinement liées à la lutte contre la pandémie de la Covid-19. La vie semble avoir repris son cours normal dans la wilaya de Tizi Ouzou à la faveur de l'accalmie en ce qui concerne la propagation du coronavirus. On assiste, en effet, à la reprise de pas mal d'activités sociales qui étaient mises en veilleuse pendant les mois de juillet et août derniers, quand la 3e vague battait son plein et faisait des morts et des centaines de nouveaux cas de personnes contractant le virus corona quotidiennement. Il y a même, de l'avis des spécialistes, un relâchement qui est pourtant déconseillé, arguent les médecins.
La victoire n'est pas encore totalement remportée contre cette maladie ayant paralysé le monde entier et mis en alerte tous les Etats. Ainsi, si la célébration des mariages est toujours interdite dans les salles des fêtes, il n'en demeure pas moins que depuis une quinzaine de jours, ce genre d'événements heureux a repris de fort belle manière dans les quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou. Les fêtes battent, en effet, leur plein, surtout durant les journées du week-end,
vendredi et samedi. Les villes résonnent, désormais, en ces deux journées du week-end, sous les airs des troupes traditionnelles de chants (ideballen) mais aussi sous les sons des disc-jockeys, des feux d'artifice, des fumigènes, des youyous, etc. Les cortèges constitués de dizaines de véhicules, traversant à vive allure les artères des villes, ont également repris leur place dans le décor de la vie quotidienne.
Malheureusement, ces instants de bonheur et de joie ne sont pas sans comporter des risques avérés en l'absence totale d'observation des mesures préventives anti-coronavirus, comme le port de la bavette et la distanciation sociale.
En effet, ces gestes salvateurs ont été pratiquement abandonnés. Et, lors de ces mêmes cérémonies de mariage, les invités n'hésitent même plus à se faire la bise et à se serrer dans les bras. Ce qui a attiré l'attention et la conscience des responsables de la direction de la santé qui ont lancé, avant-hier, un énième appel à la vigilance tout en rappelant que la guerre contre la pandémie de la Covid-19 n'est pas encore totalement remportée.
Certes, plusieurs batailles ont été remportées jusque-là, dont la plus importante est sans doute celle de l'opération de vaccination qui a avancé à un rythme plus que satisfaisant, mais se précipiter à crier victoire de manière prématurée risque de remettre les com-
pteurs à zéro, ont encore averti des médecins du CHU Nedir Mohamed, qui sont toujours sur le terrain de la lutte contre la pandémie de la Covid-19.
Dans le sillage de la reprise de la vie à un rythme presque normal, il faut préciser que des lieux publics, qui étaient jusqu'à il y a 15 jours, fermés, dans le sillage du confinement de juillet-août, ont réouvert leurs portes au grand public.
On peut, à titre d'exemple, citer les parcs d'attractions de la wilaya de
Tizi Ouzou. Ces derniers connaissent désormais une grande affluence de la part des familles. Les enfants ne cachent pas leur grande satisfaction et leur bonheur en retrouvant enfin ces lieux de distractions qui leur permettent d'échapper à l'emprise d'un stress mortifère et intenable. Tous les parcs d'attraction sont pris d'assaut par les enfants qui viennent des quatre coins de la wilaya.
C'est le cas du parc Tamaghra qui se trouve à la Nouvelle Ville de Tizi Ouzou, le parc de la placette Mbarek Ait Menguellet, situé à l'entrée ouest de la ville de Tizi Ouzou, le parc Lina de Chaib, etc.
Les salles de jeux ont également repris du service et les parties de
baby-foot, dont raffolent particulièrement les adolescents, sont devenues interminables comme pour rattraper le temps perdu. Bien sûr, les cafés et leurs terrasses restent les endroits les plus convoités par les citoyens qui ne s'en lassent désormais plus.
Dans certains cas, autour de parties, également interminables de dominos. Comme quoi, la vie est belle dans toute sa simplicité. Mais sans le coronavirus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.