Retour des supporters dans les stades : Le grand cafouillage !    BF : la descente aux enfers    les effets sur votre corps d'une consommation quotidienne de thé vert    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Conseil des ministres: Le projet de loi sur la lutte contre la spéculation adopté    Les recommandations de la CAPC: «Libérer les dossiers d'investissement et soutenir le pouvoir d'achat»    Croissance factice    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    13 harraga sauvés et les corps de 4 autres repêchés    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Déboires d'un père de 9 enfants    «Alger sera la vitrine de la transition énergétique»    L'informel menace l'Etat    relâchement au match retour    Où finira robert Lewandowski?    Pioli retient la force mentale des siens    Les oubliés de la loi de finances    Les néo-harkis reviennent cette semaine    La main tendue de Lamamra    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    Les douanes sont-elles des passoires?    La renaissance    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    La rengaine du chantage    Une loi pour protéger les institutions    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    «Fatima, la fille du fleuve», une BD contre l'oubli    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    L'OMS dévoile ses chiffres    2 décès et 87 nouveaux cas en 24 heures    Vers de nouvelles hausses en 2022    La loi sur la lutte contre la spéculation au menu    Les USA proposent de dédommager les familles des victimes    Le HCR appelle les Etats à faciliter le regroupement familial    Quand la sonorisation fait défaut dans les tribunaux    Des listes passées à la moulinette    Le petit pas de Macron    La France doit "reconnaître un massacre d'Etat"    L'alliance Tel Aviv-Rabat menace l'UA    Des sénateurs américains alertent sur la situation des droits de l'Homme    Ni excuses, ni repentance : reconnaître les crimes    Chanegriha salue la participation de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand l'Erma «défie» le président
Haï El Bina de Dély Brahim sans éclairage public
Publié dans L'Expression le 28 - 09 - 2021


La réforme des méthodes de gestion des services publics est l'une des préoccupations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a donné des directives claires, lors de la réunion gouvernement-walis, qui s'est tenue en début de semaine, pour la mise en place de cellules d'écoute dédiées aux préoccupations des citoyens. Reste à espérer que ces directives seront appliquées sur le terrain, notamment par la commune de Dély Ibrahim, chargée de veiller au bien-être du citoyen et l'établissement public Erma dont la maintenance de l'éclairage public relève de ses prérogatives. L'Erma a été, maintes fois, interpellée par les habitants de Haï el Bina, à Dély Ibrahim, pour un problème d'éclairage public. Ce quartier résidentiel est trop souvent plongé dans le noir par des pannes fréquentes et pour de longues durées. Et même lorsque les habitants tentent, dès le premier jour de la panne, d'aviser les services de l'Erma, que ce soit en appelant le service réclamation, en envoyant des emails ou même par SMS (comme il était suggéré sur le site Web de l'Erma, actuellement en panne), l'intervention de cette entreprise prend énormément de temps. Faut-il rappeler que la dernière panne, dans ce quartier, avait duré presque un mois et que les habitants avaient menacé de faire un sit-in après que leur quartier s'est transformé en coupe-gorge. Profitant de l'obscurité, des petits voyous avaient essayé de voler un distributeur de billets et avaient aussi commis plusieurs agressions pour délester des habitants de leurs téléphones et argent. Cet épisode d'insécurité et de peur est à nouveau de retour avec la nouvelle panne de l'éclairage public et les habitants semblent fatigués de crier à «l'insécurité qui les guette». Et il est à se demander pourquoi l'Erma tarde-t-elle à prendre en charge les pannes signalées? Pourtant, cette entreprise publique, qui se vante d'être certifiée ISO 9001, affirmait, sur son site officiel, actuellement en panne, que le traitement de toutes les doléances se faisait dans les 24 h! «La mise en place des outils modernes de communication: Internet, SMS, fax, flyers, traitement des appels téléphoniques, registre de doléances nous a permis de maîtriser toutes les réclamations des usagers et à être à leur écoute avec courtoisie tout en traitant rapidement leurs doléances (...)Toute réclamation est traitée dans les 24 heures par les services de l'Erma, la mise en place des unités permet une intervention rapide et efficace avec un retour d'information aux usagers», était écrit dans le site officiel de l'entreprise. Il est aussi à se demander les raisons de la fréquence des pannes dans ce quartier. Les habitants, qui pensent que les interventions effectuées à chaque fois que le quartier est plongé dans le noir, s'apparentent plus à du bricolage qu'à des réparations durables, ont droit à des explications.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.