Combien de calories consommer par jour afin de perdre du poids ?    Corruption: Le procès de Chakib Khelil et de l'ex-Pdg de Sonatrach reporté    Et la relance socio-économique ?    Relance de l'industrie: Les assurances du Premier ministre    Affaire Condor: 2 à 3 ans de prison contre les frères Benhamadi et des acquittements    Coupe arabe FIFA: Algérie-Egypte, aujourd'hui à 20h00 - Spectacle, suspense et enjeu !    O. Médéa: Une entame prometteuse    Ligue des champions d'Europe: Encore six tickets à composter    Vaccin anti Covid-19 : Près d'un millier de personnes ont reçu la 3ème dose    Intempéries: Des routes coupées par la neige et des effondrements    El Ançor, Bousfer et Misserghine: Les travaux de réalisation de 1.350 logements sociaux achevés    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    L'axe incontournable de la relance    Une "finale" avant l'heure pour la première place du groupe D    Le constat de Benabderrahmane    Les messages forts d'Alger    Le renvoi révélateur?    Le bras de fer continue !    8 décès et 193 nouveaux cas    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'interaction Tamazight et l'informatique    «A Tierra» fera trembler ce soir les planches d'Annaba!    Un riche parcours et des réalisations    Le processus politique s'enlise en Libye    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Les hôpitaux réservés à la Covid-19 saturés    Les fermes décisions du chef de l'Etat    Ibrahimovic ouvert à une prolongation    Puel mis à pied    Le Président ordonne sa révision    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    Plusieurs RN coupées au trafic routier    2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    «Généraliser le pass sanitaire pour ramener l'adhésion vaccinale»    Hommage au chercheur et linguiste algérien cheikh M'hamed Safi El Mestaghanemi    La Touiza, entre héritage et pratique    L'Algérie remet un chèque de 100 millions de dollars à l'Etat de Palestine    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Les graves accusations de Baâdji    Le dernier vol du colibri !    Les Etats-Unis veulent «une transition rapide»    L'UGTT rejoint les déçus de Kaïs Saïed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le président en exercice de la Cédéao en visite au Mali
Il arrive à un moment délicat
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2021

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo, président en exercice de la conférence des chefs d'Etat ouest-africains, s'est rendu dimanche au Mali, en plein doute sur le respect de ses engagements par la junte au pouvoir.
Le président de transition, le colonel Assimi Goïta, a accueilli dans la matinée à l'aéroport le chef de l'Etat ghanéen, a indiqué la présidence malienne sur les réseaux sociaux. Nana Akufo-Addo, dont le pays assure la présidence tournante de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), était accompagné lors de ces quelques heures par l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan, médiateur dans la crise malienne, et l'Ivoirien Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cédéao. Les autorités ont réservé une rencontre avec les médias à la seule presse d'Etat après des entretiens avec les dirigeants maliens au palais présidentiel, ont rapporté un certain nombre de correspondants.
Le contenu des discussions est resté secret. Au même moment était organisé auprès du palais une manifestation de soutien aux autorités, derrière une banderole proclamant «seul le choix du peuple souverain du Mali compte», claire réponse aux pressions exercées par la Cédéao et la France. Cette visite a eu lieu dans un contexte sécuritaire et politique éminemment délicat dans un pays plongé dans la tourmente depuis 2012 et le début d'insurrections indépendantiste et salafiste dans le nord.
Les militaires qui ont pris le pouvoir par la force en août 2020 et l'ont conforté par un nouveau putsch en mai 2021 se sont engagés sous la pression des voisins ouest-africains et d'une bonne part de la communauté internationale à céder la place aux civils après des élections programmées fin février 2022. Or, depuis des semaines, la junte et le gouvernement qu'elle a installé signalent de plus en plus clairement que l'échéance risque de ne pas être respectée. Simultanément, la relation avec le partenaire français, qui déploie plus de 5.000 soldats au Sahel contre les jihadistes mais a décidé de réduire ses effectifs à 2.500-3.000 hommes d'ici à 2023, traverse sa plus grave crise depuis le début de l'engagement français en 2013. Paris estime que le recours possible de Bamako à la société privée Wagner, objet de discussions malgré les agissements décriés du groupe russe de mercenaires en Afrique ou ailleurs, est incompatible avec la présence française. Bamako invoque sa souveraineté et a accusé Paris «d'abandon en plein vol».
Les partenaires du Mali jugent minimes les progrès politiques accomplis sous la junte depuis août 2020.
Le pays reste en proie aux violences, au centre et près des frontières avec le Burkina Faso, et s'inquiète de leur progression vers l'ouest et le sud. Un soldat malien a été tué dimanche matin dans une attaque attribuée à des «éléments non encore identifiés» contre un poste à Acharane, dans la région de Tombouctou (nord), a indiqué l'armée.
La riposte «vigoureuse» a tué au moins quatre assaillants, a-t-elle dit. En septembre, la Cédéao avait demandé aux autorités de soumettre «au plus tard» fin octobre un calendrier des «étapes essentielles» en vue d'élections en février 2022.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.