JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961
Hommage national, minute de silence et de nombreuses rencontres commémoratives
Publié dans L'Expression le 18 - 10 - 2021

Une minute de silence à travers le territoire national, une cérémonie de recueillement au sanctuaire des Martyrs, présidée par le chef de l'Etat, en présence de la totalité des autorités civiles et militaires du pays, avec un détachement de l'ANP qui a rendu les honneurs au président de la République. Réception des cadres de la Fédération du FLN en France au Centre international des conférences. Une multitude de conférences et d'hommages rendus aux centaines de martyrs du 17 octobre 1961 à Paris, à travers le pays. La commémoration du massacre d'Etat perpétré par la France contre la communauté algérienne émigrée aura été sobre, digne et empreinte de reconnaissance aux centaines de chouhada, dont le sacrifice a hâté l'indépendance du pays. Cette date qui renseigne sur la barbarie de l'Etat colonial a pris, cette année toute sa part dans la mémoire collective des Algériens.
À travers le niveau du protocole qui a accompagné l'hommage de la nation aux chouhada, au sanctuaire des Martyrs et l'instruction présidentielle qui consiste à faire de l'observance d'une minute de silence une tradition nationale qui se répètera annuellement à cette date, confirment une réelle prise de conscience de l'importance historique des manifestations du 17 octobre 1961. Elles s'étaient certes, déroulées à des milliers de kilomètres du théâtre de la révolution en Algérie, mais elles n'étaient pas moins une bataille, parmi les plus déterminantes du parcours révolutionnaire de l'Algérie combattante. La France coloniale, puis l'autre France, celle qui affirme s'être affranchie de cette période noire dans l'histoire des peuples soumis à un régime raciste, n'a pas soldé pour autant son Histoire. Restée prisonnière de ses propres crimes, elle a fait en sorte de les soustraire à la mémoire collective française. Les manifestations et la répression barbare du 17 octobre 1961 demeurent à ce jour, un mystère pour nombre de Français. Ces derniers n'en savent pas grand-chose, jusqu'en 2021. Et pour cause, la commémoration à Paris était passée inaperçue dans les médias. L'Elysée a fait coïncider l'événement avec un hommage national rendu à un enseignant décapité par un terroriste. C'était commode. Les Français, dont les aînés avaient voté l'indépendance de l'Algérie en avril 1962 à 90,80%, ne sauront donc toujours pas ce qui s'est réellement produit, moins de six mois avant leur accord unanime en faveur de la liberté du peuple algérien. Le président Macron a fait le job pour les nostalgiques de l'Algérie française. Il a ignoré le droit des Français à connaître la responsabilité de leur Etat dans le massacre des Algériens. Hier, l'Algérie qui retient le soutien de la quasi-totalité du peuple français à son indépendance, constate que l'extrême minorité continue de dicter sa version de l'Histoire de France. Celle de l'Algérie est claire et nette. Et cette année, elle se renforce par l'hommage rendu à des chouhada qui avaient leur pays chevillé au corps, malgré la distance qui les en séparait, jusqu'à braver un régime raciste et sanguinaire. 60 ans après leur sacrifice suprême, les martyrs du 17 octobre 1961, défient l'omerta qu'a tenté d'imposer la France officielle et font battre les coeurs des Algériens, d'Algérie et de partout dans le monde.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.