Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Materazzi répond à la provocation d'Ibrahimovic    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Semaine du court métrage    Quatre projets de loi en préparation    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    La mairie d'Oran change de couleur    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La femme résiste par l'écriture»
Zohra Aoudia, écrivaine Amazighophone
Publié dans L'Expression le 07 - 10 - 2021

Une femme qui écrit vaut son pesant de poudre, disait l'immense Kateb Yacine, auteur de l'inénarrable et immortel « Nedjma». Dans une société comme la nôtre, le mérite d'une femme qui écrit des romans est incommensurable. Il s'agit d'un défi, un véritable challenge! Et quand la femme écrit, de surcroit en langue amazighe, le défi n'est que plus grand car il s'agit d'investir un terrain qui n'est pas encore propice à ce genre d'exercice, la littérature amazighe écrite étant à peine en train de connaître ses premiers balbutiements.
La littérature amazighe, principalement la poésie, ayant été pendant longtemps l'apanage de l'oralité. L'écrivaine Zohra Aoudia fait partie de cette frange de femmes rares qui sont en avance sur leur temps.
Elle a décidé d'écrire un roman très audacieux avec un style littéraire et poétique qui subjugue tout lecteur féru de la variante kabyle de la langue amazighe et ce, de bout en bout. Son roman, intitulé «Tiziri», paru il y a quelques mois, a obtenu un succès retentissant au moment où l'on parle de plus en plus d'absence de lectorat pour le roman de manière générale et pour le livre amazigh plus particulièrement.
L'engouement des lecteurs et des lectrices en faveur du roman «Tiziri» de Zohra Aoudia dément les informations pessimistes visant à faire du livre le parent pauvre de la culture. Le succès de «Tiziri» de Zohra Aoudia n'est guère fortuit. Zohra Aoudia a réussi à écrire un roman qui sort des sentiers battus. Elle a abordé les thèmes qui fâchent, les sujets tabous, des questions qu'aucun autre auteur amazighophone n'a effleurées avant elle.
Le tout habillé dans un style d'écriture métaphorique débordant d'émotion. Quand nous interrogeons Zohra Aoudia sur comment vivent les femmes qui publient des romans avec leur nouveau statut d'écrivaine, dans une société qui demeure traditionnelle en dépit de tout, elle répond d'emblée qu'elle ne peut pas parler des écrivaines algériennes en général car chacune a ses conditions, ses idées et ses objectifs. «Je ne peux que vous parler de moi-même», avertit-elle. À la question qu'est-ce qu'être une femme écrivaine en Algérie?
Zohra Aoudia répond presque spontanément qu'il s'agit tout simplement d'une résistance. C'est, dit-elle, un combat contre les multiples dominations dont elles sont victimes hier et aujourd'hui. «Ma plume est la porte-parole des femmes qui souffrent dans le silence, qui pleurent le manque d'amour, d'affection et de respect avec toutes leurs forces, qui sont assassinées sauvagement sans aucune pitié», ajoute-t-elle.
Bien sûr, le mot assassinat, ici, est à prendre au sens figuré, même si le sens propre n'est pas à éluder entièrement. Car, pour Zohra Aoudia, le mal qu'on fait aux femmes est tellement dévastateur dans la majorité des cas, qu'il équivaut parfois à un assassinat qui ne dit pas son nom. Et à notre question de savoir s'il y a une certaine pression à subir et à devoir gérer du fait que l'on soit femme écrivaine dans la société algérienne, notre interlocutrice souligne que depuis la rédaction de son premier texte intitulé «Jida?emmu» qui a été publié dans la revue Tasghunt n Uselmad jusqu'à la publication de son premier roman «Tiziri», elle ne reçoit que des encouragements et des félicitations, que ce soit au sein de sa famille, de ses amis et de ses lecteurs. «C'est ce qui m'a encouragée, d'ailleurs, à entrer dans le bain de la lecture et de l'écriture encore et encore», renchérit-elle.
La vie de la femme écrivaine avant d'être publiée et après, change-t-elle? Zohra Aoudia reconnaît que depuis son apparition dans le domaine littéraire, les gens la valorisent plus. «Et puis, j'ai constaté que beaucoup de personnes ont besoin de quelqu'un à qui parler», enchaîne-t-elle.
En plus de ce combat qu'elle mène avec sa plume en tant qu'écrivaine, qui peut aller très loin pour peu qu'elle persévère sur cette voie, car elle a toutes les capacités pour ce faire, Zohra Aoudia mène un autre combat, également noble. Il s'agit du combat de l'enseignement de la langue amazighe. Elle est enseignante de tamazight dans un lycée de Tizi Ouzou depuis plusieurs années. Zohra Aoudia contribue donc à la promotion de la langue amazighe à travers l'enseignement, mais aussi à travers l'écriture romanesque dont la langue de Massinissa a tant besoin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.